Jérémie Zimmermann (LQDN) interrogé sur Julian Assange par le FBI

F pi aïe 94
Marc Rees
Jérémie Zimmermann, de la Quadrature du net « a été stoppé par des agents du FBI et interrogé sur Assange à l’aéroport alors qu’il tentait de rentrer en France» indique le compte Twitter de Wikileaks. Wikileaks rappelle que @jerezim avait récemment été invité à l’émission de TV de Julian Assange, The World… tomorrow. « Il a été menacé d'arrestation et d'emprisonnement lorsqu'il a voulu connaître ses droits ». Le message s'est répandu comme une trainée de poudre sur le réseau social où Wikileaks dépasse la barre des 1,5M de followers...

wikileaks @jerezim

Smari Mc Carthy, porte-parole de l’Icelandic modern media Initiative (IMMI), fervent défenseur de la liberté d’expression, a lui aussi été questionné par les autorités américaine cette fois lors de son entrée aux États-Unis.


Le compte Twitter de Wikileaks annnoçait cinq heures plus tôt que « les autorités américaines ont cette semaine détenu et interrogé de multiples Européens à propos d’Assange ». Cependant, Wikileaks, pourtant chantre de la transparence, ne dit pas tout : nous avons appris que le contrôle de Jeremie Zimmermann est intervenu voilà deux bonnes semaines, soit bien avant ce message au parfum annonciateur.

wikileaks @jerezim

Du coup, ces posts pourraient ne relater que des procédures de routine sur un dossier sensible (nous attendons des détails). En effet, ils interviennent à un moment crucial pour Julian Assange qui peut vouloir jouer sur la forte résonnance médiatique en tordant à sa cause le calendrier et donc l'opinion. C’est en effet demain, outre-Manche, que la Cour suprême statuera sur son extradition suite à un mandat d’arrêt émis par la Suède pour des faits d’agression sexuels. En faisant un maximum de bruit, Wikileaks peut espérer un maximum d'attention.

Comme le rappelle Le Monde, Julian Assange a toujours nié ces infractions. Cette extradition pourrait cependant être une première marche avant une extradition vers les États-Unis, suite à la diffusion sur internet par Wikileaks de milliers de documents confidentiels. En cas de feu vert de la justice britannique, Assange pourra saisir en dernier recours la Cour européenne des Droits de l’Homme. Si elle accepte le dossier – elle a 14 jours pour cela – Assange sera assigné à résidence jusqu’à sa décision.