Copyright-Agency vs les Audionautes

Nous vous en parlions il y a quelques jours, Copyright-Agency (ou... 46
Nous vous en parlions il y a quelques jours, Copyright-Agency (ou Copeeright Agency) s’est donné pour objet et cheval de bataille, la chasse aux pirates :

« Copyright Agency est une société spécialisée dans la protection des droits d’auteur et la lutte contre le piratage informatique » peut-on lire sur le site. « Accréditée par de nombreux organismes nationaux et internationaux, notre mission est de limiter le piratage des œuvres protégées par le copyright, des clients qui nous en font la demande. ».
La société recommande : « si vous avez reçu un message, enlevez sans plus tarder de votre dossier de partage, les fichiers pour lesquels nous sommes mandatés à protéger et ce, afin de limiter les preuves contre vous. »

Le domaine copyright-agency.com appartient à Stephane Michenaud.
L’individu est (un peu) bavard sur son passé : « On s’est tous connus sur les réseaux. On a fait pas mal de trucs, je ne peux pas en dire plus, mais disons qu’on connaît très bien le sujet », déclarait-il au Nouvel Obs il y a quelques jours. « Maintenant, on a tous plus de 30 ans, on a des enfants » poursuit-il affirmant sans rougir « comme on dit dans le jargon, on est passé de black hat à white hat, du mauvais côté de la force, au bon». Et qu’importe si l’expression est un peu trop malmenée...

D’ailleurs, le marché de la chasse au pirate est en plein essor. «Aux Etats-Unis, il a déjà explosé. Il y a déjà une dizaine de start-up qui se sont engouffrées sur le créneau. Le pionnier, Overpeer, s’est fait racheter pour 4 millions de dollars ». Bref, cette chasse à la sauce white hat, c’e$t trè$ bon !

Du coup, l’image de la société devient de plus en plus sensible aux critiques. Elle signe parait-il avec la SACEM, Disney, etc. et doit donc préserver son domaine de prédilection. L’Association des Audionautes (ADA), elle aussi de plus en plus médiatique, en a fait les frais. Alors que Copyright Agency admet être une sorte de « police privée sur les réseaux » elle refuse d’autres étiquettes. Comme le rapporte Le Monde, « Quentin Renaudo, vice-président de l'ADA, s'est permis la comparaison devant les caméras de France 3 à l'occasion du Midem. Une insolence jugée inacceptable chez Copyright Agency, "Milice du Net ! En pleine commémoration de la libération d'Auschwitz ! Nous allons porter plainte pour diffamation" ». Selon les dernières nouvelles, les responsables lui reprochent également d’avoir affirmé que la société avait constitué un « un fichier de 20.000 internautes français », ce qui selon eux est aussi faux que, là encore, diffamant.

A ce jour, on ne sait si Quentin, 14 ans, sera effectivement traîné devant un juge par ce « White Hat ».