Francisation de l'informatique, la suite. En pire

Elle vient à nouveau de frapper. Qui ? La Commission Générale de... 160
franceElle vient à nouveau de frapper. Qui ? La Commission Générale de Terminologie et de Néologie. On rappellera très brièvement que cet organisme placé auprès du Premier ministre est la "clef de voûte du dispositif d'enrichissement de la langue française". Elle est notamment chargée de franciser les termes informatiques et ses avis sont égrainés au fil de ses travaux dans le Journal Officiel.

On lui doit déjà anneau de sites (Webrings), arrosage (spamming), appliquette (applet), barrière de sécurité (firewall), causette (chat), disque numérique polyvalent (DVD), fouineur (hacker) et frimousse (smiley). Récemment, elle a francisé Wireless Internet Access en Accès sans fil à l’Internet ou ASFI, MMS en Message multimédia et Hot Spot pour Zone d’accès sans fil.

Le 20 mai dernier, dans le Journal Officiel du jour, elle a émis une nouvelle liste. Bon point cette fois, elle s’est contentée de valider des termes entrés dans la vie de tous les jours : cheval de Troie pour Trojan Horse, antivirus (antivirus...), canular (hoax), bombe logique (logic bomb), logiciel malveillant (malware), virus (virus), ver (worm).

Au rayon un peu plus "inventif" ou exotique, notons le génialissime bloc ou bloc-notes. Il ne s'agit pas d'un petit éditeur de textes mais tout simplement d'un... blog. Soit, un "site sur la toile, souvent personnel, présentant en ordre chronologique de courts articles ou notes, généralement accompagnés de liens vers d’autres sites".

Si l’on transpose, un blogger devient du coup un "bloqueur". "Je blogue" devra être illico jeté au profit de "je bloque"... "Il est sympa ton blog ! Mais Tu n'as pas trop de spams ?" sera inexact. "Il est sympa ton bloc notes ! Mais tu n'as pas trop d'arrosage ?" sera plaisant et bien plus juste.

Autre expression anglo-saxonne à passer sous la moulinette de cette commission : le "splash screen". Maintenant, on attendra le chargement des logiciels devant une "fenêtre d’attente". Dans la même idée, on ne dira plus "rip" mais "riper" qui est l’action "d’extraire directement d’un support enregistré des données numériques en vue de les reporter sur un autre support, sans recourir à la conversion analogique intermédiaire habituellement nécessaire".

« Ridiculous » ou « delicious » ?