RapidShare réduit ses débits vers les utilisateurs non inscrits

La MU de RS 67
Marc Rees
Interrogé après la fermeture de MegaUpload, RapidShare nous avait confié que son service est « d’une légalité absolue, comme SwissCom ou YouTube. Nous offrons un accès à un stockage en ligne que nos clients utilisent pour sauvegarder et gérer leurs données. Notre service est comparable à YouSendIt ou DropBox. » Un hébergeur pur jus, installé en Suisse à une adresse connue et déclarée qui jure n’avoir jamais voulu se soustraire aux autorités.

vitesse

Mieux, « contrairement à d’autres services d’hébergement, nous n’avons pas de programme de rétribution pour récompenser les contenus téléchargés très fréquemment. Même si ce système peut être une activité publicitaire efficace, nous avons conclu qu’il pouvait inciter ou accroitre les mauvaises pratiques. » RS nous indiquait par ailleurs que la société avait multiplié des échanges avec des politiques américains, autour de ces problématiques.

Depuis quelques jours, les habitués de RapidShare ont pu cependant remarquer un ralentissement important des débits en provenance du site. Confession faite à TorrentFreak, RapidShare a constaté depuis la fermeture du MU, « une forte augmentation du trafic vers les utilisateurs non inscrits » couplée à une hausse des « abus », « ce qui suggère que bon nombre de contrevenants au copyright ont choisi Rapidshare comme leur nouvel hébergeur de choix pour leur activité illégale ». La société a donc pris la décision de franchir « une étape douloureuse » : celle de réduire la vitesse des débits vers les utilisateurs gratuits, autour d'une trentaine de Ko/s...

Consciente que la mesure lésera ceux qui utilisent un compte pro (RapidPro) pour diffuser leur fichier, la société va lever le bridage de manière conditionnelle. Pour retrouver la pleine vitesse, le titulaire du compte Pro devra en effet fournir des informations sur le fichier échangé, les sites où les liens RS sont disponibles sans oublier son email et son numéro de téléphone. Évidemment, cette stratégie devrait aussi inciter les utilisateurs gratuits à basculer vers une formule payante, une « étape douloureuse » mais pas nécessairement pour RapidShare.