Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Cosmos II de Cooler Master : le boîtier de tous les excès ?

Introduction

Apparu sur le marché en 2007, le boîtier Cosmos 1000 de Cooler Master se distinguait de la concurrence par sa taille gargantuesque, et par ses nombreuses fonctionnalités. Cinq ans plus tard, la marque remet le couvert en annonçant officiellement son Cosmos II dont le design reste dans la même lignée, bien que de nombreuses améliorations soient présentes. C'est également l'occasion d'offrir de nouvelles fonctionnalités et d'en remettre d'autres au goût du jour. Mais via ce modèle, Cooler Master veut également montrer tout son savoir-faire sur le haut de gamme., et bien évidemment, cela à un coût : 340 € annoncés ! Reste à voir, s'il peut combler les utilisateurs les plus exigeants.
 
Cooler Master Cosmos II

Un design et des fonctionnalités hors du commun

Par rapport au Cosmos 1000, cette nouvelle version arbore un gabarit encore plus massif : alors que le premier modèle affichait des dimensions de 266 x 598 x 628 mm pour un poids de 16.9 kg, le Cosmos II, quant à lui, culmine à 344 x 704 x 664 mm pour 22 kg sur la balance. Légèrement agressif, le design de cette nouvelle mouture ne tombe heureusement pas dans l'excès. On notera que le constructeur a opté pour une combinaison de nombreux matériaux : de l'acier pour le châssis, du plastique pour les caches mobiles, ou encore de l'aluminium sur les portes latérales, par exemple.

On retrouve aussi des fonctionnalités plaisantes comme ses portes latérales qui utilisent un système de charnières, et s'ouvrent donc comme une « vraie » porte. Il y a également le cache mobile pour les emplacements 5.25", dont l'ouverture est automatisée. Bien entendu, il embarque aussi deux tiroirs « Hot Swap » au format 3.5", disponibles en façade.

Cooler Master Cosmos II Cooler Master Cosmos II
Pourtant costaud, le HAF X de la marque parait petit à côté du Cosmos II

Pensé pour les utilisateurs exigeants, la marque ne pouvait pas négliger le système de refroidissement. Celui-ci se compose d'un ventilateur d'un de 200 mm en façade, d'un 140 mm à l'arrière, ainsi que trois en 120 mm, l'un situé sur le sommet, et les deux autres en interne devant les cages. De plus, la vitesse de rotation des ventilateurs ne dépasse pas les 1200 tpm, et seulement 700 tpm pour le modèle d'un diamètre de 200 mm, ce qui devrait rester discret.

Le Cosmos II de Cooler Master : la Rolls-Royce des boîtiers ?

Très complet sur le papier, les nombreuses fonctionnalités du Cosmos II ont un coût, qui pèse au final assez lourd : 340 €. Vaut-il réellement une telle somme ? Pour cela, il devra se montrer à la hauteur, et être totalement exempt d'inconvénients. Voyons ce qu'il en est...

Cooler Master Cosmos II : l'extérieur

Quand Cooler Master nous a présenté brièvement son Cosmos II avant son arrivée aux labos, l'un des points qui revenait souvent été son gabarit très imposant. Après réception du carton, nous confirmons les dires du constructeur, car celui-ci mesure tout de même 730 x 385 x 758 mm, pour 24 kg environ. Vous l'aurez compris, son déplacement ne sera pas aisé, bien qu'il soit toujours plus accessible avec les deux ouvertures disponibles sur les côtés du carton. Sur les deux faces, comme très souvent, on a droit aux caractéristiques techniques, ainsi qu'à plusieurs shémas illustrant la bête.

Cooler Master Cosmos II Cooler Master Cosmos II

Un bundle complet sur les fixations et le câblage

À contrario du bundle du HAF X de la marque qui mettait l'accent sur les accessoires, celui du Cosmos II se porte davantage sur le rangement via plusieurs serre- câbles, et passe-câbles. En sus, toute une flopée de vis différentes afin d'effectuer le montage. Comme nous l'avions découvert sur le Silencio 550, il y a l'écrou qui prend la forme des entretoises, simplifiant grandement la mise en place de ces derniers. Il y a également deux barres en acier qui servent à l'installation d'un radiateur d'un système watercooling sur le sommet du boîtier.

Le constructeur a pensé à inclure une rallonge pour le câble d'alimentation 8 broches P4 (20 cm), ce qui est indispensable compte tenu de la hauteur du boîtier. On a également droit à un haut-parleur, ainsi que deux jeux de clés servant à la fermeture des deux racks « Hot Swap » en façade.

Cooler Master Cosmos II Cooler Master Cosmos II

Colossal ! Voici le mot qui vient à la bouche lorsqu'on le découvre pour la première fois. Il faut le dire, ses dimensions sont de 344 x 704 x 664 mm, pour un poids à vide de 22 kg sur la balance. Comme vous vous en doutez, il n'est vraiment pas prévu pour un déplacement en LAN, à moins de vouloir faire « un peu » de sport. En ce qui concerne le design extérieur, il est dans la même lignée que celui du Cosmos 1000. Certes, il a été légèrement revu, mais on retrouve plus ou moins le même esprit, aucun bouleversement au menu.

Cooler Master Cosmos II Cooler Master Cosmos II

Noir de l'extérieur jusqu'à l'intérieur, ce modèle a été réalisé avec plusieurs matériaux. Comme nous l'évoquions lors de l'introduction, le châssis est entièrement en acier, d'où le poids très élevé. Afin d'éviter de l'alourdir inutilement, certains éléments sont en plastique, comme les caches mobiles, la façade, le sommet, ou encore le dos des portes latérales. Un tel matériau sur un boîtier de ce tarif peut surprendre, cependant, la qualité n'a absolument pas été négligée.

Cooler Master évoque aussi l'utilisation de l'aluminium. Toutefois, nous sommes très loin d'un Lian Li, étant donné qu'il y en a uniquement sur l'extérieur. Seules les portes latérales, et certaines parties du sommet en bénéficient. On se demande pourquoi le constructeur n'a pas davantage opté pour de l'aluminium qui visuellement et au toucher est nettement plus sympathique, ce qui de plus aurait permis d'alléger le poids. Certes, le coût aurait été supérieur, mais pour un boîtier très haut de gamme, pourquoi ne pas avoir tenté le coup ?

Une façade démesurée, avec une porte coulissante automatisée

Sur la partie haute, un cache mobile coulissant dissimule les logements au format 5.25", ainsi que les deux racks en 3.5" de type « Hot Swap ». L'ouverture a été simplifiée au maximum, il suffit de le glisser doucement vers le bas, ce qui le fait coulisser tout seul. Par contre, la fermeture n'est pas automatisée, il faudra le remonter jusqu'au sommet. Au niveau de la qualité de conception, l'ensemble est très robuste.

Cooler Master Cosmos II Cooler Master Cosmos II

Les trois tiroirs au format 5.25" possèdent un cache mobile. L'ouverture se réalise via un simple loquet, qu'il suffit de tirer vers l'extérieur. On relèvera le même inconvénient que pour le Silencio 550, il sera impossible de mettre en place un rhéobus dont les boutons seraient trop imposants. Comme vous le verrez ci-dessous, il est déjà équipé d'un système de variateur, cela sera juste pénalisant pour les utilisateurs souhaitant un modèle offrant davantage d'options, comme l'affichage de la vitesse des ventilateurs.

Dans ce cas deux possibilités s'offrent à vous, la première, c'est d'acquérir un rhéobus dont les boutons peuvent être rentrés, ne dépassant ainsi pas la façade. Certains modèles de chez Scythe proposent un tel système par exemple comme le Kama Panel 3. Deuxième solution, se tourner vers un modèle tactile. Ils sont présents en masse chez Aerocool.

Quant aux deux logements de type « Hot Swap » au format 3.5", ils ont un cache similaire à celui vu ci-dessus, mais dans un format plus court. Seule différence, le cache ne s'enlève pas, il se referme après l'insertion du disque dur. Ensuite, lors de son ouverture, il éjecte doucement le disque dur afin de pouvoir le reprendre très facilement. On notera la présence de deux serrures, une pour chaque baie, permettant de verouilller le cache.

Cooler Master Cosmos II Cooler Master Cosmos II

La connectique externe est située juste au-dessus, dans un renfoncement. Sans être des plus variées sur la composition, elle propose en échange un grand nombre de connecteurs. Elle rassemble quatre USB 2.0, deux USB 3.0 (connecteur USB INterne), un eSATA, ainsi que les prises jacks casque et micro. En revanche, il n'y a aucun petit plus, comme un lecteur de cartes SD que nous avons trouvé sur le Silencio 550.

Concernant la partie inférieure, il s'agit d'un support mobile comprenant une grille mesh. Pour le retirer, il faut glisser sa main sous la façade, puis tirer le support vers soi, ce qui le déclipse. Cela donne accès au filtre anti-poussière, ainsi qu'aux quatre vis du ventilateur. Sachez que ce dernier s'installe par l'intérieur du boîtier.

Un sommet très complet, avec des touches « plates »

À l'avant du sommet, on découvre les nombreux boutons situés sous un cache mobile en plastique. Malheureusement, lors du déballage, nous avons remarqué que celui-ci était endommagé. Sachez d'ailleurs qu'il est impossible de le remplacer ! Si cela survient avec un exemplaire provenant d'un revendeur, cela nécessitera obligatoirement un échange. D'après les retours que nous avons eus,  Cooler Master nous a signalé que nous n'étions pas les seuls à signaler cette anomalie. Nous espérons que cela ne se produira pas sur un exemplaire commercialisé sur le marché français.

Cooler Master Cosmos II Cooler Master Cosmos II

Les boutons sont totalement « plats », au quotidien, ils sont très agréables à utiliser. En plus de l'habituel « Power » et du « Reset », il y a un variateur pour la vitesse des ventilateurs. Voici le nombre de connecteurs trois broches disponibles par canaux :
  • Front : 1 ventilateurs
  • Top : 3 ventilateurs
  • HDD : 3 ventilateurs
  • GPU : 2 ventilateurs
Ils offrent tous trois paliers pour le réglage de la vitesse, indiquée par une couleur précise : bleu (5 V), violet (9V) et rouge (12 V). Ce qui est est dommage, c'est qu'il n'offre pas la possibilité d'éteindre le ou les ventilateurs sélectionnés, ce qui aurait été un petit plus. En contrepartie, on appréciera la présence du bouton pour éteindre les LED (bleus) du ventilateur en façade.

Au premier démarrage de l'ordinateur, le rhéobus n'était pas fonctionnel. Après quelques minutes de recherche, nous avons trouvé le coupable, le câble d'alimentation au dos du panel qui n'était pas relié ! Un oubli du constructeur ? Si cela est réellement le cas, c'est dommage, car pour brancher ce câble d'alimentation, il faut démonter le sommet, puis dévisser des vis qui maintiennent le bloc comprenant le panel. Selon Cooler Master, le rhéobus devrait normalement être branché d'origine, reste à voir si cela sera réellement le cas avec un modèle du commerce.

Cooler Master Cosmos II Cooler Master Cosmos II
 
Le reste du sommet se compose d'un large cache mobile avec la présence d'une ouverture recouverte d'une plaque en grille mesh. Ce qui est dommage, c'est qu'il faut dévisser une vis à main pour pouvoir l'enlever. Cela peut être un inconvénient, car la vis est située à l'arrière du châssis, elle ne sera donc pas très accessible si vous placez le boîtier contre un mur, ou sous un bureau, par exemple. Un système à clips, exactement comme pour le cache en façade, aurait été parfait.

Sur le sommet, on peut installer un système de refroidissement très complet, voici les différentes possibilités :
  • 1 x 200 mm
  • 2 x 140 mm
  • 3 x 120 mm (un seul 120 mm inclus d'origine)
Le choix se fera principalement en fonction de votre utilisation, il peut très bien accueillir un radiateur d'un système watercooling, par exemple. Celui-ci prendrait alors place entre le cache du sommet et le châssis, et les ventilateurs du côté de l'intérieur. Pour le tarif, il est dommage de ne pas voir tous les emplacements occupés.

Autre détail qui a sont importance, c'est la présence des deux barres en acier. Elles permettent d'avoir des prises pour soulever le boîtier, ce qui est presque INdispensable compte tenu du poids, qui est pour rappel, de 22 kg à vide !

Il n'est plus vraiment question de plaques latérales, mais de portes

Si on devait employer le terme exact, on parlerait davantage de portes latérales, que de simples plaques classiques. En effet, contrairement au système basique, où il faut pousser la plaque vers l'arrière pour la déloger, le Cosmos II dispose de portes mobiles. Elles sont fixées à l'aide d'une charnière, en appuyant sur un bouton situé à l'arrière du boîtier, on débloque la porte, rendant ainsi possible l'ouverture. Ce système est très bien pensé, car en plus, on peut démonter la porte ! Ce qui peut être utile lors du montage de la configuration.

Cooler Master Cosmos II Cooler Master Cosmos II

La porte latérale gauche dispose de plusieurs ouvertures en forme d'aération, avec la présence de grille mesh faisant office de filtre anti-poussière. Celle-ci prend place sur une plaque mobile en plastique. Sachez que deux emplacements pour des ventilateurs d'un diamètre de 120 mm sont présents au dos de cette porte.

Toutes les parties extérieures ont été soignées, même l'arrière

En effet, trois ouvertures équipées de cache en caoutchouc sont présentes, elles servent au passage des tuyaux d'un kit watercooling. Juste en dessous, un ventilateur noir sans LED d'un diamètre de 140 mm en extraction. Il est bon de savoir que cet emplacement peut également être compatible avec les modèles en 120 mm.

Format XL-ATX oblige, ce modèle dispose de onze slots pour les cartes filles, dont l'un d'entre eux est placé à la verticale. C'est principalement utile pour installer un accessoire, sans encombrer les principaux emplacements. Quant à l'alimentation, elle prend place sur la partie basse du boîtier, son emplacement ressort légèrement de la face arrière.

Cooler Master Cosmos II Cooler Master Cosmos II

En dessous, on découvre le filtre anti-poussière mobile pour l'emplacement de l'alimentation. La stabilisation du boîtier est assurée par deux larges barres en acier, équipées de deux pads anti-vibration chacune. Une fois posé sur le bureau, celui ne bouge pas d'un millimètre, il faut dire que son poids l'immobilise parfaitement bien.

Cooler Master Cosmos II : l'intérieur

Extérieurement, le Cosmos II regorge de petites fonctionnalités soignées, ce qui est aussi le cas de l'intérieur. En effet, les fixations rapides se trouvent sur une grande majorité des emplacements. De plus, l'aménagement a bien été étudié, afin d'offrir une organisation sans faille. Reste à voir si le constructeur l'a vraiment peaufiné dans les moindres détails.

Un INtérieur aménagé en deux parties distinctes

Après l'ouverture de la porte latérale gauche, on découvre l'INtérieur de la bête. On remarque que le constructeur a divisé le châssis en deux parties pour en améliorer son organisation. Ainsi, la partie supérieure se compose du plateau de la carte mère, des baies au format 5.25", ainsi que d'une cage comprenant plusieurs tiroirs compatibles 2.5 et 3.5". Quant à la partie inférieure, elle comprend l'emplacement de l'alimentation, ainsi que deux autres cages offrant chacune trois tiroirs en 2.5 et 3.5".

Le plateau de la carte mère ne fait pas l'impasse sur la grande ouverture destinée au système de refroidissement du processeur. Bien entendu, on a aussi sept ouvertures avec des caches souples pour les câbles d'alimentations. D'autres sont présentes, comme sur le plateau qui sépare le châssis en deux parties, ou encore sur le haut du plateau de la carte mère pour le passage du câble d'alimentation 8 broches P4.

Cooler Master Cosmos II Cooler Master Cosmos II

Très volumineux, ce plateau peut accueillir les cartes mères aux formats Micro ATX, ATX, E-ATX, XL-ATX, ou encore les moins répandus SSI CEB et SSI EEB (serveur). Le Cosmos II est prêt a recevoir des configurations extrêmes, comme la SR2 d'EVGA, par exemple.

Sur la droite, trois emplacements au format 5.25" sont disponibles. Ils sont équipés d'un système de fixation à clips qui fonctionne via une simple pression sur un bouton. Nous avons décelé un léger jeu, ce qui ne rend pas le bouton parfaitement immobile dans son emplacement. Malgré ce reproche, ce système fonctionne parfaitement bien.

Deux emplacements « Hot Swap », malheureusement incompatibles avec le format 2.5"

Deux autres logements en 5.25" sont équipés, chacun, d'un rack mobile « Hot Swap », utilisant une connectique de type S-ATA 6 Gbps. Comme le Silencio 550, l'insertion du disque dur se fait via la façade. Cependant, le système est plus complet, avec la présence d'une porte pouvant être fermée à clé. Nous verrons lors de l'installation si l'utilisation est vraiment simple, et rapide au quotidien.

Cooler Master Cosmos II Cooler Master Cosmos II

Bien que Cooler Master a eu la bonne idée d'inclure deux emplacements « Hot Swap », il est regrettable qu'il y en ait pas au moins un des deux qui soit compatible avec le format 2.5". Faire une telle impasse, alors que le système est peaufiné aux petits oignons est réellement dommage.

Trois cages, et pas moins de onze emplacements aux formats 2.5" et 3.5"

Une première cage est accessible au centre du châssis, elle dispose de cinq tiroirs compatibles avec les formats 2.5 et 3.5". Celle-ci est en partie mobile, car il y a uniquement le côté gauche qui peut être retiré. En effet, le côté droit de la cage est immobile, car il est fixé par des rivets. Pourquoi une telle conception ? Une cage classique mobile aurait été bien plus appréciable. On reste assez perplexe sur ce choix, car la plaque risque obstruer le flux d'air du ventilateur en façade.

Cooler Master Cosmos II Cooler Master Cosmos II

Deux autres cages mobiles prennent place sur la partie inférieure, elles sont équipées des mêmes tiroirs, mais au nombre de trois chacune. Contrairement à l'autre cage, elles sont entièrement mobiles. Cependant, on ne voit pas de réel INtérêt, puisqu'elle ne gêne absolument rien. Toutefois, cette mobilité est toujours la bienvenue.

Devant ces deux cages, on a une porte mobile surmontée de deux ventilateurs de 120 mm. Si vous ne souhaitez pas l'utiliser, il est possible de la retirer puisqu'elle est juste clipsée. Il sera ainsi possible de récuperer les deux ventilateurs pour les allouer ailleurs, comme sur le sommet, ou sur la porte latérale gauche.

Cooler Master Cosmos II Cooler Master Cosmos II

À propos de ces cages, elles ressemblent grandement à ceux présents dans le HAF X de la marque. Le système est strictement identique, seule la façade a été revisitée. Le montage des disques durs au format 3.5" se réalise par clips, et ce, avec la présence de pads anti-vibration. En revanche, pour les SSD en 2.5", par exemple, il faudra s'équiper d'un tournevis pour les fixer, car cela se fait à l'aide de vis classiques.

À proximité, on remarque l'emplacement pour l'alimentation. Celle-ci prend place sur un support en acier équipé d'un imposant pad anti-vibration. Comme on peut l'observer à l'arrière du boîtier, l'alimentation dépassera légèrement vers l'arrière. Mais cela ne gênera pas, puisque les portes latérales, ainsi que le sommet sont au même niveau

Cooler Master Cosmos II Cooler Master Cosmos II

Un système de refroidissement complet, et bien situé

Le refroidissement se compose d'un total de cinq ventilateurs. Un nombre plutôt convenable, même si on aurait bien aimé voir tous les emplacements du sommet occupé. Voici un résumé :
  • 1 x 200 ou 140 ou 120 mm en façade (un 200 mm inclus)
  • 3 x 120 ou 2 x 140 ou 1 x 200 mm sur le sommet (un seul 140 mm inclus)
  • 1 x 120 ou 140 mm à l'arrière (un 140 mm inclus)
  • 2 x 140 mm à l'intérieur du boîtier sur la partie basse (inclus)
Cooler Master Cosmos II Cooler Master Cosmos II

Très complet, le refroidissement dispose de nombreux filtres anti-poussière, Cooler Master réalise un sans-faute de ce côté-là. Il y en a un en façade, un sur le sommet, un autre sur la porte latérale gauche, sans omettre celui de l'emplacement de l'alimentation. Leur accès est vraiment simple, ce qui est appréciable pour effectuer le grand nettoyage de printemps.

Cooler Master Cosmos II : l'installation

Très agréable à utiliser, le système d'ouverture des portes a néanmoins une contrainte, le boîtier ne doit pas être trop proche du mur. Afin de pallier à cet inconvénient, Cooler Master offre la possibilité de retirer les portes, via une manipulation très simple qui consiste à les soulever pour déloger leur système de fixation de la charnière.

Cooler Master Cosmos II Cooler Master Cosmos II

Lorsqu'on découvre ses entrailles, on remarque très rapidement que le volume disponible est vraiment conséquent. Aucune inquiétude pour la longueur d'une carte graphique puisqu'il offre 385 mm ! Sachez qu'une GeForce GTX 590 de NVIDIA, par exemple, mesure 280 mm environ, nous avons donc encore une bonne marge. Quant au système de refroidissement du processeur, sa hauteur peut être au maximum de 190 mm. L'espace disponible permet de travailler dans d'excellentes conditions.

À quand un système de montage sans vis pour la carte mère ?

Le montage de la carte mère ne change pas d'un iota par rapport aux autres modèles, même les moins chers. Toujours des entretoises et des vis pour la fixation. L'avantage repose sur l'écrou prenant la forme de l'entretoise, assurant une fixation parfaite sur le plateau de la carte mère. On attend toujours qu'un constructeur nous surprenne sur le système de fixation de la carte mère qui ne nécessiterait pas de vis. Cependant, cela ne semble toujours pas à l'ordre du jour.

Pour la mise en place de l'alimentation, l'emplacement est très volumineux, ainsi, aucun souci de compatibilité. Notre bloc provenant de chez Nexus s'installe parfaitement bien, et les pads anti-vibration font correctement leur travail, aucun bruit n'a été décelé. Très bon point, la présence de la rallonge de type 8 broches P4 qui sera presque obligatoire pour raccorder le câble principal au connecteur de la carte mère. En ce qui concerne les autres connecteurs, comme le 24 broches, ou même les PCIe, Molex, et S-ATA, vous ne devriez pas rencontrer de souci.

Les nombreux serres-câbles sont très utiles pour bien fixer les câbles entre eux, et ce, dérrière le plateau de la carte mère. Globalement, le rangement se fait très facilement. Après quelques minutes, très peu de câbles sont visibles ! Si vous êtes très maniaque, le Cosmos II vous comblera parfaitement sur ce point.

Cooler Master Cosmos II Cooler Master Cosmos II

Un montage rapide très appréciable, et de bonne qualité

Pour en savoir davantage sur le système de fixation rapide des emplacements au format 5.25", nous avons utilisé notre lecteur optique Pioneer. Une fois placé, on appuie sur le bouton qui enclenche le système de fixation afin de le maintenir. Nous avons tenté de bouger le lecteur optique pour vérifier son maintien, celui-ci est parfaitement bien mobilisé.

Du côté de notre disque dur en 3.5" et le SSD en 2.5", la fixation est strictement identique à celui du HAF X. Pour le premier, il suffit de l'insérer dans le tiroir via le système à clips, ce qui nécessite seulement quelques secondes. L'unique inconvénient repose sur la fixation des disques durs ou SSD en 2.5". Il manquerait juste un système à clips, similaire à celui pour le format 3.5". Cela fait plusieurs années que Cooler Master exploite ce système, et depuis, il n'y a eu aucune innovation.

Cooler Master Cosmos II Cooler Master Cosmos II

Une fois le tiroir dans son emplacement dédié, les connecteurs d'alimentations des appareils de stockage se retrouvent du côté de la porte latérale droite. Ainsi, les câbles ne seront presque pas visibles.

La mobilité des cages est très appréciable, cela permet de faire l'installation que l'on souhaite. Pour tester ce modèle, nous avons laissé la configuration par défaut, à savoir avec toutes les cages, et les ventilateurs sur leur emplacement d'origine. Mais plusieurs possibilités vous sont offertes, comme par exemple, retirer la cage du centre pour améliorer légèrement le flux d'air du ventilateur en façade. Malheureusement, comme nous l'avons observé lors de la présentation de l'intérieur, une partie de la cage reste en place, située juste en face du ventilateur.

Cooler Master Cosmos II Cooler Master Cosmos II

Autre point intéressant, si vous n'utilisez pas les cages de la partie inférieure, vous pouvez récupérer les deux ventilateurs du support, et les fixer au dos de la porte latérale gauche. Leur flux d'air sera dans la partie supérieure, là où se trouve le matériel hardware, ce qui devrait faire gagner quelques degrés sur la carte mère, ou encore sur la carte graphique, par exemple.

Là aussi, cet emplacement au dos de la porte latérale gauche dispose d'une plaque mobile équipée d'un filtre anti-poussière. Pour la déloger du reste de la porte, il faut dévisser plusieurs vis, puis la faire glisser sur le côté. Les vis sont presque en trop, un simple système de clips aurait suffi.

Encore quelques vis classiques sur certains emplacements

Si les équerres pour les cartes filles ont bien des vis à main, il y en a encore beaucoup sous forme classique demandant alors l'intervention d'un tournevis. Par exemple, on en trouve pour le maintien de la cage de la partie supérieure, ou encore pour la fixation du rack mobile « Hot Swap », et de l'alimentation.


Les ventilateurs sont également fixés à l'aide de vis, sans un éventuel système anti-vibration. Cela ne change pas de la majorité des boîtiers, en revanche, Lian Li utilise des vis avec des pads en caoutchouc. D'autres systèmes existent, comme des clips en caoutchouc souple faisant office de fixation et d'anti-vibration à la fois. Dommage que Cooler Master ne s'est pas penché sur un tel système, simplifiant grandement le montage des ventilateurs. À la rigueur, cela aurait été un léger avantage, car ce n'est pas tous les matins que l'on change de place le refroidissement.

Un rhéobus utile au quotidien, mais bruyant à l'utilisation

Terminons cette partie par le rhéobus d'origine. Comme vous le verrez lors de nos essais, nous avons analysé les performances du système de refroidissement en utilisant les trois paliers (5, 9 et 12 V) offerts par les boutons. Si l'utilisation est à portée de main de tout le monde, une chose peut devenir rapidement agaçante, c'est les « BIPS » assez fort, émis à chaque fois que l'on appuie sur un des boutons. Et... il faudra faire avec, car il n'y a aucun moyen de les désactiver, ce qui est vraiment regrettable.

Configuration & Protocole de tests

Nous utilisons notre configuration habituelle pour ce test. On y retrouve donc un processeur Core i7 875k d'Intel ainsi qu'une Radeon HD 5830 de référence d'AMD qui devraient nous permettre de faire souffrir notre boîtier et ses ventilateurs comme il se doit.

Core i7 875k Biostar TPower I55 Corsair SSD Reactor

Le reste de notre machine se compose d’une carte mère TPOWER I55 de Biostar au socket LGA 1156, le radiateur processeur est un « Yasya » de Scythe, surmonté d’un ventilateur de 120 mm d'Arctic, le F12 (1350 tpm) comme nous vous le disions. Nous avons utilisé un kit mémoire de 2x 2 Go d’OCZ en DDR3 (PC-12800).

Radeon HD 5830 Sapphire

Le SSD Reactor R120 de Corsair comprend le système d’exploitation Windows 7 en version 64 bits de Microsoft. En plus, nous avons rajouté un disque dur classique en SATA 3 Gbps d’une capacité de 320 Go de chez Samsung, dans le but d’avoir un aperçu des températures d’un disque classique.

Nous avons ensuite effectué nos essais dans plusieurs cas :
  • Tous les ventilateurs du boîtier fonctionnent en 12 V, mais aussi en 9V et 5V pour le Cosmos II (via le rhéobus)
  • Tous les ventilateurs sont coupés.
Furmark 1.9.1 nous permettra de voir le comportement de ce boîtier dans des cas différents et même parfois extrêmes, ce qui peut se révéler INtéressant.

Furmark 1.9.0

Pendant chaque test, le boîtier est totalement fermé. Nous relevons les températures après une heure de fonctionnement du couple FFT-z / Furmark pour le CPU et le GPU.

Avant de passer au test suivant, nous attendons à chaque fois que la température soit redescendue à sa valeur initiale, afin de ne pas fausser les mesures. La température ambiante de la pièce était constante, c'est-à-dire de 23°C.

Afin de mesurer la nuisance sonore, nous plaçons un sonomètre à 30 cm au-dessus du boîtier. Voici la liste des applications que nous avons utilisées :

Les performances : tous les ventilateurs

Pour en savoir davantage sur les performances du système de refroidissement du Cosmos II, nous avons effectué la comparaison avec le HAF X, lui aussi signé Cooler Master. Ces deux modèles ont l'avantage d'être équipés de plusieurs ventilateurs, dont certains de grande taille. Il sera INtéressant de connaitre les résultats obtenus, afin de voir si le Cosmos II se démarque sur les performances face à un boîtier moins coûteux.

Voici les caractéristiques du système de refroidissement des deux boîtiers :

Cooler Master Cosmos II
  • 1 x 200 mm en façade
  • 1 x 120 mm sur le sommet
  • 1 x 140 mm à l'arrière
  • 2 x 140 mm à l'intérieur du boîtier sur la partie basse

Cooler Master HAF X
  • 1 x 230 mm en façade
  • 1 x 200 mm sur le sommet
  • 1 x 200 mm sur le côté
  • 1 x 140 mm à l'arrière
Pour ce premier test, nous avons analysé les performances du Cosmos II, tous les ventilateurs du boîtier sont en 12 V. Voici-ci dessous les résultats :

Cooler Master Cosmos II

Cooler Master Cosmos II

Dans ce test, le Cosmos II se montre légèrement moins audible, bien que la différence soit minime. Par contre, le système de refroidissement du HAF X est plus performant, surtout sur la carte mère où l'écart atteint 6°C. Le gain provient surement de son imposant ventilateur d'un diamètre de 200 mm situé sur le dos de la plaque latérale gauche. Sur les autres composants, l'écart ne dépasse guère les 2°C en moyenne, ce qui est encore raisonnable.

Ensuite, nous nous sommes penchés sur les performances en utilisant le rhéobus d'origine qui fixe les ventilateurs du boîtier à 9 ou 5 V selon le réglage effectué. Ci-dessous, les résultats :

Cooler Master Cosmos II

Cooler Master Cosmos II

En 9 V, on obtient une nuisance sonore de 39.4 dB(A), contre 43 dB(A) en 12 V ! Une telle réduction est vraiment appréciable, et la ventilation se révèle discrète. De plus, il n'y a presque aucun changement sur les températures, car la variation n'excède pas les 2°C. Ainsi, selon nous, c'est le choix le plus judicieux, si vous disposez d'une configuration gourmande, en mono GPU.

Au minimum (5 volts), les ventilateurs du boîtier sont logiquement  encore moins audibles. Mais si la nuisance sonore émise est supérieure au 9 V, 42.4 dB(A) contre 39.4 dB(A), cette augmentation s'explique par le ventilateur de la carte graphique (PWM) qui fonctionne plus rapidement.

Du côté des températures, elles sont certes plus élevées, mais sont encore plus que satisfaisantes. Le réglage minimum (5 V) sera uniquement INtéressant pour les utilisateurs qui possèdent une configuration chauffant peu. Dans notre cas, le 9 V est le meilleur compromis.

Les performances : aucun ventilateur

Nous coupons tous les ventilateurs du boîtier, et nous observons les résultats ci-dessous :

Cooler Master Cosmos II
 
Cooler Master Cosmos II

Avec une différence de 0.1 dB(A) sur la nuisance sonore, on peut dire qu'il est impossible de départager ces deux boîtiers lorsque les ventilateurs sont coupés. En revanche, le HAF X se démarque sur les températures, car la carte mère et le disque dur sont légèrement mieux refroidis. Bien qu'il soit plus grand, le Cosmos II a une ouverture moins grande sur la porte latérale, cela doit jouer sur l'évacuation de l'air chaud.

Conclusion

Après une bonne semaine d'utilisation, et d'essais en tout genre, nous avons pu remarquer que ce Cosmos II de Cooler Master était assez complet et plutôt efficace. Pour autant, derrière chaque fonctionnalité se cachait finalement un petit défaut, ce que l'on ne peut que regretter pour un modèle proposé à 340 €. Heureusement, il ne souffre d'aucun souci réellement rédhibitoire.

Un volume INtérieur très important, et de nombreux emplacements

En voyant son gabarit très massif, nous nous attendions à un intérieur très spacieux, aucune surprise de ce côté-là : Cooler Master n'a fait aucune erreur dans l'agencement des différents emplacements, un travail remarquable que nous ne pouvons que souligner. Notre configuration, pourtant au format ATX, donne une impression d'être minuscule.

Cooler Master Cosmos II Cooler Master Cosmos II

Du côté des emplacements, leur nombre est amplement suffisant. En effet, même les utilisateurs gourmands en capacité de stockage pourront installer leurs nombreux disques durs, ou SSD, sans le moindre souci via les onze baies disponibles. Les tiroirs exploitent une fixation rapide très simple à utiliser. On regrettera néanmoins que la marque n'ait pas profité de ce Cosmos II pour mettre en avant un système de fixation rapide en 2.5"'.

Certaines fonctionnalités auraient demandé un travail plus poussé

Très riche en fonctionnalités, le Cosmos II est l'un des boîtiers les plus complets que nous avons vus jusqu'à maintenant. Les Systèmes « Hot Swap », le panneau tactile (vitesse ventilateur, gestion des LED...), le cache coulissant en façade et sur le sommet, ouverture des portes, cages mobiles... On pourrait croire qu'il réalise un sans-faute de ce côté-là.

Cooler Master Cosmos II Cooler Master Cosmos II

Malheureusement, nous avons quelques regrets : le système « Hot Swap » n'est pas compatible avec les SSD alors que ces derniers se démocratisent, le côté droit de la cage centrale reste immobile et se retrouve devant le ventilateur en façade, ce qui peut gêner le flux d'air.

D'autres désagréments peuvent être notés. Par exemple, il faut dévisser une vis pour enlever le capot du sommet. Il ne faut donc pas que le boîtier soit trop proche du mur pour passer le tournevis, à moins bien sûr de ne pas serrer trop fort cette vis à main. Autre regret : les « bips » émis lorsqu'on appuie sur un bouton du panneau en façade. Bref, plusieurs petites choses qui viennent se rajouter les unes aux autres, au fur et à mesure de la découverte des fonctionnalités.

Tous ces petits reproches n'ont quasiment aucun impact sur l'utilisation quotidienne, mais on aurait préféré ne pas en avoir autant sur un boîtier haut de gamme.

Pour ce qui est du système de refroidissement, ce Cosmos II obtient de très bons résultats grâce à ses nombreux ventilateurs. De plus, la présence du régulateur afin de contrôler leur vitesse est très appréciable, car cela permet de choisir entre un refroidissement discret ou performant, selon ses besoins.

Bien que séduisant, plusieurs remarques viennent ternir le bilan

Au final, ce Cosmos II regorge de fonctionnalités qui manquent souvent d'une finition hors pair. Certes le boîtier parfait n'existe pas, mais plusieurs points auraient mérité un travail plus poussé. Malgré les remarques, il se montre complet, et d'excellente qualité. Il conviendra surtout à ceux qui disposent d'une configuration de haut vol. S'il décroche de justesse l'argent, ce modèle sera principalement INtéressant pour les utilisateurs qui souhaitent ce qui se fait de mieux en la matière, tout en sachant qu'il n'est pas exempt de petits défauts.

award
Cooler Master Cosmos II
0 commentaire
Il n'est plus possible de commenter cette actualité.