Le noyau Linux aura des versions dotées d'un support allongé

Des noyaux LTS 93
Vincent Hermann
La fondation Linux profite de la conférence LinuxCon qui se tient à Prague pour annoncer une importante nouvelle pour l’avenir de Linux sur l’ensemble des appareils mobiles. Pour la première fois, et comme certaines distributions le font déjà, certaines versions précises du fameux Kernel seront déclarées comme bénéficiant d’un support plus long.

linux foundationDe la même manière que certaines moutures d’Ubuntu sont déclarées LTS pour Long Term Support, certains noyaux Linux auront un statut LTSI, pour Long Term Stable Kernel Initiative. Un mouvement important puisqu’il garantira aux constructeurs intéressés par le socle Linux que ces versions seront maintenues un temps certain et que les problèmes à corriger ne le seront pas à travers simplement la version suivante.

Ce projet de la Linux Foundation a déjà attiré le soutien de plusieurs sociétés dont Hitachi, LG, Panasonic, Sony et Toshiba. C’est particulièrement dans le monde mobile que les noyaux estampillés LTSI devraient avoir le plus d’influence. Une version précise d’un système d’exploitation mobile, comme Android, pourrait ainsi être maintenue sur deux ou trois ans, c’est-à-dire la durée de vie moyenne d’un produit grand public.

Ces noyaux particuliers serviront également de références, ce qui devrait permettre plus facilement la mise en place d’efforts concertés de l’industrie. Ils pourraient en outre être utilisés tel quel, puisque leur support annulerait pour les constructeurs la nécessité de maintenir eux-mêmes leur propre branche de noyaux dans leurs produits.

Jim Zemlin, directeur de la Linux Foundation, indique dans le communiqué de presse : « L’industrie européenne tire profit de Linux pour réduire ses coûts et les délais de mise en vente. Ils passent maintenant à l'étape suivante pour réduire les effets couteux de la duplication lors du maintien de kernels personnalisés. La LTSI est un effort important car il va permettre aux constructeurs de partager leurs efforts dans la maintenance d’un noyau commun pour l’industrie de l’électronique, provoquant ainsi une plus grande utilisation de Linux dans l’industrie et une hausse de la participation des constructeurs européens dans les progrès de Linux. »