L’Intérieur officiellement questionné sur la fiabilité du vote par internet

Lors des dernières élections législatives, les Français résidents à l’étranger ont pu voter par internet. Ils ont été 130 000 à cliquer-voter pour choisir 11 députés à bout de souris. Le sénateur Alain Anziani est l’un des premiers à s’être saisi de la question de la fiabilité du vote par Internet et des « risques inhérents » à ces systèmes censés enrichir les démocraties modernes.

vote circonscription étranger

Dans sa question au ministre de l’Intérieur, le sénateur de la Gironde rappelle les nombreux couacs techniques qui ont gâché la fête du clic. « Certains électeurs n'ont pas pu voter, car ils possédaient une nouvelle version du langage de programmation Java, qui n'était pas compatible avec les verrous de sécurité mis en place pour ce vote numérique. Ces difficultés semblent être à la source d'une désaffection pour cette modalité de vote, puisque seulement 130 000 électeurs l'ont choisie, sur les 700 000 qui avaient exprimé leur intérêt auprès des ambassades. »

Mais il y a mieux, rappelle le parlementaire : « certains internautes et experts en informatique affirment avec insistance qu'il est techniquement possible d'introduire dans le programme de ces systèmes de vote un logiciel malveillant permettant de détourner les identifiants des électeurs et donc de modifier leur vote. » Ce détournement avait été mis en lumière dans une vidéo sur YouTube qui a tourné en boucle. On pourra aussi se pencher sur les travaux de Paul Da Silva, sans négliger le curieux incident survenu lors du vote au Benelux et plus globalement ces propos de principe.

Alain Anziani craint du coup pour la sincérité du scrutin et secoue le spectre d’une éventuelle annulation. Il demande ainsi au ministère de l’Intérieur « s'il a été procédé à un audit de sécurité de ce système de vote et si les résultats en sont publics », « comment [i] entend remédier aux difficultés techniques rencontrées lors du scrutin des élections législatives 2012 ». Enfin, il réclame « préalablement à toute extension des expérimentations en cours que soit menée une réflexion approfondie sur les défaillances potentielles des systèmes de vote dématérialisés, y compris les machines à voter. »

Posée le 7 juin dernier, la question n'a pas encore eu de réponse. Nous y reviendrons d'ici là.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !