Ventes de musique : le numérique dépasse le physique au Royaume-Uni

La British Phonography Industry (BPI), représentant les principales maisons de disques britanniques, a publié hier ses chiffres du premier trimestre de l’année 2012. En plus d’une augmentation de 2,7 % sur an, le marché britannique de la musique enregistrée devient majoritairement composé de ventes numériques.

musique UK 2012 trimestre 1  

55,5 % de ventes numériques lors du premier trimestre 2012

Pour la première fois au Royaume-Uni, les ventes de musique ont basculé en faveur du numérique. D’après les chiffres de la BPI, les produits dématérialisés ont représenté 55,5 % des revenus de la musique enregistrée entre le 1er janvier et le 31 mars 2012, soit plus de la majorité du marché. Ce changement de situation est dû à une croissance de 23,6 % du numérique durant ces trois mois, et à une diminution de 15,1 % du physique sur la même période.

Le total des revenus du téléchargement et des différentes plateformes de streaming (abonnement payant ou avec financement publicitaire) a atteint un montant de 86,5 millions de pounds (livres) pour les trois premiers mois de l’année 2012, soit environ 107 millions d’euros. Les ventes physiques de musique ont quant à elles représenté 69,3 millions de pounds sur la même période, soit l’équivalent de 86 millions d’euros.

god save queen

Basculement en faveur de l’offre légale en ligne

Cette importante progression du numérique a permis au marché de retrouver de la croissance, puisque sur un an, les ventes de musique outre-Manche ont augmenté de 2,7 %. Comme nous l’évoquions il y a quelques mois en analysant les chiffres de la BPI pour l’année 2011, le marché du numérique a pris le relais du physique, notamment du côté des singles.

Ces chiffres confirment que l’offre légale séduit de plus en plus de clients, puisque les services de streaming avec abonnement payant ont par exemple augmenté de 93 % en un an, ce qui représente presque le double de personnes concernées. Geoff Taylor, l’un des responsables de la BPI a ainsi reconnu qu’il s’agissait d’une « étape importante dans l’évolution de l’industrie musicale ». D’après lui, « les maisons de disques britanniques ont adopté le numérique à leur fonctionnement », d’où ces bons résultats.

En France, un tel basculement est encore loin d’avoir lieu. En effet, le numérique ne représente actuellement que 28 % du marché, comme le révélaient les chiffres du premier trimestre 2012 dévoilés par le SNEP la semaine dernière.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !