Ballmer s'estime « chanceux » d'avoir manqué le rachat de Yahoo!

« Demandez à n’importe quel PDG qui aurait pu acheter quelque chose avant que le marché ne s’effondre… Alléluia. En mettant toutes les autres choses de côté, le marché s’est effondré. Parfois, vous êtes chanceux. »

Steve Ballmer WPC 2010
Steve Ballmer peut se réjouir

Cette phrase est une réponse de Steve Ballmer, le PDG de Microsoft, à une question posée par le journaliste John Battelle lors du Web 2.0 Summit. La question était celle-ci : « Êtes-vous content de ne pas avoir acheté Yahoo! pour 44 milliards ? »

Effectivement, au début de l’année 2008, Microsoft a tenté une acquisition qui aurait pu être historique, à savoir celle de Yahoo! pour la somme exceptionnelle de 44,6 milliards de dollars. Et quelques milliards supplémentaires ont même été déposés sur la table un peu plus tard afin de mieux convaincre Yahoo!.

Après de longs mois de réflexion, Yahoo! a finalement refusé l’offre. Depuis, Yahoo! et Microsoft ont signé un partenariat très poussé, permettant à Bing d’être exploité par Yahoo! et par conséquent d’être le concurrent n°1 de Google dans bien des pays du globe, notamment aux États-Unis où Yahoo et Bing cumulent près de 30 % de parts de marché.

bourse yahoo action 2008 2011

Surtout, depuis l’offre de Microsoft, l’action de Yahoo! a fortement chuté. De près de 30 $ après l’annonce de rachat, l’action est passée sous les 10 $ en novembre 2008, pour remonter jusqu’au niveau d’aujourd’hui, à savoir 16 $. Et cette valeur est faussée du fait d’une fort probable acquisition dans les semaines à venir.

La réponse de Steve Ballmer n’est donc pas étonnante en soi. Au regard des évènements de ces dernières années, Microsoft peut effectivement s’estimer « chanceux » d’avoir essuyé un refus de la part de Yahoo!.

Il a ainsi économisé des dizaines de milliards de dollars, qu’il a pu investir ailleurs, que ce soit dans son partenariat avec Yahoo!, celui avec Nokia, le rachat de Skype ou encore le développement de nouveaux produits comme Kinect.

Enfin, dans un autre sujet, notez que Ballmer a aussi fait remarquer que si vous testez Google et Bing, dans 70 % des cas vous ne ferez pas la différence, dans 15 % des cas, Bing vous semblera supérieur, et dans les 15 autres %, vous apprécierez plutôt Google. Il n’est cependant pas certain que cet argument, qui reste à vérifier, soit suffisant pour attirer les internautes.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !