Proxénétisme : non lieu pour Xavier Niel (Iliad-Free)

Le fondateur d'Iliad est presque free 20

Quasi dénouement heureux pour une histoire qui aura fait couler décidément beaucoup d’encre. Mais d’abord, un petit retour en arrière : au printemps 2004, Xavier Niel, alors âgé de 36 ans, était président du conseil d'administration d'Iliad, la maison maman de Free. Celui-ci avait été mis en examen digne dans un feuilleton digne d’une série Z. On le soupçonnait fortement d’avoir détourné de l'argent pour l’investir dans des peep-shows et du proxénétisme. Bref, des activités tout de même assez inhabituelles pour le chef d’entreprise lambda, même en matière informatique (si, si).

Outre les effets personnels de cette accusation, le groupe voyait son action chuter en bourse et souffrait par ricochets de cette curieuse affaire. Du même coup, l'accusation donnait naissance à des rumeurs galopantes sur Iliad. Sans trop de surprise, Xavier Niel perdait en tout cas sa place de président quelques semaines plus tard, pour décrocher celle de vice-président (le « vice » pour  protéger la vertu de Free ?). Il fut alors remplacé par Cyril Poidatz

On vient aujourd’hui d’apprendre, grâce à l'agence AFP, que le magistrat chargé de l’instruction de cette affaire a rendu le 30 août dernier une ordonnance de non-lieu pour Xavier Niel. Cette ordonnance concerne les accusations de « proxénétisme aggravés », l’intéressé est donc lavé de tout soupçon sur cette base. La procédure continue cependant en parallèle puisque l’intéressé est encore mis en examen pour recel d’abus de bien sociaux… La suite de cet épisode palpitant dans quelque temps.