HP et l'abandon de ses PC : « une très bonne nouvelle pour Dell »

Outre l'abandon de ses smartphones et tablettes sous webOS, Hewlett-Packard songe aussi à revoir le futur de sa division PC. Elle pourrait être vendue, ou être transférée dans une société autonome. La question est encore à l’étude. Interrogé sur le sujet par nos confrères Les Échos, le PDG de Dell n’a pas caché sa satisfaction et compte bien profiter de cette situation.

Dell inspiron RSurpris par la nouvelle, Michael Dell avoue ne pas comprendre cette décision. Et il explique pourquoi. Abandonner le secteur des PC aura une conséquence directe sur le pouvoir de négociation de HP sur certains produits, et notamment les disques durs. Résultat, cela pourrait avoir pour HP un impact négatif sur ses autres secteurs, et notamment celui très important des serveurs, où les marges sont sans comparaison avec les secteurs grand public.

« Premier acheteur mondial jusqu'à présent, HP ne figurera même plus dans le top 5 après cette opération » précise le fondateur de Dell. « Pour conserver ses marges, il devra donc augmenter ses prix, et deviendra ainsi moins compétitif. »

La guerre des serveurs

Et bien sûr, si HP perd de l’influence et en uniformité, Dell compte bien en profiter. « Ils nous ont fait un joli cadeau » a ainsi répondu Michael Dell au journal économique français. « Merci ! Nous allons en profiter pour gagner des parts de marché dans les PC mais aussi dans les serveurs. »

Le PDG rajoute d’ailleurs que « les entreprises aiment s'équiper en serveurs et en ordinateurs auprès du même fournisseur ». En somme, si HP délaisse les PC, ses clients pourraient bien à leur tour le délaisser du côté des serveurs, et se tourner vers des solutions complètes. Et Dell est particulièrement bien placé dans ce créneau, contrairement à IBM ou encore Oracle qui proposent des serveurs de qualité, mais pas de PC. Tout du moins pas ceux vendus par Dell.

Dell ne changera pas sa stratégie

Enfin, malgré la montée en puissance des constructeurs asiatiques ces dix dernières années (Acer, ASUS, Lenovo, etc.), et donc le possible départ de son compatriote HP, Dell ne compte certainement pas changer sa stratégie actuelle.

« Dans la chaîne de valeur informatique, toutes les activités sont importantes et liées entre elles. C'est d'autant plus vrai à l'heure du « cloud computing », où le matériel, les infrastructures, les logiciels et les services sont nécessairement intégrés. »

Il est vrai que la situation de Dell n’est pas comparable à HP. Ce dernier réalise une part très importante de son chiffre d’affaires, et plus encore de ses bénéfices nets, grâce à ses Services, Serveurs et sa division Impression (imprimantes et cartouches). Il n’est en aucun cas dépendant de ses ventes de PC.

A contrario, Dell est encore « petit » dans les secteurs des services et des serveurs. Qui plus est, ses ventes de PC chez les professionnels ou encore les administrations sont particulièrement élevées. Bien que la firme texane se développe rapidement dans les autres secteurs, notamment les services et le cloud computing, il n’en demeure pas moins qu’elle reste encore très dépendante des PC.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !