L'ARCEP alertée de la panne Orange par le Web

silicani arcep assemblée

 

Questionné à de multiples reprises par les parlementaires s’agissant de la panne du réseau Orange, le président de l’ARCEP a donné les informations en sa connaissance : « Ce qui s’est passé, sans entrer dans les détails, c’est le dysfonctionnement d’un logiciel lié à un équipement cœur de réseau, fourni par Alcatel-Lucent ». L'intéressé confirme les informations que nous avions eu dans la nuit du 6 au 7. Jean-Ludovic Silicani a ainsi expliqué que le problème se situait « sur un réseau de signalisation, qui donne l’indication des messages qui sont transmis : d’où ils partent, où ils arrivent, où ils sont ». Et dans la mesure où « quand ce réseau se dérègle, plus rien ne fonctionne car toutes les informations qui sont données sont fausses ». Le président de l’autorité administrative a bien insisté : « c’est un problème de logiciel ».

Un rapport et une audition de Stéphane Richard dans les jours à venir

À partir de là, que va-t-il se passer dans les prochains jours ? « Nous attendons le rapport que France Télécom doit remettre à la ministre [Fleur Pellerin, ndlr] et à nous même, je pense à la fin de cette semaine ou au début de la semaine prochaine » a précisé Jean-Ludovic Silicani. Le président de l’ARCEP a également ajouté que l’autorité administrative allait entendre le numéro un d’Orange dans les jours à venir : « Nous auditionnerons Stéphane Richard, je pense dans le courant de la semaine prochaine ».

 

S'agissant d'éventuelles sanctions à l'encontre d'Orange, Jean-Ludovic Silicani a été clair : « Nous sommes impuissants pour traiter ce qui se passe dans le passé ». Dès lors, « même si France Télécom a manqué à une obligation, nous ne pourrons la mettre en demeure que de cesser cette infraction. Et si elle ne se met pas en règle, [nous pourrons alors] la sanctionner pour ne pas s’être mis en règle face à cette mise en demeure ». Autrement dit, l'ARCEP n'a pas le pouvoir de punir Orange pour cette panne en particulier, mais uniquement si l'opérateur venait à manquer à des sommations préalables de l'autorité administrative.

 

Si tel était le cas, l’ARCEP pourrait prendre en compte le manque de diligence d’Orange à son égard. Jean-Ludovic Silicani a en effet fait remarqué que l’ARCEP avait « été informé de cet incident par le Web », sous-entendant que l’autorité administrative n’avait pas été prévenue par l’opérateur. L’intéressé a toutefois ajouté que le président de France Télécom l’avait appelé le lendemain pour s’excuser de ne pas l’avoir averti. 

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !