Hadopi n’est toujours "pas une fin en soi" selon Nicolas Sarkozy

Pas de fin, mais des moyens 60
Marc Rees
Lors d’un récent déjeuner organisé voilà quelques jours avec les membres du Conseil National du Numérique, Nicolas Sarkozy est revenu sur le sujet Hadopi. Le chef de l’État a tenu à affirmer qu’ « Hadopi n’était pas une fin en soi », invitant immédiatement les membres du CNN et quiconque à lui proposer d’autres solutions satisfaisantes pour atteindre les objectifs confiés à la haute autorité. À savoir la défense de la propriété intellectuelle et la rétribution des créateurs...

elysee plan besson ministre

Le président reprenait là son discours déjà tenu Palais de l'Élysée le 27 avril 2011 quand il affirmait qu’« HADOPI n'est pas une fin en soi. HADOPI c'est, à un moment de l'histoire, une solution imparfaite trouvée à un impératif que j'estime catégorique, immuable dans mon esprit : la défense de la propriété intellectuelle et des droits des créateurs. (…) Mais est-ce qu'on peut faire mieux qu'HADOPI ? Sans doute, mais là n'est pas tellement la question. Pour ma part, j'attends le jour où on viendra me voir pour me dire qu'HADOPI n'est plus nécessaire, qu'on peut s'en passer parce qu'un entrepreneur a trouvé un moyen de garantir un système de distribution qui permette le respect de la propriété intellectuelle et la juste rétribution des créateurs. »

À Avignon où se déroule aujourd’hui le Forum de la culture édition 2011, le Président de la République défendra le chapitre de la création. Un message porté à quelques mois de l'échéance 2012.