Amazon annonce un chiffres d'affaires record, mais des bénéfices en baisse

Et des recrutements massifs 33
Nil Sanyas
Après Intel, IBM, Google, Microsoft ou encore Apple, Amazon vient à son tour de publier son bilan du dernier trimestre 2011. Et si comme à son habitude, l’enseigne américaine n’a donné aucun chiffre précis sur ses ventes de Kindle, se contentant d’un « meilleures ventes aux USA et en Europe », les résultats financiers ont de nouveaux atteint des records.

Tablette tactile Amazon Kindle Fire
Les différents Kindle d'Amazon se sont vendus à plusieurs millions d'exemplaires. Mais nous n'en saurons pas plus.

Amazon clos ainsi l’année 2011 avec un chiffre d’affaires annuel de 48,08 milliards de $ (+41 %) dont 17,43 milliards de $ (+35 %) pour son dernier trimestre. Du côté des bénéfices, Amazon a cumulé 631 millions de $ sur toute l’année (-45 %), dont 177 millions au dernier trimestre (-58 %).

Une explosion du nombre d'employés

Ces chutes de bénéfices s’expliquent par des tarifs agressifs sur certains produits ainsi que par le lancement du Kindle Fire à 199 $, aux marges plus que réduites. Qui plus est, son nombre d’employés a explosé ces derniers trimestres. L’évolution est même assez incroyable comme vous pouvez le voir :
  • 31 décembre 2010 : 33 700 employés
  • 31 mars 2011 : 37 900 employés (+4200 en trois mois)
  • 30 juin 2011 : 43 200 (+5300 en trois mois)
  • 30 septembre 2011 : 51 300 (+8100 en trois mois)
  • 31 décembre 2011 : 56 200 (+4900 en trois mois)
En un an, Amazon a donc augmenté son nombre de salariés de 22 500, soit une progression de 66,7 % en seulement un an. Il s’agit d’une hausse particulièrement importante, probablement liée à l’explosion des Kindle dans le monde et à l’internationalisation du site ces derniers mois.

À titre de comparaison, Google ne compte « que » 32 467 salariés, dont 1114 recrutés lors du dernier trimestre. Les niveaux de recrutements d’Amazon représentent plus de 60 personnes engagées chaque jour en moyenne, avec un pic de 90 recrutements quotidiens au troisième trimestre.

Outre ses coûts salariaux en forte augmentation, le bilan financier d’Amazon montre aussi une hausse importante (+47 %) des coûts de livraison. Cela explique donc en grande partie la baisse des marges et donc la chute des bénéfices.