Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

iOS 8 : le détail des nouveautés

Des nouveautés qui s'étaleront dans la durée

Le partage familial est un ajout conséquent dans iOS 8. Il part du principe que plusieurs appareils peuvent cohabiter dans un même foyer. Dans ce cas, les membres de la famille aimeraient pouvoir partager les contenus et les applications entre eux, sans pour autant se prêter leurs comptes, ce qui cause d’ailleurs tout un tas de problèmes.

Partage familial : une carte bancaire pour les gouverner tous 

Le partage familial prend en charge jusqu’à six personnes d’une même famille. Ce service fonctionne de deux manières différentes. D’une part, les membres vont mettre en commun leurs contenus tels que photos, vidéos, livres électroniques, ou encore les films et séries TV qui ont été achetés sur la boutique iTunes. Les contenus apparaissent chez les autres de manière automatique et chacun peut donc les lire comme s’ils étaient sur son propre appareil.

 

ios8 partage familialios8 partage familialios8 partage familial

 

D’autre part, l’un des membres de la famille va pouvoir déclarer une carte bancaire, et une seule. À partir de ce compte, les achats qui seront réalisés seront automatiquement répartis pour tous les autres membres. Si une application intéresse plusieurs personnes par exemple, son coût ne devra pas être repayé par les autres… à moins que l’éditeur ne spécifie expressément que chaque utilisateur doit disposer d’une licence. La situation sera à surveiller car si Apple enjoint les développeurs à jouer le jeu, certains y verront un manque à gagner.

 

Pour le reste, le partage familial fonctionne de la manière dont on s’y attend. Puisque l’objectif est le partage justement, divers éléments deviennent connectés. Trois, quatre, six personnes peuvent ainsi collaborer dans le même calendrier commun. Les différents membres peuvent indiquer en permanence où ils se trouvent via la géolocalisation automatique. Notez à ce sujet qu’il est possible de désactiver cette fonction pour éviter d’être traqué. Sauf dans le cas d’un contrôle parental précis.

 

 ios8 partage

 

Puisque l’on parle de contrôle parental d’ailleurs, il est intéressant de noter que le partage familial permet de mettre en place certains verrous quand les appareils des enfants pourraient donner lieu à des factures salées. Dans ce cas-là, les comptes concernés sont définis comme surveillés, et toute volonté d’achat se soldera par une demande expresse envoyée au compte qui sert aux contrôles. Un père de famille pourra ainsi accepter ou refuser les achats d’applications et de contenus payants.

Le grand carrefour des données de santé et de domotique

La santé et la domotique sont deux domaines entièrement nouveaux pour Apple. Ils se manifestent par des infrastructures et des API spécifiques qui vont permettre aux développeurs de faire de l’iPhone un point central de contrôle pour différents aspects de son quotidien. Pour le grand plaisir de Cupertino qui cherche à rendre son téléphone incontournable.

 

Actuellement, il faut attendre que les produits compatibles soient disponibles, mais ils devraient arriver très rapidement. Dans les deux cas, les appareils et les applications pourront s’interfacer avec les éléments mis en place par Apple. Globalement, on peut considérer deux avantages à cette centralisation. Premièrement, une uniformisation du stockage des données dans un repère unique qui permet de tout rassembler au même endroit. Deuxièmement, un espace cohérent où les applications pourront communiquer entre elles.

 

ios8 santé healthkit

 

Ce deuxième aspect est particulièrement intéressant. Dans le cadre de la domotique, on peut imaginer par exemple un thermostat prenant en compte divers paramètres qui seraient fournis par des capteurs provenant pourtant d’un autre constructeur. Mais c’est dans le domaine de la santé que les répercussions vont être les plus importantes.

 

D’abord parce qu’on touche ici au corps humain, avec les problématiques de vie privée qui l’accompagnent. Ensuite parce que nous sommes très probablement à l’orée seulement des interactions possibles dans ce domaine. Apple fournit une application, nommée simplement Santé, qui va servir de point de chute aux autres. Les applications et appareils divers de mesure pourront donc y interagir et échanger des informations. Mais pour quel bénéfice ?

 

L’idée d’Apple avec Santé est de fournir un tableau de bord général de ce que vous faites faire à votre corps. Vous disposez d’une application pour suivre un régime ? Santé en reprend les statistiques. Vous avez couru avec le kit Nike ? Santé reprend la performance et intègre le nombre de calories dépensées. Et ainsi de suite jusqu’à fournir des tableaux récapitulatifs, des courbes, des synthèses de notre activité en reprenant tout ce à quoi l’application a pu avoir accès.

 

Certains n’aimeront pas une telle concentration, soit à cause de l’idée d’une réduction à un assemblage de nombres et de statistiques, soit par peur d’un espace si centralisé pour des données au caractère parfois intime. Car il est clair que Santé, et derrière elle l’infrastructure HealthKit, verra circuler un très grand nombre d’informations liées à la santé d’un utilisateur. Cependant, HealthKit n’est pas conçu pour communiquer en ligne, il est d’ailleurs interdit aux développeurs de se servir d’iCloud pour stocker des données.

 

Il faut dans tous les cas garder à l’esprit que cette quantification du soi va ouvrir un nouveau chapitre dans le respect global de la vie privée et des problématiques qui sont liées. Apple a insisté déjà plusieurs fois : aucun partage, aucune communication entre les applications ne peut prendre place si l’utilisateur ne l’autorise pas expressément. Mais cela ne permet en rien de vérifier le comportement des applications tierces, puisque les éditeurs pourront tout à fait choisir de récupérer les données pour les stocker dans un compte propre. Et là, les questions de sécurité sont primordiales.

 

Sur le thème de la santé et des données de confort, nous aurons largement l’occasion d’en cerner tous les aspects lors d’un prochain dossier qui sera intégralement consacré à ce thème.

Développeurs : les opportunités sont nombreuses

iOS 8 représentera à n’en pas douter une étape importante pour les développeurs tiers. Apple montre pour la première fois une véritable ouverture dans les possibilités qui leurs sont laissées, et le résultat devrait se voir assez rapidement. Comme on l’a vu, ils ont désormais accès à des modifications et ajouts qui leur ont été refusés pendant les sept versions précédentes d’iOS.

 

Par exemple, l’application Photos pourra accueillir d’autres filtres pour les images que ceux proposés en standard. Ils pourront également proposer des claviers alternatifs et remplacer ainsi complètement celui intégré à iOS. Mais ce n’est pas tout. Les applications tierces pourront être accompagnées de modules et extensions qui pourront remplir divers rôles au sein du système. Apple découvre par exemple les possibilités des widgets au sein du centre de notifications.

 

On pourra donc en modifier le contenu pour y afficher la météo, les derniers résultats sportifs, le statut de livraison d’un colis, les principaux titres de l’actualité, et ainsi de suite. Là encore, le système étant neuf, il faudra attendre que des applications tierces viennent enrichir le centre.

 

Apple Développeurs

 

Mais là où cette ouverture pourrait réellement changer la donne, c’est sur l’ensemble des actions et partages accessibles en temps normal aux utilisateurs. Depuis une photo par exemple, les utilisateurs ont accès à deux rangées d’icônes. En bas, les actions permettent de la copier, de la définir comme fond d’écran, de l’appliquer comme photo de profil à un contact, de lancer une impression et ainsi de suite. Au-dessus, les fonctions de partage enverront la photo par SMS, email, sur Twitter, Facebook…

 

Avec iOS 8, les développeurs vont pouvoir enrichir ces actions et partages. Par exemple, rien n’empêche la prochaine mouture de WhatsApp, Viber ou Telegram de proposer une icône dans le rang des partages. Depuis un document, on peut imaginer lancer directement un processus de traduction. En fait, des possibilités dont les utilisateurs d’Android risquent de se moquer tellement ce type d’interaction est courant sur la plateforme de Google. Mais côté Apple, ces changements vont créer une petite révolution chez les utilisateurs. On peut d’ailleurs se demander s’ils ne vont pas être perturbés par cette éventuelle profusion de nouveaux boutons. Reste à voir si l'ajout des fonctions se fera de manière automatique ou si l'autorisation sera demandée à l'utilisateur, cette dernière apparaissait plus que probable.

 

Puisque l’on parle des développeurs, il faut évidemment rappeler qu’Apple profite de l’arrivée d’iOS 8 pour officialiser son nouveau langage, Swift. Si les détails de ce dernier vous intéressent, nous vous recommandons la lecture de cette actualité que nous avions consacrée à ce sujet.

Il faudra plusieurs mois au moins pour juger de la pertinence des nouveautés

Que penser finalement cette de cette huitième version majeure d’iOS ? Qu’il s’agit globalement d’une bonne mouture dans le sens où elle capitalise sur les progrès réalisés avec iOS 7 sans bousculer l’utilisateur dans ses habitudes. Du moins pour l’instant.

 

L’ouverture du système et les nouvelles possibilités offertes aux développeurs rendent iOS 8 à part, car son arrivée va se faire en deux temps. La disponibilité immédiate, et qui permettra aux utilisateurs de bénéficier des fonctionnalités abordées dans le dossier. Puis l’adaptation de l’écosystème applicatif se fera au fil des mois, ce qui provoquera une vague de nouveautés grâce aux Extensions et autres ajouts.

 

Une partie des apports d’iOS 8 ne peut en effet que s’imaginer pour l’instant. Qu’il s’agisse de nouveaux claviers, de nouvelles actions ou de possibilités de partage, d’interactions entre des applications liées à la santé ou à la domotique ou encore des widgets dans le centre de notifications, il est difficile pour l’instant de mesurer l’impact réel sur les utilisateurs. Même pour iCloud Drive et la bibliothèque Photos centralisée. Cette dernière fera d'ailleurs l'objet d'une mise à jour du dossier quand elle sera pleinement disponible.

 

iOS 8 ne va donc pas bousculer les habitudes tout de suite, même si certaines nouveautés, notamment le clavier virtuel et ses prédictions, demanderont un temps d’adaptation. Il sera par contre intéressant de suivre l’évolution au courant des prochains mois afin d’observer comment l’écosystème iOS pourrait transformer les usages.

 

Notifications enrichies et amélioration du clavier

Les notifications représentent un premier gros indice sur la manière dont Apple a conçu les interactions au sens large avec iOS 8. Il ne faut pas se leurrer : le système de Cupertino était en retard vis-à-vis d’Android, très en retard, et il était temps de mettre les bouchées doubles pour revenir sur le devant de la scène. Deux aspects ont donc été particulièrement travaillés : la manière dont iOS interagit avec l’utilisateur, et la façon dont les applications communiquent entre elles.

Des notifications mieux gérées et plus pratiques 

En ce qui concerne iMessage, Mail, le Calendrier et les Rappels, les notifications ne sont plus statiques. Lorsque l’on est déjà en train d’utiliser son appareil et qu’un signal apparaît en haut de l’écran, on a la possibilité de tirer la zone vers le bas pour parvenir à des fonctionnalités supplémentaires.

 

Comme on peut le voir sur cette capture, tirer vers le bas lors de la réception d’un SMS ou d’un iMessage permet désormais de répondre directement au contact. L’ajout est tellement simple qu’on se demande pourquoi il a fallu huit versions du système pour qu’Apple daigne l’ajouter. Avec le centre d’actions d’iOS 7, c’est probablement l’une des fonctionnalités qui avaient le plus de succès chez les adeptes du jailbreak.

 

ios8 notificationsios8 notifications

 

Les actions possibles sont logiques et dépendent du contexte. Dans le cas de l’arrivée d’un rappel par exemple, l’utilisateur pourra signaler que la tâche est accomplie, ou au contraire la repousser. Si un mail arrive, pas question de répondre directement (les emails ont en général des textes beaucoup plus longs), mais on pourra par contre directement le supprimer ou le marquer comme lu.

 

De nombreux clients proposent ce type d’action, et ceux qui utilisent Office sous Windows 8 le savent bien, puisque Outlook ne dispose pas de ses notifications enrichies quand il est utilisé sur le dernier système de Microsoft (un comble). Dans tous les cas, on pourra simplement appuyer sur la notification pour ouvrir l’application associée et disposer de l’interface classique pour agir. Pour se débarrasser du bandeau en l’écran, un glissement du doigt vers haut suffira.

 

ios8 notificationsios8 notificationsios8 notifications

 

Par ailleurs, ces nouvelles possibilités se retrouvent également sur l’écran verrouillé et dans le centre de notifications lui-même. Un mail est arrivé ? Un glissement vers la gauche révèle une case bleue pour le marquer comme lu et une case rouge pour le supprimer. Notez qu’une petite croix noire sur une pastille grise permet de supprimer la notification sur laquelle on agit. L’utilisateur pourra donc se débarrasser de l’une d'entre elles sans perdre les autres, le centre n’ayant jamais eu cette granularité jusqu’à présent.

 

Beaucoup se posent sans doute la question de savoir si ces notifications enrichies ne vont servir que pour quelques applications internes d’Apple. La réponse est non. Il s’agit bien d’un ajout standard dans le système, ce qui induit une utilisation potentielle par les applications tierces. Il va falloir simplement que les développeurs proposent des mises à jour qui tireront partie de cette fonctionnalité qui peut faire gagner du temps.

Les liens avec Yosemite ne fonctionnent pour l'instant qu'en partie

L’un des autres aspects forts d’iOS est son canal de communication privilégié avec Yosemite. Il ne concernera évidemment pas tous les utilisateurs, car tous les possesseurs d’iPhone et d’iPad ne possèdent pas nécessairement un Mac, loin de là même. Il s’agit pourtant d’une caractéristique important, et les adeptes d'OS X auront ici un aperçu de ce qui les attend.

 

La coopération s’étale sur deux fonctionnalités différentes : Continuité et Handoff. La première repose sur un principe simple : les iPhone, iPad et Mac reliés au même réseau Wi-Fi pourront sonner indifféremment quand un SMS ou un appel téléphonique se présentera. Ce qui signifie en fait une transmission du signal par l’iPhone et une exploitation par des appareils qui ne sont pas prévus pour.

 

Dans la pratique, il est très difficile en fait de se faire une idée précise de cette fonctionnalité, et pour cause : Yosemite n’est pas terminé. Même avec la toute récente Developer Preview 8 du système, Continuité est toujours très capricieuse. Quand elle fonctionne, le lien est en effet pratique : on utilise iMessage pour répondre indifféremment aux SMS classiques ou aux fameuses bulles bleues échangées entre appareils Apple. On apprécie évidemment de taper très vite au clavier plutôt que de devoir saisir son téléphone pour rédiger la réponse.

 

Cependant, même quand la réception des SMS fonctionnait (y compris sur l’iPad), la transmission des appels téléphoniques n’a jamais voulu se faire. Le signal n’apparaissait tout simplement pas sur le Mac, tandis que l’iPad affichait l’appel, mais décrocher ne donnait rien.

 

Handoff par contre est déjà pleinement exploitable. La fonction consiste à commencer une tâche sur un appareil et la continuer sur un autre. Vous commencez un iMessage sur l’iPhone et souhaitez l'envoyer depuis un Mac ? Ce dernier fait apparaitre une icône à gauche du Dock pour vous inviter à reprendre ce qui a été commencé. L’inverse est également possible : dans ce cas, l’icône d’iMessage apparait en bas à gauche de l’écran verrouillé sur le téléphone. Il suffit de faire glisser vers le haut l’écran depuis cette icône pour aller directement à l’application :

 

 ios8 handoffios8 handoffios8 handoffios8 handoff

L'icône en bas à gauche change en fonction de l'application active sur Yosemite : Mail, Messages, Safari ou Plans

 

Cela fonctionne actuellement avec la plupart des services proposés par Apple : Messages, Safari, Mails, Plans, Contacts, Calendrier et Rappels. Les applications mobiles de la suite iWork, à savoir Pages, Numbers et Keynote, sont également compatibles.

 

Comme pour de nombreux aspects d’iOS 8, Handoff n’est cependant pas réservée uniquement aux applications Apple. La fonctionnalité peut être utilisée par les éditeurs tiers dans leurs propres produits. Par exemple, vous ouvrez Wunderlist et vous commencez à y entrer des éléments, depuis un iPhone ou un iPad. L’application OS X apparaîtra alors à gauche du Dock pour vous inviter à reprendre le travail. La fonction ne sera pas utile partout, mais elle devrait fournir un bonus  sympathique… à ceux qui fonctionnent au tout Apple.

 

Toutes ces interactions sont intéressantes et vont dans le bon sens, un exemple que Microsoft pourrait suivre afin d'améliorer Windows Phone, d'autant plus que le parc d'ordinateurs sous Windows est relativement important.

 

ios 8 handoff

QuickType, le clavier virtuel qui veut vous connaître

Le clavier virtuel d’iOS 8, baptisé QuickType, mérite un chapitre à lui tout seul. La firme a opéré de nombreux changements, et tous risquent de ne pas plaire aux utilisateurs. Le plus visible, dès que l’on commence à utiliser le nouveau système mobile, est l’ajout des suggestions. Une barre a fait son apparition au-dessus de la zone d’écriture et va afficher en effet trois suggestions en fonction de ce que l’on écrit.

 

L’objectif est évidemment de faire des propositions qui soient pertinentes. À vrai dire, elles le sont, dans la plupart des cas. iOS se montre relativement intelligent en adaptant les possibilités en fonction de ce que vous écrivez, mais en prenant en charge également ce que vient de dire votre interlocuteur. S’il vient de vous poser une question, les réponses « Oui » et « Non » apparaissent quand elles sont pertinentes. Les questions comportant des choix peuvent également être interprétées quand elles sont simples :

 

ios8 quicktypeios8 quicktypeios8 quicktypeios8 quicktype

 

La fonction peut se révéler particulièrement amusante parce qu'il est possible de rédiger des réponses avec les seuls mots proposés par QuickType. Certains s'amuseront à créer la réponse la plus longue possible avec les mots proposés et en gardant une certaine cohérence

 

Mais le souci est que cette barre consomme de l’espace sur l’écran. Avec un iPad, cela n’a aucune importance. Avec un iPhone 4S ou un iPhone 5, c’est déjà plus ennuyeux et on se retrouve vite avec l’envie de la supprimer parce qu'elle rogne finalement sur le contenu de l’application. On peut bien entendu la masquer en appuyant dessus et en faisant un petit glissement vers le bas, ou la désactiver complètement dans les préférences du téléphone (Général > Clavier > Prédictions).

Un système qui reste largement perfectible

Pour ceux qui n’apprécient pas cette fonctionnalité, sachez qu’elle risque de vous causer de menus soucis un peu partout, même en la désactivant. Dans notre cas, l’iPhone avait été mis à jour depuis iOS 7, qui possédait donc une liste de mots et d’habitudes à adopter pour la correction automatique. Après le passage à iOS 8, certaines habitudes ont changé. Les « a » ne reçoivent que rarement leur accent de manière automatique (mais le système n’a jamais été vraiment à l’aise sur ce point , et les « ca » sont laissés tels quels, iOS 8 ne corrigeant pas tout de suite en « ça » (alors qu’il ne peut pas y avoir d’autre possibilité).

 

Cependant, ce clavier est révisé dans sa façon de prendre en compte les suggestions et les corrections. Avec le temps, il apprend et certaines corrections finissent par revenir doucement d’elles-mêmes. Mais surtout, l’apprentissage se fait par contact, ce qui a ses forces et ses faiblesses. Par exemple, pour les problèmes cités, on préfère qu’iOS réagisse à l’échelle globale. À l’inverse, il est capable de retenir des dictionnaires différents selon les personnes. Pratique dans le cas de discussions de travail faisant appel à un jargon spécifique.

 

Globalement, nous percevons aisément le potentiel de ce nouveau clavier, mais ceux qui ont l’habitude de s’en servir de manière très rapide, en comptant sur la correction automatique pour prendre le relai, ne s’en serviront sans doute pas. Les propositions nécessitent en effet d’arrêter d’écrire pour vérifier les choix proposés, et beaucoup préfèrent poursuivre dans le flux de leur écriture.

 

En outre, la sortie d’iOS 8 va rimer avec de nouveaux types d’applications. Pour la première fois, les éditeurs tiers pourront proposer des claviers alternatifs, et il faut donc s’attendre à un choix intéressant. Swipe, qui permet d’effectuer des gestes tactiles pour regrouper les lettres, sera de la partie, de même que SwiftKey, qui propose un système de prédiction des mots qui vont être utilisés, et dont Apple s’est très manifestement inspiré.

Messages, photos et iCloud : de vraies nouveautés

Apple compte depuis longtemps sur la disponibilité d’iMessage sur l’ensemble de ses produits pour proposer une solution simple et unifiée. Une conversation commencée sur un iPhone peut se poursuivre ainsi sur un Mac ou un iPad. Le problème, évidemment, c’est que cet aspect pratique n’est possible qu’entre des appareils signés Apple.

Messages se penche enfin sur la gestion des conversations de groupes 

iOS 8 apporte un certain nombre d’améliorations concernant les conversations, surtout quand elles se font à plusieurs. Tout d’abord, chacune possède désormais un historique des fichiers multimédia qui ont été échangés. Depuis une conversation, appuyer sur « Options » en haut à droite n’affiche plus un petit panneau, mais bascule l’écran sur un panneau résumant les possibilités d’interactions.

 

ios8 messagesios8 messagesios8 messages

 

On remarque au centre qu’un partage simplifié de la position géographique a été ajouté, comment le proposent déjà d'autres solutions du genre. Il y a en fait deux lignes : envoyer la position de manière ponctuelle, et le partage de la position, qui active un suivi sur la durée pour le contact. En bas, l’utilisateur pourra retrouver toutes les photos et vidéos échangées. Cette fonctionnalité est également présente pour les conversations à plusieurs, ce qui sera d’ailleurs encore plus efficace puisque les échanges ont, évidemment, tendance à être plus nombreux.  Mais ce n’est pas le seul ajout concernant les groupes.

 

Comme on peut le voir sur les captures, chacun aura la possibilité de renommer la conversation. Une fonction simple mais qui change la donne dans la liste des conversations, car les groupes n’étaient signalés que par les noms des personnes qui y participaient, ce qui n’était clairement pas lisible. Dommage cependant que l’on ne puisse pas affecter une image, comme d’autres applications de messagerie le font depuis longtemps (WhatsApp, Telegram, etc.). En outre, on peut ajouter de nouveaux participants à la volée, ou bien en supprimer, ce qui évitera de recréer sans cesse de nouveaux groupes en fonction des situations.

 

ios8 messagesios8 messagesios8 messages

 

Sachez que toutes les conversations, simples et multiples, possèdent un réglage capable de couper toute notification provenant des participants. Ainsi, si vous faites partie d’une discussion à plusieurs particulièrement active, vous pourrez activer l’option et n’aller voir les messages que lorsque vous en aurez le temps. Ou l’envie.

 

Mais Apple n’a pas simplement revu l’aspect gestion de la messagerie. Des aménagements et de nouvelles fonctionnalités font également leur apparition au sein des conversations. Ainsi, il est possible d’envoyer des notes vocales à son ou ses contacts. Rien de révolutionnaire bien sûr, puisque la plupart des applications de messagerie le proposent déjà depuis des années. La firme a également revu le partage de photos et de vidéos, pour le simplifier.

 

Les captures montrent bien l’interface choisie par Apple. Lorsque l’on appuie sur l’icône de l’appareil photo, les dernières images enregistrées sont automatiquement présentées. On peut ensuite choisir une ou plusieurs photos, ce qui simplifie largement les envois groupés. Une fois la sélection faite, on peut envoyer directement les photos, ou les accompagner d’un message. Globalement, la fonction est nettement plus pratique que dans les versions précédentes d’iOS.

Photos : une gestion repensée, et arrivée d'une corbeille

Qu’il s’agisse de gérer ses photos ou d’en prendre, la manière dont une plateforme mobile conçoit cet aspect de l’utilisation d’un smartphone est devenu primordiale. Pouvoir prendre un cliché et le partager dans la foulée avec ses amis ou sur les réseaux sociaux est devenu normal, et certains smartphones, comme les Lumia, se sont fait une réputation justement dans ce domaine.

 

Dans iOS 8, les plus gros changements ne viennent pas vraiment de la manière de prendre les photos, mais bien de les stocker. D’une part, la présentation évolue quelque peu, une rubrique « Ajouts récents » reprenant l’ensemble des dernières images qui ont été enregistrées sur l’appareil. Cette section est automatiquement synchronisée avec iCloud puisqu’elle reprend en fait le Flux de Photos.

 

ios8 photosios8 photosios8 photos

 

Cette zone a l’avantage de la simplicité. Il était courant chez les utilisateurs d’iPhone de ne pas comprendre cette étrange redondance entre les sections Pellicule et le Flux de Photos, les clichés étant les mêmes. Désormais, l’utilisateur n’aura plus qu’une seule section pour retrouver ses dernières prises de vue. Évidemment, l’accès classique à l’intégralité des images contenues dans le téléphone reste possible avec le premier onglet. De même, la zone des albums partagés n’a pas changé.

 

Cette simplification s’accompagne d’une « corbeille » puisque la zone Albums comprend désormais un dossier « Supprimés récemment » qui permet de récupérer les clichés que l’on aurait effacés. Nous sommes davantage dubitatifs sur cette fonctionnalité, pour une raison simple : effacer une photo sur iOS implique déjà de la sélectionner, puis de cliquer sur la corbeille, pour ensuite confirmer. Les suppressions hasardeuses paraissent donc peu probables, et supprimer un cliché complètement réclame donc désormais des manipulations supplémentaires.

 

Notez toutefois, comme on peut le voir sur les captures, que tout cliché envoyé dans la corbeille s’accompagne automatiquement d’un compte à rebours de 30 jours. Passé ce délai, la photo s’efface d’elle-même. Ceux qui dont la mémoire est pleine voudront cependant aller plus vite, et Apple n’a pas pensé à inclure un bouton qui permettrait de vider la poubelle d’une seule traite. Par ailleurs, le dossier des éléments supprimés est spécifique à l’appareil et n’est donc pas synchronisé.

Un système de favoris et un moteur de recherche plutôt complet

L’utilisateur peut également appuyer sur le petit cœur pour placer la photo dans les favoris. À la première photo ainsi marquée, la section Albums crée automatiquement un dossier « Favorites ». En outre, la fonction est directement liée au nouveau champ de recherche qui apparait lorsque l’on appuie sur la loupe située en haut à droite.

 

Le champ permet de retrouver plus facilement un cliché, la liste déroulante proposant automatiquement un accès aux photos favorites, mais également aux endroits où on les a prises. Ainsi, plutôt que de fouiller dans l’intégralité de sa photothèque, on peut demander à iOS de chercher directement dans les clichés des dernières vacances à Porto Vecchio, ce qui évite de faire défiler le contenu

 

ios8 photosios8 photosios8 photos

 

La recherche permet de varier les thématiques et se montre relativement souple. On peut lui demander par exemple de n’afficher que les clichés qui ont été pris dans les environs. On peut également demander une période de l’année, remonter à une date précise dans les années précédentes et ainsi de suite.

La synchronisation évolue, les filtres pourront être proposés par les développeurs

Il faut signaler également une fonctionnalité présente dans iOS 8, mais toujours sous une forme bêta : la bibliothèque iCloud. Une fois activée, elle fusionne les espaces de stockage locaux et distants pour tous les appareils connectés à ce compte. Un seul espace synchronisé pour tous les clichés, comme un dossier partagé de type Dropbox, Google Drive ou OneDrive.

 

Nous n’avons pas activé encore cette option, car elle n’est pas finalisée et Apple prévient clairement qu’une fois en place, les anciens accès au flux de photos ne sont plus valides, ce qui vaut par exemple pour le client iCloud sous Windows, ou même iPhone pour OS X, le logiciel n’étant pas à jour. Il y a fort à parier qu’une mouture 8.0.1 d’iOS sera proposée le jour de la sortie du système, ou très peu de temps après pour activer la bibliothèque iPhone. Nous aurons alors l’occasion de revenir sur ce point.

 

Enfin, concernant la prise de photos proprement dite, il y a essentiellement deux ajouts. Premièrement, un mode Time-lapse  autonome. Le principe est assez simple : on fixe ce que l’on souhaite filmer avec son téléphone et on déclenche l’enregistrement, qui va alors se charger de prendre une photo à intervalle régulier tant que l’on ne le coupe. Les photos sont automatiquement assemblées en une vidéo accélérée. La fonction est sympathique et ne réserve pas de surprises.

 

ios8 photosios8 photos

 

Deuxièmement, l’enregistrement des photos peut être suivi d’une phase d’édition rapide proposant plusieurs outils. Par exemple, pour découper l’image, changer la luminosité, la balance des blancs, mais également le thème via des filtres qui n’impressionneront pas les habitués d’Instagram. La différence ici est qu’avec l’ouverture d’iOS 8 aux extensions, des éditeurs pourront proposer des filtres supplémentaires.

iCloud Drive, une fonctionnalité en filigrane dans iOS 8

Drive est une fonctionnalité qu’Apple remet en place, car elle n’a rien de neuf. Il s’agit d’un espace de stockage distant, exactement comme sur le modèle d’un Dropbox, OneDrive, Google Drive et autres. Mais cette fonction existait il y a des années chez Apple, quand iCloud était MobileMe et que l’on ne pouvait y accéder qu’au moyen d’un abonnement de 79 euros par an. Un espace de 20 Go était alors fourni, pour disparaître à l’arrivée d’iCloud.

 

Des années plus tard, Drive fait donc son retour, mais de manière plus généralisée. Il est intégré dans iOS 8, mais disponible uniquement au travers des applications qui savent l’exploiter. Il sera surtout utile à ceux qui sont sous OS X ou Windows puisque le dossier distant pourra se gérer comme n’importe quel répertoire. C’est d’ailleurs toute la différence : jusqu’à présent, iCloud n’était exploitable que par des applications qui y entreposaient leurs données de manière transparente. Cette fois, l’utilisateur met lui-même les fichiers qui l’intéressent.

 

D’un point de vue iOS cependant, Drive ne devrait pas vraiment changer la donne. Les applications stockent en effet déjà leurs données dans iCloud pour certaines, et elles continueront à le faire avec l’arrivée de cette nouvelle fonctionnalité. D’autant qu’Apple ne fournit de toute façon pas d’explorateur de fichiers dans son système mobile, et on ne pourra donc pas explorer l’arborescence de ses dossiers depuis un iPhone ou un iPad.

 

Sachez cependant que l’introduction d’iCloud Drive a provoqué une baisse manifeste de formules payantes du service :

  • 20 Go : 0,99 euro par mois
  • 200 Go : 3,99 euros par mois
  • 500 Go : 9,99 euros par mois
  • 1 To : 19,99 euros par mois

Bien entendu, on est encore loin des tarifs pratiqués par la concurrence, mais Apple vend une solution pour ses propres appareils. D’ailleurs, même si un client Windows doit paraître, la synchronisation s’arrêtera là : pas question d’avoir une application mobile pour Windows Phone, Android ou BlackBerry, et ne parlons évidemment pas d’un client pour Linux.

Premier contact avec le nouvel iOS

Alors qu’iOS 8 sera disponible ce soir, nous avons décidé d’en faire le tour des nouveautés afin de mesurer le chemin parcouru depuis la précédente version du système. Car contrairement à ce qui s'était passé pour iOS 7 qui introduisait un changement de look radical, les principales améliorations ne seront pas visibles tout de suite. Sa sortie avait en effet provoqué de nombreux remous.

iOS 8 : des changements multiples, mais plus subtils

Le système comportait de réelles nouveautés qui pouvaient rapidement faire la différence pour ceux qui pouvaient en profiter (au revoir l’iPhone 3GS). Par exemple, le centre d’actions, qui contenait un accès rapide à quelques fonctionnalités souvent utilisées (lampe torche, calculatrice…) ainsi que la possibilité d’activer ou désactiver le Wi-Fi, le Bluetooth, etc. AirDrop et AirPlay étaient eux aussi présents, rendant l’ensemble très pratique, même si on trouvait sur Android des équivalents depuis longtemps.

 

Mais iOS 7 avait surtout été pour Apple l’occasion de revoir profondément l’aspect de sa plateforme mobile. Ce fut la première grande incursion de la firme dans le monde du « flat design », même si cette appellation n’était en fait pas applicable partout (notamment à cause des éléments transparents). Le style global est devenu toutefois beaucoup plus plat, Apple supprimant les reliefs, les croisements et les dégradés, tout en vivifiant les couleurs :

 

ios8

 

Conséquence, l’arrivée de cette version avait créé de nombreuses réactions épidermiques l’année dernière, car le style n’était pas nécessairement apprécié de tous. De vrais débats passionnés avaient pris place et beaucoup regrettaient alors la version 6, dont les couleurs étaient jugées moins « agressives » notamment. Et pourtant, presque un an après la sortie de cette mouture, 90 % du parc mobile iOS utilise la dernière, révision disponible.

 

C’est dans ce contexte que sort iOS 8, et il n’est pas question cette fois de bousculer une fois encore les habitudes. Le nouveau venu capitalise en effet sur les bases instaurées pour en développer le champ fonctionnel. L’interface n’évolue donc que peu visuellement, mais les applications ont été enrichies et les utilisateurs pourraient avoir quelques surprises dans les mois à venir. iOS 8 fournit en effet aux développeurs des possibilités longtemps réclamées, notamment sur les interactions ou sur des zones du système jusque-là réservées à Apple, comme le clavier.

 

iOS 8 a donc surtout pour mission de poser les bases d’un nouvel environnement de développement. C’est particulièrement le cas dans le domaine de la santé et de la domotique. Apple ambitionne en effet de faire de ses appareils mobiles un point central afin qu'ils deviennent les réceptacles de nos habitudes. Comme nous le verrons, de nouveaux modules serviront de véritables zones d’échanges entre les applications, même si la firme assure que c’est l’utilisateur qui restera maître des interactions.

Une liste de compatibilité sans surprises

Mais avant de se lancer dans l’exposé des nouveautés, il convient déjà de contrôler quels appareils peuvent se lancer dans l’aventure iOS 8. À vrai dire, il n’y a pas vraiment de surprise : l’iPhone 4, plus ancien produit à profiter d’IOS 7, sort de l’équation.

 

Les modèles pris en charge sont donc :

  • iPod Touch : cinquième génération
  • iPhone : 4S, 5, 5c et 5s
  • iPad : 2, 3, 4, mini et mini Retina

Bien entendu, les iPhone 6 sont taillés directement pour iOS 8 et donc livrés avec. Globalement, les appareils qui fonctionnaient sous iOS 7 feront de même sous iOS 8. Il n’y a d’ailleurs pas d’écarts notables en termes de performances, ce qui évitera d’ailleurs l’affreuse déconvenue des possesseurs d’iPhone 4 quand iOS 7 a été rendu disponible. La réactivité générale était devenue exécrable, forçant Apple à lancer une version 7.1 qui avait nettement amélioré la situation, sans évidemment redonner les performances d’un iOS 6, plus léger.

 

Concernant l’installation du système, il n’y a rien de particulier à savoir vis-à-vis des versions précédentes : il s’agit de mettre à jour vers une nouvelle, ce qui implique les opérations habituelles, notamment au niveau des sauvegardes nécessaires. Elles sont d’autant plus importantes que certaines fonctionnalités d’iOS 8 changeront la manière dont vous avez de gérer vos données.

 

Enfin, sachez que même si la quasi-totalité des appareils a droit à iOS 8, tous ne seront pas égaux au niveau des fonctionnalités. Un fonctionnement qu'Apple applique déjà depuis plusieurs années, les modèles les plus anciens ne pouvant pas profiter de certains apports comme nous le verrons dans ce dossier.

Premier contact avec iOS 8

Une fois le système installé ou lorsque vous entrerez en possession de l’un des nouveaux iPhone 6 (avant que tous les produits vendus n’y basculent), vous serez confronté aux écrans de réglages. La plupart sont connus puisque vous aurez à préciser le réseau Wi-Fi à utiliser, confirmer le compte iCloud associé, choisir d’activer ou non la géolocalisation, mais pas seulement.

 

Certaines questions posées seront nouvelles, tandis que d’autres disparaissent. Parmi ces dernières, l’activation du service de localisation de l’iPhone, mis en route automatiquement si un compte iCloud est confirmé et que la géolocalisation est active.

 

ios8 initialisationios8 initialisationios8 initialisationios8 initialisation

 

Du côté des nouveautés, iOS 8 demandera par exemple à l’utilisateur s’il souhaite envoyer automatiquement aux éditeurs des applications des données liées aux plantages quand ils surviennent. Une fonction demandée depuis longtemps par les développeurs afin de pouvoir collecter de précieux retours.

De nouvelles applications à découvrir

Une fois que l’on se retrouve sur l’écran d’accueil, on remarque assez peu de changements par rapport à la version précédente. Les icônes et le thème par défaut sont les mêmes, et on cherche les nouveautés. Le système est pourtant fourni avec quelques applications supplémentaires. Astuces, tout d’abord, qui est une compilation de petits conseils sur l’utilisation quotidienne.

 

ios8 astucesios8 astucesios8 astuces

 

L’autre, Santé, permettra de réceptionner toutes les données en provenance des capteurs liés à l’activité physique ou concernant votre corps. Bien entendu, les objets et les applications qui les accompagnent devront être compatibles. À travers l’infrastructure HealthKit, l'application rassemble toutes les informations et peut produire notamment des récapitulatifs et des vues de synthèse. Évidemment, ceux qui ne sont pas intéressés par ce genre de suivi n'y verront aucun intérêt.

 

Sorti de ces deux premiers ajouts visibles, on effectue machinalement quelques gestes courants, comme l’appel du centre d’action. Il ne contient aucune nouvelle fonctionnalité, mais son apparence a évolué afin d'adopter des contrastes plus marqués.

0 commentaire
Il n'est plus possible de commenter cette actualité.