Oreka : l'aventure s'arrête

L'élan actuel du marché des fournisseurs n'est pas à l'aventure : on... 19
L'élan actuel du marché des fournisseurs n'est pas à l'aventure : on assiste à une véritable consolidation du secteur, et tandis que les petits s'éteignent doucement, les plus gros tentent de se rapprocher.

Après le rachat de Tiscali par Telecom Italia ou encore l'arrêt des activités de La Poste en tant que fournisseur d'accès, c'est désormais Oreka qui annonce la fin de son épopée. Vous rappelez-vous d'Oreka ? Si oui, vous vous souviendrez d'un fait marquant de l'année 2000 : ce FAI proposait 18h de connexion gratuite par mois en échange de l'affichage de bannière de publicités.

Un forfait de dix-huit heures gratuites par mois, alors que les abonnements étaient chers en ce temps-là : le succès avait été important, puisque plus de 700.000 personnes avaient souscrit à l'offre. L'explosion de la bulle Internet fut néanmoins douloureuse pour Oreka et début 2002, la société était rachetée par FirstStream.

FirstStream est une société spécialisée dans les systèmes de transaction en ligne et est connue en France pour être l'éditeur de l'Ofup (Office universitaire de presse), vous savez les jeunes qui vous sautent dessus pour vous faire prendre des abonnements moins chers sur des magazines ;)

Une fois racheté par FirstStream, Oreka lance son premier forfait ADSL pour moins de 40€, ce qui déjà à l'époque, encore une fois, était intéressant. Début 2004, Oreka suit le mouvement du dégroupage et propose un forfait à 25€. Mais même avec ces offres intéressantes, la base des abonnés s'est peu à peu rétrécie comme une peau de chagrin...

...Jusqu'à ce que récemment FirstStream décide de couper le service. Des lettres ont été envoyées à tous les clients, leur recommandant de s'orienter vers Club-Internet. Philippe Charaix, directeur d'Oreka, explique : "Parmi les FAI que nous avons approchés, Club-Internet nous paraissait offrir l'offre la mieux adaptée et un service clientèle le plus convenable". Ceux qui migreront d'Oreka vers Club-Internet se verront offrir l'installation et le premier mois d'abonnement.

M. Charaix a désormais une vision plutôt très claire du marché : "Face au contexte concurrentiel et à la politique agressive des principaux opérateurs, je pense et je constate qu'il n'y a plus de place pour les FAI qui ne sont pas propriétaires de leur infrastructure réseau."

Et les fournisseurs d'accès propriétaires de leur réseau ne sont pas les plus nombreux ! Si France Telecom et Free sont en tête du classement, Neuf Telecom et Cegetel parlent de se rapprocher pour revenir dans la course. Christophe Carel, gérant de Nerim, fournisseur de services Internet aux entreprises, explique : "L'avenir du marché grand public est dans le dégroupage. Or, cela demande des investissements de l'ordre de plusieurs millions d'euros dans la construction de réseau. Sans compter qu'aujourd'hui, il faut accepter de vendre à perte pour se constituer des parts de marché."