Télécharger tue

(le bon sens) 404
Marc Rees
On savait que sans Hadopi, les pirates du web provoqueront la disparition du single d’Emma lePrince en 2022. C’est une campagne financée par la Rue de Texel qui nous le dit.

On savait que selon une étude du cabinet Tera, commandée par Jean René Fourtou, également président du conseil de surveillance de Vivendi, le piratage fait des ravages économiques : « les pertes d’emplois pour 2008 (en incluant le logiciel) peuvent être estimées à 186 000, résultat d’une évaporation de 10 milliards d’euros de chiffres d’affaires ».

On savait aussi avec ce même cabinet que « l'empreinte économique en France de la copie illégale […] à une perte de 10 000 emplois » en 2008, évaluation faite avec les chiffres de l’industrie culturelle et qui servit de justificatif d'Hadopi pour Christine Albanel. 

Pukkelpop, "un drame pas si naturel que ça"

Ce qu’on ne savait pas, c’est que le piratage pouvait être responsable du drame de Pukkelpop avec ses 5 morts et 70 blessés. C’est le Figaro qui reprend cette piste dans un article intitulé "Un drame pas si naturel que ça", publié le 27 août et déterré hier sur twitter par le juriste Benoit Tabaka.

Selon le Fig Mag, qui tient cette thèse des experts en assurance, l’effondrement de cette tribune lors d’un concert en aout dernier ne serait peut être pas dû aux vents surpuissants mais… à la chute des ventes de disques. En effet, « les groupes ayant un besoin vital de concerts géants, ils louent de gigantesques estrades, surchargées d'équipements vidéo et de spots. La pluie et le vent ne les détruisent pas plus qu'avant, mais quand elles tombent, cela fait beaucoup plus de dégâts ».

On reprend : affamés et chassés du web par les pirates, les musiciens sont contraints de revenir sur scène. Des scènes surchargées d’équipements pour faire face à l’afflux de fans. Des scènes qui s’effondrent donc comme avant, c'est connu, mais qui font plus de morts puisqu’il y a plus de monde. Accessoirement, les victimes payent souvent pour vivre ces concerts dans de bonnes conditions, mais c'est un détail.

Résumé :  Piratage-> Scène -> Vent -> Mort
donc, par contraction : Piratage -> Mort

Une autre théorie

On peut également souffler d’autres théories d'aussi bon sens :  Carla B. ne trouvant pas son disque préféré sur Deezer, du fait d'une enième restriction contractuelle exigée par les majors, est contrainte d’aller à la FNAC d’en face pour l’acheter. Malheureusement, Carla décède. Elle est renversée par une voiture alors qu'elle traversait la route pour rejoindre son disquaire. Conclusion : selon les experts en assurance, la pauvreté de l’offre légale en ligne est responsable de sa mort.

Résumé : Offre légale appauvrie -> Fnac -> Route -> Voiture -> Mort
donc, par contraction :Offre légale appauvrie -> Mort