Un périphérique de lecture braille qui vaut le détour

Tiene Nobels est une chercheuse belge qui a développé un périphérique... 17
Tiene Nobels est une chercheuse belge qui a développé un périphérique intéressant : un lecteur braille permettant aux personnes souffrant de déficiences visuelles de pouvoir lire , grâce à un mouvement rotatif, les caractères affichés sur l’écran. Ses travaux n’ont abouti pour l’heure qu'au développement d'un prototype mais l’originalité du projet mérite toute notre attention.

L’intéressée a bien voulu nous fournir quelques explications sur ce qu'elle nomme une "souris braille". Nous vous invitons à consulter en parallèle cette page de présentation. Une vidéo de son appareil est d'ailleurs disponible sur ce lien (AVI, 50 Mo).

braille
Cliquer pour agrandir


PCI. Pouvez vous nous exposer votre base de travail ?
Tiene Nobels - Normalement les aveugles utilisent une règle braille, comme celles d' Alvabraille ou Handytech pour lire ce qui apparaît sur l'écran de l’ordinateur ( NDLR : voir un exemple ici). Une règle contient 20 à 80 caractères braille. Chacun peut représenter une lettre, un chiffre ou une ponctuation. Le caractère braille informatique est composé de 8 points en relief (NDLR : voir ici). Ces points sont en fait des petites barres qui peuvent bouger vers le haut ou vers le bas. Chaque barre a son propre activateur, une sorte de moteur qui ne bouge que dans ce sens.

PCI. Pourquoi cette forme circulaire ?
Tiene Nobels - La règle Braille est encombrante et chère en raison de la quantité importante d'activateurs (640). L'objectif est de réaliser un appareil permettant de lire le braille tout en disposant d’un petit dispositif tactile. La peau étant très sensible à la friction, le concept du disque tournant peut générer cette sensation. Le doigt qui lit le texte reste sur place et c’est le texte qui bouge ou roule sous les doigts.

PCI. Comment est ce que ce dispositif fonctionne ?
Tiene Nobels - Pour créer cette ligne « infinie », les caractères braille sont placés sur un cercle. La figure montre le disque tournant qui contient les caractères braille. Dans le boîtier où est placé ce disque, on trouve une fenêtre ('leesvenster') dans laquelle les aveugles peuvent entrer en contact avec le disque et donc lire les caractères braille. A gauche vous voyez une petite roue ('Duimwiel') avec laquelle on peut contrôler la vitesse du disque et donc la vitesse de lecture.

braille2
Cliquer pour agrandir


L'interface avec l'ordinateur sera la même qu'avec les systèmes classiques (les règles braille). Il vous faut du software (comme Jaws) qui traduit ce qui apparaît à l'écran en code ASCII. Cette information est transmise à la règle braille ou à cette « souris » braille. L’avenir de ce procédé n’est pas tant universitaire mais bien commercial. Il reste néanmoins beaucoup de travail à fournir avant de proposer un produit vraiment fini. Sa commercialisation sera faite par Sensotec, la firme qui collabore à ce projet depuis le début.

Merci Tiene Nobels !
(et merci Christophe!)