Linux Mint 12 passe à GNOME 3.2 mais garde son bureau classique

Pour éviter certaines critiques ? 143
Vincent Hermann
La semaine dernière, nous avons pu voir que les popularités des distributions Linux n’étaient pas forcément telles qu’on l’imaginait. Ainsi deux tendances claires se dessinent actuellement : Ubuntu ne semble plus dans les bonnes grâces des utilisateurs tandis que Linux Mint fait un impressionnant bond en avant. Un bond consacré aujourd'hui par la sortie de la version majeure 12 de Mint qui vient de paraître.

mint lisa

Linux Mint 12 se nomme Lisa et comme avec la version précédente, on la trouve en deux variantes principales : l’une basée sur Ubuntu, en l’occurrence la version 11.10, l’autre sur la branche testing de Debian. L’édition principale est celle qui utilise Ubuntu, un paradoxe quand on sait que la base du système est celle qui est justement en perte de vitesse.

L’une des principales nouveautés est le passage de GNOME de la branche 2.X à la 3. GNOME 3.2 devient donc l’environnement de bureau par défaut. Mais contrairement à ce que l’on pourrait attendre de cette migration, les développeurs de Mint ont fait plusieurs choix pour diluer la cassure dans l’expérience utilisateur.

linux mint

Mint 12 est en effet livré avec les MGSE (Mint Gnome Shell Extensions) qui fonctionnent à la manière d’une couche venant se poser sur GNOME 3.2. De fait, au lieu de présenter l’interface native de ce dernier, elle affiche des contrôles beaucoup plus proches de GNOME 2.X. Il y a ici un avantage double : non seulement les habitudes ne seront guère bousculées, mais ceux qui préfèrent une interface 100 % GNOME 3 pourront désactiver les MGSE. Les développeurs espèrent ainsi que tout le monde sera satisfait, et sans doute éviter l'effet Unity d'Ubuntu.

Les MGSE incluent les éléments suivants :
  • Le panneau du bas
  • Le menu des applications
  • La liste des fenêtres
  • Un bureau centré sur les tâches
  • Des icônes visibles dans la zone de notifications
L’autre nouveauté marquante de Mint 12 est MATE. Ce dernier est un fork de GNOME 2 et est compatible avec la version 3. Mais Mate est surtout conçu pour fonctionner de concert avec le dernier GNOME. Cela permet à Mint de mixer les éléments des versions 2 et 3 de GNOME. Pour information, mintDesktop et mintMenu sont compatibles avec GNOME 3 et MATE.

Côté apparence, Mint 12 propose deux nouveaux thèmes baptisés Mint-Z (clair) et Mint-Z-Dark (foncé) :

linux mint linux mint 

Des thèmes qui s’accompagnent d’une sélection de nouveaux fonds d’écran en haute résolution.

Les moteurs de recherche intégrés au système subissent quant à eux des transformations profondes. La méthode d’installation est beaucoup plus simple et des explications détaillées sont fournies pour chacun. Le moteur par défaut est Duck Duck Go et l’équipe explique que ce dernier n’affiche pas des résultats en fonction de qui est aux commandes, pas plus qu’i-l n’enregistre d’informations liées à l’utilisateur. Enfin, certains moteurs partagent avec Mint l’argent généré par les recherches effectuées sur le système.

Enfin, Mint 12 est bâti sur la version 3.0 du noyau Linux. Côté applications, on trouve la liste habituelle avec notamment Firefox mais, surprise, la partie bureautique est assurée par la suite OpenOffice.org et non par LibreOffice, alors que de nombreuses distributions ont migré vers cette dernière.

Concernant le téléchargement, l’utilisateur aura plusieurs choix. Outre l’architecture (32 ou 64 bits), il devra sélectionner le média d’installation : CD ou DVD. L’un et l’autre ont des avantages et inconvénients. Par exemple, le CD peut être installé depuis Windows. Le DVD quant à lui intègre de nombreux pilotes et codecs propriétaires qui faciliteront la vie des utilisateurs sur certaines machines. Tout se passe sur la page dédiée du site officiel.