L'abrogation d'Hadopi, l'idée qui sidère Nicolas Sarkozy

Sarkozy rime et rimera avec Hadopi 188
Marc Rees
Nicolas Sarkzoy a évidemment profité de ses vœux au monde culturel pour dézinguer la promesse de François Hollande : « je suis proprement sidéré d'entendre certains dire que la loi Hadopi doit être abrogée. Mais rassurez-vous on l'abroge d'abord et après, bien après, on verra, on prendra le temps de dégager une solution consensuelle. Bref, on nous demande de pratiquer un désarmement unilatéral à l'égard du piratage ».

nicolas sarkozy google

François Hollande n’a pas promis un tel désarmement, mais plus exactement de concentrer la lutte contre les sites qui pratiquent la contrefaçon à échelle commerciale. Par contre, le candidat a laissé planer le doute à l’égard des échanges hors marché et c’est ce désarmement que refuse Sarkozy. « Si j'ai compris, il faudrait renoncer pour la pire des raisons, c'est qu'il y a un risque de faire de la peine aux jeunes » a expliqué le Chef de l’État, dont les propos ont été rapportés par une dépêche AFP.

Des propos qui rappellent ceux de Christine Albanel en 2009 ou ceux, très récents, de la lettre ouverte de l'ARP et de la SACDSi cette abrogation constitue l’alpha et l’omega de votre politique culturelle, vous ferez sans doute plaisir à tous ceux qui parient sur la force électorale de la jeunesse contre la faiblesse numérique du peuple des créateurs »).

Hollande ferait donc du jeunisme quand il prend l’engagement de remplacer Hadopi par une loi « consensuelle », ce qu’il a promis à Nantes et au Bourget. Mais pour le Président de la République, qui a voulu Hadopi v.1 et v. 2, ce jeunisme, « c'est simplement la facilité, toujours la facilité, encore la facilité. Dire oui, puis oui, puis oui et encore oui, parce que pour dire non il faut un minimum de courage. L'absence de courage, c'est vous les créateurs qui allez la payer. Le copyright, les droits d'auteur, c'est une invention française et je n'ai aucune intention d'abandonner le combat ». Abonnés internet, le message est dit.

MàJ : réaction de Laurent Chemla en réponse à cette citation présidentielle :

laurent chemla