Google+ a attiré plus de visiteurs uniques que Twitter en France

Oui mais... 22
Disponibles depuis hier, les statistiques Internet de Médiamétrie pour le mois de septembre ont révélé que Google+ avait attiré plus de visiteurs uniques que Twitter en France. Il faut dire que le réseau social de Google a profité de son ouverture le mois dernier pour voir son audience se multiplier par cinq. Il faut néanmoins prendre ces informations avec prudence.

Google+ Twitter france juillet aout septembre 2011
Il s'agit bien ici des visiteurs uniques, et non du nombre de comptes créés. Source : TechBiz

Le réseau social numéro un en France reste bien sûr toujours Facebook, avec 27,038 millions de visiteurs uniques en septembre, ce qui en fait le deuxième site le plus visité dans le pays derrière Google (35,95 millions).

Mais la montée en puissance de Google+ est évidente si l’on en croit le panel de 25 000 personnes âgées de 11 ans et plus interrogées par Médiamétrie. Lancé fin juin, le réseau social n’a vu son audience mesurée en France par Médiamétrie qu’en juillet. À cette époque, G+ avait réussi à attirer 421 000 curieux. En août, ce nombre est monté à 605 000. Soit près de 2 millions de moins que Twitter.

Mais la guerre entre les deux réseaux sociaux ouverts, bien qu’aux systèmes différents, a pris un tournant en septembre. Du fait de la fin des vacances, Twitter a vu son audience grimper de 469 000 personnes, pour atteindre 2,984 millions de visiteurs uniques.

Mais G+ a durant la même période frappé un grand coup en passant de 605 000 à 3,37 millions de visiteurs uniques. Une performance qui lui permet donc de déjà surpasser Twitter. Son ouverture le 20 septembre dernier est certainement l’une des raisons principales de ce bond en avant. Sans parler de son intégration dans plusieurs autres grands services de Google.

Google+ est-il vraiment devant Twitter ?

Si l’on se contente de prendre ces chiffres bruts, G+ a bien surpassé Twitter. Néanmoins, nous avons contacté Médiamétrie pour avoir quelques détails supplémentaires. Tout d’abord, si l’institut prend bien en compte tous les lieux de connexion (maison, travail, cybercafé, école, etc.), les audiences mobiles ne sont pas intégrées à ces statistiques.

Or Twitter est utilisé par un très grand nombre de mobinautes. Aux États-Unis par exemple, en août dernier selon comScore, plus de 13,3 millions de personnes ont utilisé Twitter sur leur mobile, contre 57,3 millions pour Facebook et 5,5 millions pour LinkedIn. G+ est aussi concerné par l'usage mobile, mais il est difficile de savoir de quel ordre pour le moment.

Audience mobile USA facebook twitter linkedin

Autre problème, Médiamétrie précise que les applications Internet sont incluses dans ses données. Mais il semble qu’il s’agisse plutôt des applications comme Windows Live Messenger, VLC, etc. au regard de la définition donnée par Médiamétrie elle-même.

Or de nombreux utilisateurs de Twitter passent par des logiciels comme TweetDeck, HootSuite, Seesmic, etc. Nous attendons une réponse précise de Médiamétrie sur la prise en compte ou non de ces logiciels, mais les premiers retours de l’institut semblent indiquer qu’ils ont été exclus des statistiques.

Au final, s’il est certain que Google+ a vu son audience grimper au cours du mois de septembre, ce qu’il devra néanmoins confirmer en octobre, il n’a pas forcément surpassé Twitter.

Notez d’ailleurs que Twitter et G+ sont devancés par une dizaine de réseaux sociaux et plateformes de blogs en France, dont Facebook, Overblog, Skyrock Blog, etc. Médiamétrie nous fournira de plus amples informations sur le sujet dans les heures à venir.

Pour rappel, dans le monde, Google+ compte 40 millions d'utilisateurs, contre 200 millions d'inscrits et 100 millions d'utilisateurs actifs sur Twitter, et 800 millions de membres actifs sur Facebook.
Publiée le 25/10/2011 à 15:20
Nil Sanyas

Journaliste, éditorialiste, créateur des LIDD. Essentiellement présent sur Google+.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €