Pages Google+ : création, utilisation et analyse détaillée

Viendez, les gens 42
Comme nous l'évoquions hier soir, Google a enfin décidé de mettre en place ses pages, au sein de son réseau social Google+. L'occasion pour nous de revenir sur leur mise en place et leur fonctionnement de manière plus détaillée.

Pour rappel, nous avons nous-même créé nos pages que vous pouvez désormais suivre, comme vous pouvez nous retrouver sur Facebook ou sur Twitter :

Une création de page assez simple... et une astuce pour remplir Google Adresses

La première étape commence à cette adresse où il vous sera demandé quel type de page vous désirez créer. En réalité, elles ne diffèrent pas vraiment (pour le moment), excepté au niveau des pages locales qui ont quelques spécificités.

En effet, au départ, chaque page est définie par un nom, une URL et une catégorie. C'est les propositions de cette dernière case qui seront différentes en fonction du type de page choisie. Vous aurez aussi la possibilité de modifier la visibilité d'une page et devrez accepter les conditions d'utilisations, bien entendu.

Créer page Google+ Créer page Google+

Avec les entreprises ou adresses locales, c'est un numéro de téléphone qui sera le premier champ à remplir. Vous aurez alors les résultats obtenus via Google Adresses et une liste d'informations à compléter une fois l'établissement choisi. C'est seulement à ce moment-là que vous pourrez préciser la catégorie et la visibilité de votre contenu.

Une manière pour Google de faire d'une pierre deux coups, et de disposer d'informations plus fiables au sein de sa base de données au passage.

Créer une page : n'importe qui peut le faire pour n'importe quelle société

Reste que le plus gros problème des pages de Google+ se dévoile alors : n'importe qui peut créer une page pour n'importe quelle entité. On dénombre ainsi déjà plusieurs pages de fans d'une marque et les faux profils ne devraient pas tarder à faire leur apparition en masse.

Lady Gaga fan page Google+

Pour le moment, aucune vérification n'est mise en place, mais Google devrait rapidement agir et sera aidé en cela par les liens entre les pages et les sites des sociétés en question.

La solution ? Le lien bi-directionnel utilisé pour « Direct Connect », par exemple

Ainsi, un badge officiel est proposé, et Google indique qu'un lien peut être créé avec une page comme c'était déjà le cas pour les auteurs de contenu avec leur profil Google+ :
  • Il faut préciser l'URL du site officiel au sein de la partie « Bio »
  • Il faut créer un lien sur ce site vers la page Google+
  • Il faut utiliser une balise rel="publisher" dans ce lien
Notez que ce lien peut être affiché clairement ou intégré de manière invisible. Il est d'ailleurs déjà utilisé pour la mise en place de la fonctionnalité « Direct Connect ». Pour rappel, celle-ci permet de rendre votre page plus facilement trouvable au sein de Google via le symbole « + ».


Par exemple, si vous tapez actuellement « +Google » et que vous validez, vous tomberez directement sur la page officielle du moteur de recherche sur Google+ et l'auto-complétion mettra en avant les pages du géant de Mountain View.

Une fonctionnalité qui n'est pour le moment présente que sur la version anglaise du moteur de recherche.

Quelle différence entre une page et un profil utilisateur ? 

Lors de la création de Google+, il a été clairement indiqué que les sociétés devaient attendre les pages pour assurer leur présence. Et pour cause, des différences existent avec les simples profils :
  • Les pages doivent attendre d'être ajoutées ou mentionnées par quelqu'un pour l'ajouter à un cercle
  • Les pages peuvent être créées pour plusieurs types d'entités, les profils ne représentent que des personnes
  • Par défaut, les éléments de votre page sont partagés de manière publique
  • Il est possible de faire un +1 sur une page
  • Les pages ne peuvent pas effectuer de +1 sur les autres pages, ou sur le web
  • Les pages ne peuvent pas jouer à des jeux
  • Les pages ne peuvent pas partager avec leur cercle étendu
  • Les pages ne reçoivent pas de notification par mail, SMS ou dans la barre Google
  • Les pages ne peuvent pas effectuer de « Hangout » depuis un smartphone
Tout d'abord, on regrettera de ne pas pouvoir voir la page Angry Birds jouer à... Angry Birds. Ensuite, on note certaines limitations qui ne devraient être là que de manière temporaire : L'absence de notification par exemple, qui reflète une gestion assez basique de l'administration des pages, pour le moment. 

Un seul administrateur par page... pour le moment

En effet, une fois votre page créée, vous en êtes l'administrateur. Seul et unique pour le moment, il devrait vous être possible de partager ce pouvoir sous peu si l'on en croit Dennis Troper.

Google+ Gestion des pagesAinsi, sous votre prénom, dans la colonne de gauche de la page principale de Google+, vous verrez apparaître un indicateur du nombre de pages dont vous êtes responsables. Vous pourrez passer de l'une à l'autre en un simple clic, mais vous ne pourrez pas encore avoir de notifications, à aucun endroit.

Même une fois identifié en tant que page, cette information ne sera pas disponible, un point sur lequel Google devrait rapidement travailler. 

Notez que si vous administrez plusieurs pages, il vous est possible d'ouvrir plusieurs onglets, en étant identifié dans chacun d'entre eux comme une page différente.

Le nom de la page prendra la place du vôtre à gauche et à droite de la barre Google et vous répondrez alors au nom de la page, et pourrez ajouter des +1 sur les publications de votre flux ou sur les commentaires.

L'astuce se situe au niveau de l'URL qui comportera alors un « /b/l'iddevotrepage » qui vous suivra tout au long de votre navigation. Bien entendu, si un tiers accès à un tel lien, il ne pourra pas accéder à vos données et sera redirigé vers votre page.

Facebook gestion des pagesCela vous simplifiera la vie dans un premier temps, mais l'on a hâte que les choses soient améliorées. Un indicateur tel que celui présent sur Facebook serait par exemple une bonne chose : un lien vers chaque page dans la colonne de gauche de votre page principale, avec le nombre de notifications en attente.

On apprécierait aussi de pouvoir utiliser une URL contenant le nom de la page, ou de pouvoir publier depuis les versions mobiles de Google+.

Des pages qui sont surtout des profils, en moins complets

Pour le reste, les pages se comportent comme les comptes utilisateurs. Il vous est possible de sauvegarder une recherche, de créer des cercles, de les gérer et de les partager, de mettre en place un « Hangout »... impossible par contre de profiter de Google Talk.

Page PCi Google+

Les photos / vidéos ajoutées le seront dans des albums spécifiquesà vos pages, et vous aurez aussi la possibilité de personnaliser plusieurs éléments de votre profil : 
  • Votre nom et votre présentation courte
  • Des photos d'en-tête
  • Une présentation plus longue
  • Vos différentes coordonnées
  • L'URL de votre site web
Vous pourrez aussi choisir d'afficher ou non la liste des personnes qui ont placé votre page dans leurs cercles. Il en est de même avec la liste de vos cercles, que vous pourrez au passage personnaliser. Enfin, il vous sera possible de placer une liste de liens recommandés, pour le moment assez basique.

Edition profil PCi Google+

La ressemblance avec les profils utilisateurs sera donc assez frappante. Tellement, que certains outils tels que Social Statistics fonctionnent parfaitement avec ces pages.

Pages Google+ : un bon début... mais peut mieux faire

Au final, l'implémentation proposée par Google nous semble correcte, mais loin d'être aboutie. La simplicité de création et les spécificités des pages locales sont avant tout pensées pour que tout le monde y aille de sa page dans les jours qui vienne, ne serait-ce que pour réserver sa place.

Viendra alors le temps du tri et de l'évolution au niveau de la gestion, ou même de la mise en place de véritables outils statistiques qui devraient passer par Google Analytics.

Seesmic web

Cela permet néanmoins aux « Community managers » et autres agences de prendre en main cette solution et de l'apprivoiser dans un état encore assez simpliste. Il faudra néanmoins que l'évolution ne tarde pas pour que la mayonnaise prenne.

On attend aussi avec impatience les API permettant de partager du contenu sur Google+ depuis des outils tiers, tels que Seesmic, Hootsuite... qui seront sans doute indispensables à certains utilisateurs. 

Facebook désormais attaqué en frontal, la Timeline comme réponse ?

Mais la riposte du principal concerné, Facebook, pourrait ne pas tarder. Le premier réseau social dispose en effet d'une arme de poids : la Timeline. Toujours pas disponible pour les comptes personnels, elle pourrait finalement faire son arrivée pour les pages en même temps que les profils.

Nouveau Profil Facebook 2011

Reste maintenant à voir comment les différentes marques vont se positionner dans les mois qui viennent, mais la guerre semble bel et bien avoir commencé entre les deux géants du web, la présence de page étant le plus souvent un bon moyen d'inciter les marques à exploiter un peu plus les outils publicitaires qui leurs sont rattachées.