Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

Le groupe Areva victime d'une grande attaque informatique

areva Le groupe français Areva est connu comme l’un des leaders mondiaux dans le domaine du nucléaire, sensible s’il en est. Selon une information révélée par le magazine L’Express, la firme aurait été victime d'une attaque informatique d’une grande ampleur.

Selon l’historique retracé par L’Express, les employés Areva ont pris connaissance le 16 septembre d’un courrier électronique diffusé en français, anglais et allemand, qui leur annonçait qu’une « maintenance exceptionnelle » serait effectuée au cours du week-end. Il se trouve qu’à ce moment-là Areva était déjà au courant qu’une attaque avait eu lieu, et en fait de maintenance, il s’agissait de mesures visant à bloquer les attaques le plus rapidement possible.

Les travaux ont duré trois jours, jusqu’au 19 septembre donc. Mais Areva a réussi à masquer l’information pendant une dizaine de jours. La confirmation de l’attaque est venue du siège : « Notre réseau a effectivement été attaqué. Et nous avons, durant ces trois jours, renforcé nos mesures de sécurité ». Mais comme le révèle l’Express, il y avait pire.

Les attaques sont survenues en effet de manière répétée durant deux années entières, et pas seulement sur les sites français d’Areva. Selon plusieurs sources internes, les attaques prendraient leur racine en Asie, sans autres compléments d’information. Le siège s’inquièterait des retombées, car les défenses en France ont bien été percées et des secrets industriels auraient pu être volés.

Une porte-parole a confirmé à l’AFP qu’un « accès frauduleux au réseau commun d'infrastructure, un réseau qui permet l'échange d'informations non critiques entre les différentes entités du groupe ». Avant de relativiser la cible des attaques, la porte-parole évoquant des « des informations non critiques et pas sur des informations sensibles ».

On ne sait pas à l'heure actuelle si les activités militaires ont été touchées.
0 commentaire
Il n'est plus possible de commenter cette actualité.