L'étudiant qui avait téléchargé 488 films...

Le fameux étudiant qui avait téléchargé et gravé 488 films, et qui avait été relaxé par le tribunal de Rodez, attend le délibéré de son nouveau jugement pour 10 Mars.

Le parquet, suivi bien entendu des 17 sociétés rattachées à l'industrie du disque et du cinéma, avait fait appel de la décision. Et effectivement, le tribunal de Montpellier ne l'a pas entendu de cette oreille, en déclarant que le tribunal de Rodez avait "mal analysé la situation" et qu'"il y a bien contrefaçon".

L'étudiant, lui, se dit "dépassé par les proportions prises". Son avocat, Me Eric Zapata, rappelle que ces copies ont été faites dans un cadre exclusivement privé, en regard d'une directive européenne de mai 2001. Il a également rappelé que toute personne qui achetait un ordinateur ou un CD-ROM payait une taxe sur la copie privée : "Les internautes ne sont donc pas des pirates, juste des usagers consommateurs. Ce procès peut faire jurisprudence, apaiser les débats et surtout calmer les poursuites".

L'avocat des parties civiles, Me Christian Soulié, n'est pas du même avis (sans rire) : "Le téléchargement n'est pas forcément illégal. Ce qui est illégal, c'est de télécharger à partir de sources illicites. Et la première copie des films sur les sites d'échanges est toujours illégale".

L'étudiant quant à lui, qui n'est plus étudiant mais inscrit aux Assedic, a déclaré ne plus télécharger et aller au cinéma. (NDLR : il y achète aussi beaucoup de pop-corn pour montrer sa bonne volonté)

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !