Brésil : un tribunal refuse le déréférencement d'images érotiques sur Google

RapidShare 

En 1982, sort « Amor estranho amor », où Maria da Graça Meneghel agée de 16 ans donne la réplique à un jeune garçon âgé de 12 ans. Plusieurs scènes érotiques ponctuent les échanges. L’année suivante, l'actrice devient présentatrice de programmes télévisés traditionnels, destinés plus particulièrement à la jeunesse. Également chanteuse, elle est désormais connue sous le pseudonyme Xuxa, et anime encore certaines émissions.

 

En 2010, elle décide d’engager des poursuites contre Google, demandant notamment que soient retirés les résultats de recherche associant les mots « pornographie » et « pédophilie » à son nom, comme le note Exame. En effet, il est facilement possible de retrouver des images ou extraits du film « Amor estranho amor » depuis le célèbre moteur de recherche d'image. Quelque temps plus tard, elle réussit à obtenir la condamnation de la firme de Mountain View, sommée par la justice de retirer les liens en question, sous peine d’amende.

 

Toutefois, les magistrats du STF viennent de considérer que ce jugement de première instance était « sans effet », comme le relate l’AFP. Pourquoi ? Parce que Google n'est pas responsable des contenus qu’il propose via ses résultats de recherche. De surcroît, la société américaine ne disposerait pas des moyens techniques permettant d'assurer une telle purge. La magistrate Nancy Andrigui a ainsi déclaré à l’AFP que pour ce cas d’espèce, « le droit collectif à l'information prévalait sur le respect de la vie privée d'un individu ».

 

Xuxa, aujourd’hui âgée de 49 ans, pourrait toutefois faire appel de cette décision, comme le note TVI24.

 

RapidShare

 

Cette affaire n’est pas sans rappeler celui d’une ancienne actrice porno, qui souhaitait elle aussi que Google déréférence certains résultats la concernant. Le juge français saisi de ce dossier avait quant à lui ordonné la désindexation du nom patronymique et du prénom de cette personne, « en lien avec les sites à caractère ou tendance pornographique sur les moteurs de recherche Google » (voir notre article : Google condamné à désindexer le passé d’une ex-actrice porno).

 

Il apparaît ainsi que les litiges de ce type semblent se multiplier pour la firme de Mountain View, qui en vient parfois à trouver des accords avec les plaignants avant de finir devant les tribunaux. Dernier exemple en date : hier, Google France a conclu un accord avec plusieurs associations lui reprochant d’associer dans les suggestions le mot juif avec celui de certaines personnalités.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !