Un bulletin litigieux, grain de sable du vote électronique au Benelux

0 et 1 suite 68
Par
le lundi 18 juin 2012 à 12:26
Marc Rees
Benoit Sibaud, plus connu sous le pseudo de Oumph, fut l’un des délégués sur le vote par internet pour le Parti Pirate lors du premier tour. Il assistait hier aux opérations de dépouillement pour le second tour comme peut le faire n’importe quel citoyen. Un expert de l’OSCE qui mène une mission sur la surveillance des élections était également là, au ministère de l'Intérieur. C'est là qu'un bug dans le dépouillement du vote électronique a été constaté hier soir.

vote électronique benelux
Extrait des résultats provisoires pour la 4e circonscription du Benelux

Benoit Sibaud nous indique qu'en fait deux erreurs ont été repérées dans la quatrième circonscription des Français de l’étranger. « Comme à chaque fois, le ministère récupère les DVD avec les informations collectées. Un système de déchiffrement et de mélange des bulletins intervient au bout de 45 min. Mais déjà, on constatait une erreur puisqu’on voyait une participation deux fois moindre qu’au premier tour. Les serveurs sont cependant doublés : il y a donc eu une nouvelle analyse des bulletins avec de nouveaux filtres. C’est 45 min plus tard qu’on s’est aperçu de cet écart de 1. »

Les premiers résultats affichaient les résultats suivant :
  • Philip Cordery : 4070
  • Marie-Anne Montchamp : 3678
  • Bulletins Blancs : 252
...soit donc une participation moitié moindre qu’au premier tour. Dans le même temps, le système informatique relevait 14624 éléments !

Du coup, un second décompte est organisé sur le serveur de secours avec un cédérom nommé "Patch Mixing". Celui-ci possède des filtres audités le 2 juin 2012, soit après la vidéo de Laurent Grégoire qui avait montré comment il est possible de contourner le système de vote électronique en France.

A la sortie de l’urne électronique revérifiée, Cordery l’emporte toujours :  
  • Philip Cordery 7427 voix
  • Montchamp 6773 voix
  • Blancs 423
Problème : il y a donc 14623 bulletins, alors que dans le même temps 14624 émargements ont été décomptés. Il y a donc un écart de 1 ! (les résultats provisoires)

Une analyse approfondie pour isoler les bulletins qui posent problème a été ensuite menée. Avec toujours le même résultat : sur la 4e circonscription, il y a un écart de un. Pire, ce bulletin se révèle non analysable. « Il n’est pas possible d’avoir une analyse complète puisque les élements ne sont disponibles qu'en cas de recours, rapporte Benoit Sibaud. Est-ce le cas évoqué par Paul Da Silva ? Ou est-ce celui de cet électeur qui s’est plaint que son reçu de vote ne correspondait à rien dans la 4e circonscription ? » Outre l’aspect technique, l’incident pourrait susciter des suites juridiques, mais avec quelle sanction au bout ? La Commission pourrait faire une analogie avec un vote papier nul, et vite refermer ce dossier...