Le sombre avenir du WiMAX en France

Bien que peu développées, les offres WiMAX (Worldwide Interoperability for Microwave Access) existent bel et bien en France. L’Hexagone compte même 25 acteurs différents sur son territoire. Mais tout le monde n’est pas logé à la même enseigne. Certains ne disposent que de licences que dans certaines régions, tandis que d’autres peuvent avoir des prétentions nationales. Mais surtout, d’après Les Échos, 16 acteurs sur 25 ne respectent pas leurs obligations. La faute à un manque d’investissement, mais aussi à des équipements peu développés.


Les 16 acteurs en question, comme annoncé dans notre précédente actualité sur Bolloré Télécom, risquent ainsi des sanctions de la part de l’ARCEP. Certaines licences pourraient notamment être retirées en cas de mauvaises volontés.

D’après notre confrère, Bolloré Télécom, qui dispose de licences sur tout le territoire, n’a rempli ses objectifs que dans trois régions, à savoir le Centre, le Pays de la Loire et le Poitou-Charentes, avec des taux de réussite situés entre 84 et 100 %. Les autres régions ne sont par contre pas logées à la même enseigne. Bolloré n’a ainsi atteint que 12 % de ses objectifs en Île-de-France.

Néanmoins, si le WiMAX avait le vent en poupe entre 2005 et 2008, depuis, la chanson est bien différente. De nombreux constructeurs, opérateurs et pays ont ainsi abandonné le WiMAX, certains pour se concentrer sur la 4G et la technologie LTE. Et malheureusement, les exemples ne manquent pas :
Et quand on sait que Bolloré Télécom a déjà suspendu une station WiMAX pour manque de rentabilité, et que Free, qui détient une licence nationale, a affirmé l’an passé que la technologie n’avait aucun avenir, il y a de quoi être particulièrement pessimiste.

Le WiMAX, malgré ses qualités techniques, cumule ainsi deux problèmes majeurs. Le premier est le cercle vicieux entre les opérateurs et les fabricants de matériel. Chacun attend que l’autre développe la technologie, ce qui ne peut mener qu’à une stagnation.

Le second est que les autres technologies n’attendent pas le WiMAX pour se développer. Et si la 4G n’en est qu’à ses balbutiements dans certains pays du globe, d’ici 4 ans, il est certain que la 4G sera un minimum présente dans tous les grands pays. Sans développement rapide, le WiMAX risque donc de se cantonner à certaines zones bien précises, à l'instar de ce que propose Altitude Télécom.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !