Les services de streaming rapportent des clopinettes à un label indépendant

800 000 écoutes, 4277 $ 57
Nil Sanyas
Véritable phénomène en Europe et aux USA, les services de streaming audio rémunèrent les artistes et les labels non pas sur les ventes, mais en fonction des écoutes et des avances pour les majors. Plus les morceaux sont écoutés, plus l’on gagne. Mais tous les services n’offrent pas les mêmes rémunérations…

une spotify

Notre confrère Digital Music News vient ainsi de mettre en avant des données publiées par The Trichordist. Reprenant les écoutes de quatre services différents d’un catalogue de 87 albums et 1280 titres entre juillet et décembre 2011, The Trichordist a publié les chiffres suivants :
  • Zune : 15 159 titres écoutés - 437,58 $ (0.028 $/titre, 1/25ème d’un titre téléchargé sur iTunes).
  • Napster : 30 238 titres écoutés - 479,07 $ (0.016 $/titre, 1/43ème d’un titre téléchargé sur iTunes).
  • Rhapsody : 50 822 titres écoutés - 668,57 $ (0.013 $/titre, 1/53ème d’un titre téléchargé sur iTunes).
  • Spotify : 798 783 titres écoutés - 4277,39 $ (0.005 $/titre, 1/140ème d’un titre téléchargé sur iTunes).
Nous remarquons immédiatement l’écart important entre chaque service, et notamment entre Spotify, Zune et un titre téléchargé sur iTunes. Le service de Microsoft (Zune) est de loin le plus rémunérateur si l’on calcule par titre unique. Zune rapporte ainsi 5,6 fois plus que Spotify.

Nous pouvons aussi noter que pour ce label indépendant, les utilisateurs de Zune n’ont engendré que 15 159 titres, soit deux fois moins que Napster, 3,3 fois moins que Rhapsody, et surtout 52 fois moins que Spotify, qui prouve ici son importance. Financièrement, le service suédois domine ainsi les débats avec 4277,39 $ reversés. Mais pour près de 800 000 titres écoutés, cela ne pèse pas bien lourd.