Hadopi : l'enseignant Robert Thollot n’ira pas au tribunal

Simple fin d'un épisode 58
Marc Rees
Cet enseignant, Robert Thollot, avait été flashé par TMG via ses identifiants Free Wifi. Après un an de procédure auprès de la Hadopi, il vient d’obtenir gain de cause. La Rue du Texel ne transmettra pas son dossier au tribunal. Soulagement pour cet abonné trop vite accusé de piratage. SOS Hadopi veut profiter de ce dossier pour amplifier ses missions.

Freewifi robert tollot hadopi free TMG

C’est le Progrès qui rapporte cette information. L’enseignant a reçu le 24 décembre ce courrier : « La commission Hadopi décide de ne pas transmettre en l’état votre dossier au procureur de la République ». La CPD a considéré en effet qu’il n’y avait « pas de nouveaux faits » et surtout qu’elle avait eu la confirmation d’un accès internet sécurisé.

La connexion "Thollot" a été sécurisée

« C’est la fin d’une histoire. Je souhaitais que les choses en restent là. C’est très bien. Ça ne m’a jamais empêché de dormir. Ce qui me gêne, c’est la médisance ; les méchancetés, les ragots qui disaient que je n’étais pas tout blanc, que j’avais sûrement des choses à me reprocher… Je traite toute cette petitesse par le mépris » indique l’enseignant à nos confrères.

« J’ai déjà démontré que si on ne se laissait pas faire, on peut obtenir gain de cause. Au départ on m’accuse de piratage, ensuite de n’avoir pas sécurisé ma connexion WiFi ».  Cet enseignant n’a jamais caché son faible niveau en informatique. « Avec moi, les gens d’Hadopi tombaient mal à tous les niveaux. Puisque j’estime aussi que si on m’attaque, je me défends. »

"On va travailler pour tous les Robert Thollot de France"

Pour SOS Hadopi, qui avait défendu le cas Thollot, cette histoire n’est pas la fin, mais bien un tremplin. « Ce dossier ne fait que s’ouvrir pour nous. Il n’y a pas eu de négligence. Robert Thollot fait partie de ces personnes qui n’ont rien fait et qui se sont retrouvées dans une situation compliquée. »

On se souvient que la Hadopi avait pris grand soin de se déplacer en Province pour auditionner cet abonné averti trois fois, mais dont le cas avait été très médiatisé. SOS Hadopi, chargée de défendre les abonnés mis en cause par le trio ayant-droit – TMG - Hadopi veut qu’à travers ce cas, la Hadopi planche sur ses dysfonctionnements. L’un des sujets en cours : la situation de ces abonnés éloignés pour qui un aller/retour à l’Hadopi peut mobiliser des sommes importantes. Sujet qui a fait l'objet d'une question parlementaire signée Christian Paul.

« On va travailler pour tous les Robert Thollot de France » nous promet Renaud Veeckman, cofondateur de SOS Hadopi.