VeriChip sous-cutanée implantée

Certains doivent se souvenir de la fameuse puce sous-cutanée, la puce... 1
Certains doivent se souvenir de la fameuse puce sous-cutanée, la puce VeriChip mise au point par Applied Digital Solutions (ADS) (voir ces news du 8 avril et du 25 mars derniers).
Vendredi dernier, trois membres d'une même famille en Floride (Jeffrey Jacobs, 48 ans, sa femme Leslie, 46 ans et leur fils Derek, 14 ans) se sont faits implanter dans le bras la VeriChip, dans le but de collecter et d'analyser les données nécessaires à leur suivi médical.



La petite puce, émettant un signal radio, comprend un numéro d'identification qui permettra aux médecins d’avoir les informations de leurs patients sur un PDA ou ordinateur de bureau et ce grâce à un scanner externe. Si les médecins le souhaitent, ils peuvent stocker ces informations dans une base de données administrée par ADS.

Selon un patient, l'intervention n’a duré qu’à peine 10 secondes et ne serait pas plus douloureuse qu'une piqûre.
Le fabricant souhaite ($$$) que les hôpitaux et équipes médicales puissent accéder aux données médicales sur des personnes inconscientes ou peu coopératives.
A l’heure actuelle, aucun établissement américain n’a d’équipements pour lire ces puces implantées, mais ADS a indiqué que si 13 des 14 hôpitaux de Palm Beach contactés n'ont pas encore donné leur accord formel, ils ont donné leur accord de principe.

Une vague polimique commence à faire face contre ses puces, dites révolutionnaires, la société devra répondre aux critiques concernant son utilité et son efficacité.
MedicAlert, service d'information médical réputé et non lucratif (oui, ça existe aux USA ;)), propose des bracelets et colliers d'alerte médicale, mais a fait publier un document sur les puces de ADS, exprimant ses doutes sur l'efficacité et l'utilité d'une telle technologie.

En effet, une organisation ou même un état malicieux pourrait en faire un usage de tracabilité sur les implantés (à la Matrix)… Une puce possédant cette fonction existe !