Tribler, le client décentralisé qui veut rendre BitTorrent indestructible

Même pas peur ! 239
Vincent Hermann
Qu’il s’agisse de téléchargements directs, de streaming ou via BitTorrent, de nombreux sites sont actuellement sous le coup de décisions de justice ou de fermetures volontaires, de peur d’être les prochains sur la liste. Cet accroissement de la pression, en particulier avec les projets américaines PIPA/SOPA, provoque nécessairement l’émergence de solutions alternatives. C’est ainsi que l’on reparle de Tribler, une solution BitTorrent entièrement décentralisée.

tribler


La décentralisation, solution de tout ?

Qu’appelle-t-on une solution décentralisée tout d’abord ? Il s‘agit tout simplement d’une structure ne reposant sur aucun central. Dans le cas de BitTorrent par exemple, les utilisateurs se servent de serveurs sur lesquels sont entreposés des fichiers .torrent. Une fois récupérés, ils alimentent les clients qui commencent alors à récupérer et émettre des données. Dans une solution décentralisée, les clients communiquent entre eux sans jamais passer par un serveur quelconque.

C’est pourquoi le site TorrentFreak s’est intéressé à nouveau à Tribler. Il ne s’agit pas d’un projet neuf puisqu’il est en développement depuis plusieurs années. Il a pris naissance à l’université de technologie de Delft aux Pays-Bas. Depuis, le chemin parcouru est important et pourtant, Tribler reste utilisé par quelques milliers de personnes seulement.

Mais comme l’indique TorrentFreak, ce type de projet risque bien de bénéficier d’un éclairage nouveau. Le docteur Pouwelse, qui dirige le projet, indique très clairement : « Avec Tribler, nous avons réussi à ne pas avoir la moindre coupure sur les six dernières années, tout cela parce que nous ne nous appuyons pas sur des fondations branlantes telles que les DNS, les serveurs web ou les portails de recherches ».

Des avantages et un inconvénient

Et en effet, les recherches ne passent par aucun élément central. Lorsqu’un utilisateur veut lancer une recherche, il utilise le champ disponble dans l’application, mais la requête ne vise aucun serveur en particulier, à la différence de ce qui se fait dans la grande majorité des cas. À la place, elle est émise vers les autres utilisateurs qui renvoient alors des résultats.

tribler

Ce fonctionnement particulier est à la fois la grande force et la grande faiblesse de Tribler. Comme l’indique Pouwelse, l’efficacité du mécanisme dépend des utilisateurs déclarés comme « bootstraptribler ». Dans un système Peer-to-Peer, ces utilisateurs seront considérés comme des « superpeers » agissant comme des relais privilégiés pour distribuer les listes des téléchargeurs actifs. Le docteur confirme : « C’est notre dernière faiblesse connue », faisant référence au nettoyage du code et à la correction des bugs déjà effectués.

Mais pour Pouwelse, cela ne peut compenser la force inhérente à ce système. Selon lui, Tribler devrait résister à n’importe quelle vague d’attaques et le réseau sera toujours là même si tous les sites consacrés aux fichiers Torrent étaient fermés. Précisons d’ailleurs que Tribler peut accepter ces fichiers de manière classique. Il résume la situation en une phrase très simple : « La seule manière de briser Tribler serait de briser Internet lui-même ».

La résistance va de pair avec la « propreté » du réseau. Ce sont les utilisateurs eux-mêmes qui gèrent les données accessibles. Dès qu’un fichier n’est pas ce qu’il prétend être, les utilisateurs l’effacent et il disparaît simplement des possibilités. En outre, il est possible de créer des canaux, à la manière de YouTube. Les autres utilisateurs peuvent alors s’y abonner et recevoir automatiquement les nouvelles données qui leurs sont associées. Plus il y a de gens qui s’abonnent, plus les fichiers torrent associés sont faciles à trouver.

Un projet toujours actif et open source

Le dernier ajout de fonctionnalité en date permet de retoucher directement les fichiers torrent. Open2Edit permet en effet à n’importe quel utilisateur d’ouvrir un torrent et d’en modifier aussi bien le nom que la description. Dans le cas notamment où les informations déjà en place manqueraient de clarté.

Tribler est toujours un projet actif et reçoit donc régulièrement des améliorations. Il est toujours open source et est disponible dans les variantes principales : Windows, Mac OS X et Linux. Mais ce que le docteur Pouwelse ne dit pas, c’est que les ayants droit et différents organes de justice pourraient s’en prendre directement à l’application et chercher à en bloquer la diffusion.