Nokia supprimera 3500 postes d'ici la fin de l'année 2012

"Une entreprise, c'est comme une montgolfière" 31
Vincent Hermann
L’année 2011 restera pour Nokia comme celle du rapprochement avec Microsoft et ses multiples conséquences. En février, le constructeur avait prévenu que la restructuration se ferait au détriment de la masse salariale. Conséquence, il a annoncé hier une vague de 3500 suppressions de postes réparties sur plusieurs services.

nokia N9

Une usine et plusieurs services touchés

Nokia prépare ainsi la suppression de 3500 emplois répartis sur en plusieurs groupes. La plus grosse partie concerne en fait l’arrêt de l’activité d’une usine située en Roumanie, à Cluj. Nokia estime que la cadence des usines implantées en Asie suffit à assurer une bonne cadence de production. De fait, les 2200 employés de l’unité de Cluj devront trouver un autre travail d’ici la fin de l’année 2012.

Mais la production n’est pas le seul domaine touché par les réductions d’effectifs. Le Finlandais examine ainsi l’ensemble des services rattachés au marketing et aux activités de cartographie pour y supprimer 1300 postes supplémentaires. Là encore, tout n’est qu’une question de mois. Notez que pour ces emplois, la répartition géographique est plus diffuse.

L’annonce a été faite par voie de communiqué, dans lequel le PDG de Nokia, Stephen Elop, indique : « Nous enregistrons des progrès solides dans le cadre de notre stratégie et après ces changements nous apparaîtrons comme un compétiteur plus dynamique, plus agile et plus efficace. Nous devons prendre des mesures pénibles, mais nécessaires, afin d'aligner nos effectifs et nos activités au chemin à parcourir »

Il se pourrait d’ailleurs que cette vague de suppressions d’emplois ne soit pas terminée puisque le constructeur annonce en outre réfléchir sur d’autres sites, en l’occurrence Salo en Finlande, Komarom en Hongrie et Reynosa au Mexique. Il s’agit actuellement d’unités de production, mais le but n’est pas ici de les supprimer. Elles vont être transformées graduellement en structures dédiées au développement logiciel notamment. Il n’y aura aucun impact en 2011, mais l’année prochaine fera peser une épée de Damoclès sur une partie des têtes.

Nokia rappelle dans son communiqué que toutes ces années sont la suite logique de l’annonce en avril dernier que 4000 postes seraient supprimés au sein de la société.

Conséquences du partenariat avec Microsoft

Toutes ces annonces sont la conséquence directe de l’énorme restructuration de la société autour du partenariat important signé avec Microsoft en février dernier. Selon les termes du contrat, Nokia s’est engagé à basculer la grande majorité de ses smartphones vers Windows Phone 7 et ses successeurs tout en embrassant le moteur de recherche Bing de l’éditeur.

On rappellera en outre que ce partenariat radical a déjà provoqué plusieurs ondes négatives sur le futur de certains produits. Dans les premiers rangs, on notera particulièrement le système d’exploitation open source MeeGo. La décision de Nokia n’est sans doute pas étrangère à l’annonce cette semaine du projet Tizen dans lequel les ressources de MeeGo ont été transférées. Autre produit touché par le partenariat : Qt, un framework de développement multiplateforme.