Surcouf est désormais intégralement en vente

Vivre ou mourir 68
Nil Sanyas
En difficulté financière depuis plusieurs années et en redressement judiciaire depuis le 1er mars dernier, le fameux Surcouf est désormais à vendre intégralement selon un communiqué de la société. La firme française a un mois pour trouver un repreneur à ses six magasins. Si aucune offre n’est déposée avant le 5 juillet ou si les offres sont refusées par le Tribunal de Commerce de Lille, l’entreprise devra mettre la clé sous la porte, engendrant 500 chômeurs supplémentaires.

Surcouf

Surcouf n'a pu céder la moitié de ses magasins

La situation de Surcouf est pour le moins inquiétante. Le 24 avril dernier, nous vous informions que la firme française tentait de vendre la moitié de ses magasins, à savoir les enseignes Haussmann (Paris), Mérignac (Bordeaux) et Lille-Flandres. Le but était de se concentrer sur les trois magasins restants et le site Internet. Or les trois enseignes en vente devaient trouver preneur avant le 6 juin 2012 au plus tard, à savoir hier, ce qui n’a pas été le cas.

Suite à cet échec, les enseignes de Daumesnil (12e arr. de Paris), Carré Sénart (Seine-et-Marne) et Héron Parc (Villeneuve-d’Ascq) sont aussi en vente, soit l’intégralité des magasins de la marque Surcouf. La « dégradation du chiffre d'affaires, impactant directement la trésorerie, additionnée à la non réalisation des cessions partielles, nécessite de mettre en place une procédure de cession totale de l'entreprise, validée par le Tribunal de Commerce ce mercredi » a résumé la société.

Le délai était trop court

Il est intéressant de rappeler que Surcouf n’est pas indépendant et appartient aux magasins Youg’s depuis trois ans. Youg’s est une société appartenant à Hughes Mulliez, membre de la famille fondatrice du groupe Auchan. Or ce dernier détient GrosBill depuis 2005. La disparition de Surcouf ne devrait pas être mal vécue par tout le monde.

Hugues Mulliez s'est d'ailleurs expliqué sur sa déconvenue quant à la cession de la moitié des magasins de Surcouf : « malgré de nombreux contacts et échanges avec de potentiels repreneurs, le délai court imparti et la complexité des cessions de baux n'ont pas permis de répondre à nos attentes notamment en terme de préservation d'emplois. »

Pour le PDG, vendre l'intégralité de Surcouf « a pour objectif de faire réussir le projet Surcouf en choisissant le meilleur repreneur pour l'entreprise. (...) Le concept Surcouf a sa place dans le paysage de la distribution de produits technologiques. »

Notez enfin qu’une plainte a été déposée par les syndicats de Surcouf contre la direction pour « sa gestion calamiteuse de l’entreprise ».