Décès de Whitney Houston : la vilaine bourde de Sony Music

L'argent n'a pas d'odeur 31
Nil Sanyas
Décédée le samedi 11 février dernier, la chanteuse Whitney Houston est l'une des plus grosses vendeuses de disques au monde, avec plus de 170 millions d'albums écoulés selon sa biographie officielle. Et comme à chaque décès d'un artiste, les ventes s'envolent. Sony Music, qui détient ses droits, en a profité pour augmenter ses tarifs sur diverses plateformes quelques minutes à peine après sa mort. Une inflation rapidement repérée sur la toile.

Selon l'International Business Times, seulement 30 minutes ont séparé l'annonce de la disparition de la chanteuse et l'augmentation des prix sur les boutiques en ligne. Quelles augmentations ? Outre-Manche, certains albums sont ainsi, par un coup de baguette magique, passés de 4,99 £ à 7,99 £, et d'autres sont passés de 7,99 £ à 9,99 £.

Une augmentation supprimée quelques heures plus tard, mais le mal était fait, faisant rapidement le tour du Web. Sony, silencieux ces derniers jours, a enfin réagi auprès du spécialiste de la musique Billboard.biz. L'explication de Sony ne devrait cependant pas convaincre grand monde : la hausse des prix était une « faute interne liée à une erreur d'un employé ». Ne manquait plus que la référence au stagiaire.

Cette histoire n'a cependant pas empêché les albums d'atteindre le top des ventes sur iTunes et Amazon.