Windows Vista et ses requis matériels

Pentium 4 5.6GHz, 4Go de Ram et Sata 4 seront de mise 192

VistaSi une question soulève bien des sourcils à propos de Vista, c'est bien celle du matériel qui sera nécessaire pour exploiter le futur système d'exploitation de Microsoft. Ici néanmoins, nous allons discuter des conditions matérielles idéales pour que le système s'exécute dans son ensemble, avec ses capacités et son sex appeal graphique poussé au maximum. Autant dire que tout le monde sait à quoi s'attendre.

En ce qui concerne l’affichage sous Vista, l’ensemble des briques logicielles n’est bâti que sur des nouveautés. DirectX 10, nouveau nom officiel de la Windows Graphic Foundation, n’est pas une évolution de DirectX 9. Ce dernier traîne un lourd héritage de rétro compatibilité et Microsoft a décidé de trancher dans le vif du sujet en coupant cette compatibilité. Vista incapable de faire tourner les jeux DirectX 9 et de ses prédécesseurs ? Pas du tout, une couche logicielle prévue à cet effet s’occupera de faire tourner votre Half Life 2.

Parallèlement au niveau DirectX, Vista s’appuiera sur un nouveau modèle de pilote destiné aux cartes graphiques, le LDDM (Longhorn Display Driver Model). On ne reviendra pas ici sur l’ensemble des nouveautés de ce modèle de pilote, l’essentiel ici est de savoir qu’ils permettent le traitement vectoriel de l’affichage contrairement à l’actuel modèle qui ne gère que le bitmap. Vista peut donc tracer une figure, l’agrandir, la rétrécir et la manipuler à volonté bien plus rapidement qu’actuellement.

Ceux ayant testé la Beta 1 de Vista accompagnée d’un pilote LDDM pour leur carte graphique ont pu se rendre compte d’un changement à la fois au niveau de l’affichage et dans les réactions du système lui-même. Un je-ne-sais-quoi de rapidité en plus à des moments où l’on s’attend à ce qu’au contraire le système ralentisse. Cela vient en grande partie de la prise en charge par le GPU de la carte graphique d’un grand nombre d’effets que le CPU n’a plus à gérer.

VistaConséquence directe : l’activation de tous les effets graphiques du système demandera une carte graphique puissante. En fait de puissance, ce sera surtout la mémoire vidéo qui devra être importante. Nigel Page, de Microsoft Australie, a indiqué que 128Mo étaient une bonne chose, mais que 256Mo étaient encore meilleurs. Bon, ces chiffres n’ont rien d’exceptionnel dans la mesure où la quasi-totalité des cartes graphiques vendues aujourd’hui sont équipées de ces quantités. Etant donné le nombre important de fonctions et effets pris en charge par le GPU pour alléger la charge du CPU, plus la carte graphique sera puissante et plus le système sera véloce. Bien entendu, on parle ici d’Aero Glass. Si vous passez en mode « Windows 2000 », tout ceci n’aura que bien peu d’importance.

Côté disque dur, Page indique que le Sata 2 sera une belle avancée. Néanmoins, il précise que le passage de la vitesse théorique maximale de 150 à 300Mo/s n’a que très peu d’intérêt et en changera pour ainsi dire pas grand-chose. Il parle uniquement du Sata 2 en tant que vecteur pour la démocratisation de la technologie NCQ (Native Command Queuing). Cette dernière permet au système de compléter des tâches de manière totalement asynchrone dans la mesure où Vista n’aura pas besoin d’attendre qu’une tâche soit terminée pour en commencer une autre. Le disque dur équipé du NCQ peut donc traiter les demandes dans l’ordre le plus efficient (a priori), ce qui jusqu’à présent n’était possible que sur les disques SCSI.

VistaAutre point : les processeurs dual-core. On ne peut pas dire que Windows soit un modèle de système de gestion dans le genre. Comparé à Linux par exemple, le système d’exploitation fait pâle figure. Vista devrait bien plus profiter de la présence de deux ou plusieurs cœurs en allouant dynamiquement des tâches à chacun, à comparer avec l’attribution manuelle des processus sous XP par exemple.

Du côté de la mémoire, les quantités recommandées ne sont certes plus les mêmes qu’aujourd’hui. Si 512Mo sous Windows XP vous permettent d’effectuer pratiquement tous les types de travaux, il faudra tabler sur 1Go avec Vista. A vrai dire, c’est une quantité qui va totalement se généraliser durant l’année 2006, et si les prix de la mémoire vive continuent sur cette lancée, ce n’est pas 1Go qui fera éclater les portefeuilles. Côté 64 bits par contre, Page recommande purement et simplement le double, soit 2Go. Bien que ce chiffre puisse paraître impressionnant, il ne faut pas perdre de vue que cette version de Windows, avant de se démocratiser, sera de toute façon orientée vers le secteur professionnel.

Rien d’alarmant, et nous sommes presque à la limite d’une tempête dans un verre d’eau. A un an de la sortie officielle de Vista, le paysage informatique aura changé, et ce sont des chiffres qui auront l’air beaucoup moins impressionnants d’ici là (enfin pour peu qu’ils le soient maintenant).