Yahoo! pourrait racheter AOL et mettre Tim Armstrong à sa tête

Mais pourquoi je m'appelle pas Armstrong moi aussi 15
Nil Sanyas
Quand une société semble affaiblie, il n’est pas rare que certains tentent rapidement d’en profiter. AOL, qui a orienté ses affaires ces dernières années vers le contenu et la publicité sur Internet, abandonnant peu à peu ses activités de FAI, songerait ainsi à se rapprocher de Yahoo!.

Tim Armstrong AOL
Tim Armstrong, futur patron de Yahoo! ? (source)

Le géant du net vient en effet de licencier Carol Bartz, son ex-PDG désormais et à la tête de la société depuis 2009. Bartz a d’ailleurs démissionné du conseil d’administration de Yahoo! en fusillant ce dernier dans la presse.

La situation de Yahoo! est donc loin d’être équivalente à Google ou encore Apple. AOL, qui a réalisé ces dernières années des acquisitions importantes aux USA (TechCrunch, Huffington Post, etc.) compte bien en profiter révèle Bloomberg.

Tim Armstrong, le PDG d’AOL, ne serait ainsi pas contre une alliance avec Yahoo!. Plus précisément, selon les sources de Bloomberg, Armstrong aurait contacté des banques et des sociétés d’investissement pour se rapprocher de Yahoo!.

Et si Tim Armstrong devenait le PDG de Yahoo! ?

Un scénario assez surprenant, mais pas impossible pour autant, a même été révélé par Bloomberg : Yahoo!, en quête d’un PDG fort, pourrait racheter AOL et mettre à sa tête Tim Armstrong. Il ne s’agit cependant que d’un scénario parmi d’autres… Rappelons en effet qu’un autre scénario pourrait être la situation inverse, à savoir la vente de Yahoo! à une autre société.

Derrière cette éventuelle alliance se cache la guerre de la publicité sur Internet, ultra dominée par Google et Facebook aujourd’hui. Yahoo! reste néanmoins un acteur de poids, avec des parts de marché importantes en Amérique du Nord notamment.

Une nouvelle récurrente

Enfin, n’oublions pas que depuis au moins trois ans, des rumeurs de rapprochements entre AOL et Yahoo! sont souvent évoquées. En 2008, lorsque Microsoft tentait en vain de croquer Yahoo! pour plusieurs dizaines de milliards de $, une fusion entre les deux sociétés avait fait l’objet de rumeur afin de contrer l’offre de Microsoft. Et deux ans plus tard, en décembre 2010, Reuters apprenait qu’AOL envisageait bien une fusion avec Yahoo!.

L’importance de Google et Facebook dans le marché si lucratif de la publicité en ligne force logiquement les concurrents à se rapprocher. Et Yahoo! et AOL pourraient être les prochains.