Sortie officielle d'Ubuntu 5.10 (Breezy Badger)

Savoir se faire désirer : tout un art 142

Beaucoup l’attendaient, la voici enfin : la version 5.10 de la distribution GNU/Linux Ubuntu. Nommée Breezy Badger, elle fait donc suite à la version 5.04 et apporte un certain nombre de nouveautés. Toujours orientée sur la simplicité d’utilisation, Ubuntu est une distribution appréciée pour la cohérence de son environnement, en particulier par ceux qui tentent le passage de la plateforme Windows vers le monde Linux.

La fondation Ubuntu annonce trois points forts pour sa nouvelle version :

  • Intégration « Thin Client » : permet une installation de la distribution dans un vaste environnement réseau. C’est une version allégée de la distribution, qui inclue la possibilité d’un démarrage par image à travers le réseau
  • Support OEM : destiné aux constructeurs et intégrateurs. Comme le premier démarrage d’un Windows XP sur une machine Dell ou HP par exemple, le système peut être désormais installé sans que les informations finales soient configurées. L’utilisateur démarre alors sa machine et n’a pas qu’à rentrer certaines informations, comme son compte ou encore le fuseau horaire.
  • Launchpad.net : cette infrastructure partage les informations telles que les traductions, les rapports de bugs, le code des mises à jours ou encore le support technique. Par exemple, n’importe quel utilisateur peut faire une demande de support ou aider à la traduction de n’importe quel paquet de la distribution. Il suffit pour cela de se rendre dans le menu d’aide de l’application.

Au rang des nouveautés, on comptera également les points suivants :

  • Gnome 2.12.1
  • OpenOffice.org 2.0 Beta 2
  • X.org 6.8.2 (support amélioré du matériel)
  • Nouvel outil d’installation et désinstallation des applications
  • Nouvel outil de sélection des langues
  • Menus éditables pour Gnome
  • Support de la gravure des CD Audio (Serpentine)
  • Le démarrage est désormais graphique
  • Nouvelle documentation
  • Grand choix de paquets linguistiques (plateforme Rosetta)

La version pour les serveurs n’est pas non plus en reste et propose les nouveautés suivantes :

  • Le kernel supporte désormais les systèmes de fichiers pour clusters (grappes de serveurs, pas les céréales) OCFS2 et GFS
  • Plone 2.1 & Zope 2.8.1
  • PHP5
  • Support de l’allocation automatique dans les volumes LVM
  • Support de 4Go de mémoire vive pour les systèmes 32bits
  • Possibilité de procéder à l’installation via un root en NFS avec détection automatique du matériel par initramfs-tools

D’un point de vue support du matériel, Ubuntu 5.10 a également fait des progrès, puisque l’on pourra notamment détecter convenablement un nombre plus important d’éléments spécifiques aux ordinateurs portables, comme les touches de fonction ou encore les différentes modes de veille. La version 2.6.12.6 du noyau met à jour un grand nombre de pilotes et on constatera désormais la prise en charge des combinés HP regroupant imprimante et scanner, les périphériques Bluetooth tels que les claviers et les souris ou encore la gestion simultanée et plus efficace de plusieurs périphériques audio. A noter que cette version d’Ubuntu est  déclinée en version PowerPC et peut donc s’installer sur un Mac.

L’installation elle-même se veut plus simple et se présente sous une forme davantage graphique, notamment dans la seconde partie. La distribution est disponible pour les plateformes x86, AMD64 et PowerPC. Elle se décline en version d’installation et en version LiveCD, qui permet de tester le système sans l’installer.

Vous trouverez les liens de téléchargements sur cette page. Attention toutefois, la liste est coupée en deux, et seule la première vous garantira la version finale. La deuxième liste concerne les miroirs qui n’ont pas encore été mis à jour et proposent donc toujours la version Release Candidate.