America's Army : les tricheurs pris très au sérieux

America's Army est le jeu gratuit de l'armée américaine qui promeut ses activités et les carrières qu'elle propose. Mais lorsque les cheaters (tricheurs) s'y mettent, plus personne ne rigole, et l'équipe de développement du jeu se fâche tout rouge.

AA est un jeu gratuit, mais pas libre, il est la propriété de l'armée et son code est protégé. Lorsqu'il s'agit de faire respecter la loi online, c'est Phil DeLuca, qui s'y colle, et le ton qu'il utilise est pour le moins « militaire ». La situation devient du coup très sérieuse, bien plus que ce que l'on a pu voir pour des jeux payants par exemple.

Dans un texte assez solennel publié sur le forum de AA le 11 janvier, Phil prend le taureau par les cornes. Son but était de faire peur aux tricheurs qui hackent allègrement PunkBuster (le programme anti-cheat) et le code du jeu, il finit par faire peur tout court !

Visiblement bien furieux contre ces tricheurs qui pourrissent les parties en réseau, Phil DeLuca prévient haut et fort : « Quand vous touchez au code de AA, vous ne violez pas seulement les EULA (End-User License Agreement), mais vous touchez aussi à la propriété de l'armée, et pire, vous touchez des programmes militaires (AA en est un) et les équipements informatiques de l'armée (les serveurs par exemple). »

DeLuca en conclu donc logiquement que « toucher à des programmes et à des serveurs détenus et utilisés par l'Armée et un "cybercrime" ». Mais le pire reste à venir, l'équipe de AA semble avoir pris des mesures assez radicales contre ce genre de tricheurs, en ne se limitant pas seulement à supprimer quelques comptes, mais en bannissant les fautifs, après une investigation approfondie à leur propos.

Ces bans prendront les « bad guys » par surprise (dixit DeLuca), « ils ne savent pas ce que nous savons sur eux, ni comment nous le savons ». « Nous voulons nous attaquer aux "bad guys" dont nous savons qu'il ne peuvent pas nous détecter, nous le faisons ainsi pour pouvoir, avant de le bannir, collecter de nombreuses données, suivre ses amis sur le réseau, et leurs amis, jusqu'à ce que l'on trouve d'autres comportements fautifs » (dixit DeLuca).

Toujours traduit dans le texte, DeLuca prévient pour l'avenir : « Les jours les plus sanglants de l'histoire des comptes des joueurs fautifs sont encore devant nous, car pour l'instant, nous récoltons des informations, à partir des tricheurs eux-mêmes ! »

DeLuca continue « Nous prenons tout en note, "nous", pas seulement l'équipe de développement, mais aussi l'Armée américaine elle-même », car « ce jeu, les comptes, et tout les produits qui en sont dérivés, sont la propriété de l'Armée américaine », rajoutant que « l'armée collabore en permanence avec d'autres services, ministère de la Justice, les services secrets et le FBI, ainsi que les autres armées »

AAEnfin, DeLuca s'adresse directement aux « bad guys », et là c'est le comble :

« Lorsque vous serez bannis, sachez que nous savons qui vous êtes, que nous avons tous les enregistrements prouvant vos actes illégaux. Nous pouvons poursuivre votre trace, trouver d'où vous jouez. Nous avons déjà les preuves de vos actes illégaux. L'armée est fâchée, et nous arrivons pour vous ». Toujours traduit dans le texte ! La dernière phrase est digne des meilleurs films d'actions (ou comiques, à vous de voir) : « The Army is angry, and we’re coming for you. »

Un ton assez incroyable dans ce contexte ludique, il semble que l'armée et son vocabulaire aient quelque peu déteint sur la manière de parler de notre cher Phil DeLuca. Le civil utilise des expressions typiques, du genre « no solution is bullet-proof » pour expliquer qu'il n'y a pas de parade universelle au hacking (pour infos, bullet-proof signifie pare-balles), il faut alors « track down the bad guys », pour qu'ils aient de beau « bloodiest days » devant eux...

On s'efforcera d'oublier une allusion assez indécente à la "leçon" qu'aurait pris le Japon dans les années 40 : "Let the sleeping giant lie", qui peut se traduire par "Ne réveillez pas le géant qui dort", car son armée "ne peut être stoppée"... On croit rêver.

Voilà un compte rendu assez long mais à la hauteur du changement radical d'ambiance qui vient de s'opérer. Tout ça pour mener à bien l' « Opération PunkBuster » contre les tricheurs. Parfois, la réalité dépasse la fiction...

Le texte est consultable en version originale sur le forum officiel de AA sur cette page (disponible seulement aux inscrits), ou sur celle-ci (voir le troisième post) pour les non inscrits.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !