D800 et D800E : Nikon remplace enfin son reflex D700 de la gamme pro

36 mégapixels, ça valait le coup d'attendre... un peu. 45
Damien Labourot
Nikon vient d'annoncer le remplacement de son D700 par les D800E et D800. Ces deux reflex sont dotés d'un capteur Full Frame (24x36 mm) de 36,3 mégapixels. Il va donc plus loin que le D4 lancé le mois dernier par le fabricant japonais, puisque celui-ci se cantonne à un modèle de 16 mégapixels. D'autre part, Nikon annonce une baisse de tarif du D700, le temps d'écouler les stocks. 

Nikon D800

Comme d'habitude dans cette gamme de reflex dédié aux professionnels, ou amateurs exigeants, le constructeur le dote d'un boîtier entièrement réalisé en magnésium, ce qui lui offre une grande résistance, mais aussi un poids contenu d'un kilogramme tout de même. Ses dimensions extérieures sont de 146 x 123 x 81,5 mm.

La course aux pixels relancée : 36,3 mégapixels

Alors que l'on pensait que Nikon préférait la course à la sensibilité élevée plutôt que celle à la montée en définition de son capteur, il fait ici volte-face avec les D800 puisque ceux-ci embarquent un capteur Full Frame (24 x 36 mm). Ce dernier offre une définition de 36,3 mégapixels (7360 x 4912 pixels maximum), soit deux fois celui d'un D7000, ni plus ni moins. Le capteur dispose de 51 points d'autofocus comme pour le D4, mais aussi comme le D700 qu'il remplace. On regrettera que son mode rafale ne depasse pas les 4 photos par seconde (en pleine définition) malgré la nouvelle génération de puce Expeed qu'il embarque.

Il gère bien entendu les fichiers bruts, et ce, en 12 bits et en 14 bits. Il faudra alors faire attention aux types de cartes mémoire qu'on lui insère (SDXC ou Compact Flash). En effet avec des fichiers RAW allant jusqu'à 74 Mo (!), il ne faudra pas lésiner sur les débits de celles-ci. Cependant, on pourra regretter que les fichiers bruts ne soient disponibles que dans le mode extrême (pleine définition). En dessous, seul le JPEG est accessible (avec différentes finesses), mais nous avons affaire à des images compressées, ce qui est dommage.

La vidéo Full HD 1080p à la fête

Comme quasiment tous les reflex modernes, ces D800 embarquent de quoi réaliser des vidéos en Full HD 1080p. On dispose ainsi de trois modes : 1080p24, 1080p25 et 1080p30.

Par défaut, il est possible d'obtenir un fichier MOV (compressé) sur une durée maximale de 30 minutes, mais il sera aussi possible d'accéder à un flux vidéo non compressé via la sortie HDMI.  

Une connectique complète, mais qui aurait pu INtègrer le GPS

Sachez ensuite qu'il embarque une connectique pour le moins complète. En effet, on retrouve une sortie HDMI qui peut fonctionner conjointement avec l'écran de 3.2 pouces (8 cm) à l'arrière, mais qui peut aussi envoyer un signal non compressé. L'INtérêt est de pouvoir connecter le reflex directement à une carte d'acquisition. Une prise micro stéréo est également de la partie, ainsi qu'un port USB 3.0. Celui-ci ne sera d'ailleurs pas un luxe vu la taille des photos.

Nikon D800

Cependant, on reste sur notre faim. En effet, le constructeur aurait pu intégrer un module GPS ou le rétroéclairage des touches au sein de ce boîtier. Mais non, il n'en est rien.

D800E : une version améliorée et un D700 en baisse

Nikon profite de la sortie du D800 pour éditer une version spéciale : le D800E. Celui-ci reprend quasiment tous les traits de son petit frère, mais Nikon a apporté deux modifications : un filtre optique passe-bas pour éviter l'effet de moiré est de la partie, alors que l'anticrénalage a été supprimé. Ces deux caractéristiques devraient permettre d'améliorer (encore) la netteté des clichés.

Pour ces deux boîtiers, Nikon annonce des tarifs de 2900 euros pour le D800 et 3200 euros pour la version E. Dans le même temps, le japonais baisse le tarif du D700 qui passe à 2250 € officiellement, le temps de finir d'écouler les stocks, alors qu'on le trouve d'ores et déjà sous les 2000 €. Cependant, il parait bien difficile de craquer pour ce dernier avec un tel fossé technologique.

Le D800 : des qualités indéniables, mais qui posent certaines interrogations

Si les qualités de ces nouveaux boîtiers sont très nombreuses, il va cependant falloir regarder du côté des tests pour voir ce qu'ils donnent en pratique. Avec son capteur de 36,3 mégapixels, il va nous falloir observer ce qui se passe avec les objectifs. En effet, les moindres petits défauts risquent d'être particulièrement visibles avec cette définition poussée.

Enfin, voici une vidéo ci-dessous réalisée par le constructeur vantant les mérites de ses nouveaux reflex :