Télévision 3D et en odorama en 2020 ?

2020, voilà qui laisse une certaine marge pour faire fructifier quelques... 53
net 2020, voilà qui laisse une certaine marge pour faire fructifier quelques projets débordants d'imagination. Une équipe de japonais envisage un projet de nouveau système de télévision, qui deviendrait réalité dès 2020 (et pourquoi pas 2019 ou 2021 ? Mystère). Voilà en tout cas une journée fructueuse pour les nouvelles technologies de l'image.

Le projet en question, tout de même supporté par le gouvernement, l'industrie et le milieu universitaire, repose sur le développement d'une TV haute définition avec affichage 3D. Il permettra ainsi au téléspectateur de "toucher" et même littéralement sentir les scènes diffusées.

C'est que ce plan digne d'un scénario de science-fiction pourrait utiliser également des techniques (encore à l'étude) pour rendre compte de certaines textures. Par exemple, cite Reuters, on pourrait "toucher" un sac à main à distance vendu sur une chaîne de téléshopping. Bien entendu, les développements pourraient fuser dans bien d'autres directions. On fait à ce titre confiance à l'imagination débordante de certains producteurs (et téléspectateurs). En ce sens, l'on évoque également la possibilité d'émission en odorama, donnant du même coup une dimension toute particulière aux émissions à venir. Imaginez un match de foot parfumant votre salle à manger d'une sainte odeur de transpiration mêlée à celle du gazon mouillé. Délicieux.

C'est Yoshiaki Takeuchi, le directeur recherche et développement auprès du ministère des Télécommunications et de l'Intérieur japonais qui a annoncé ces recherches qui s'inscrivent dans le cadre d'un projet de "communication universelle". Le gouvernement aurait déjà prévu pas loin de 9 millions de dollars de budget prévisionnel pour des travaux qui débuteront dès avril 2006. "Qu'est ce qu'on touche ce soir ?" à l'heure du repas, ou "il ne sent pas très bon ce film" lâché après un navet, voire "elle a une peau super douce, elle" dans un film "romantique" deviendront peut-être des expressions communes dans les foyers nippons.