HTC rajoute 9 brevets rachetés à Google à sa plainte contre Apple

The war is not over 71
Nil Sanyas
Attaqué par Apple ces derniers mois, la firme taiwanaise HTC a répliqué le mois dernier en attaquant à son tour la Pomme sur ses propres terres, aux USA. HTC accusait alors la firme de Steve Jobs de violer trois de ses brevets. Or HTC vient de rajouter neuf nouveaux brevets sur le bureau du juge. Des brevets qui appartenaient auparavant à… Google.

Guerre brevet Reuters
La guerre des brevets pour les nuls. Regardez, c'est très simple...

Plus le temps passe, et plus la guerre des brevets dans le secteur mobile se complexifie. Une récente infographie tentait d’ailleurs tant bien que mal de résumer la situation. Mais Google vient d'en rajouter une couche.

Le géant du Net, outre sa volonté de croquer Motorola Mobility et ses 17 000 brevets, a en effet racheté de nombreux brevets ces derniers mois. Il a notamment déboursé quelques dollars pour obtenir quatre brevets de Motorola, deux de Palm et trois de Openwave Systems. Ceci afin de mieux protéger son système mobile Android.

Mais alors que Google est en pleine guerre déclarée avec Apple, il n’a pas utilisé ses brevets pour attaquer directement la Pomme. Non, il a plutôt vendu ses brevets à HTC dans le but de l’aider à mieux se défendre devant les tribunaux. Un concept qui se rapproche de celle de la guerre froide, où ni Apple ni Google ne s’attaquent directement, et où les partenaires paient les pots cassés, avec le soutien de leur grande puissance… Sauf qu'Apple n'a pas de partenaires.

Résultat, HTC attaque donc Apple non sur trois brevets violés, mais sur douze désormais. Et les risques pour la firme de Cupertino sont élevés. Si HTC venait à gagner son procès, Apple devrait retirer des États-Unis ses Mac, iPhone, iPad, iPod et ses services iTunes et iCloud. En somme, la quasi totalité de ses produits et services. Un scénario qui paraît impossible, mais qui pourtant a bien touché Samsung en Allemagne, aux Pays-Bas ou encore en Australie...

Le grand gagnant se nomme... Microsoft 

Et Microsoft, pendant ce temps là, que fait-il ? Il signe des accords avec les partenaires de Google exploitant Android afin de résoudre à l’amiable leurs différends. Alors que la firme de Redmond récolte déjà un joli pactole depuis son accord avec HTC signé l’an passé, voilà qu’Acer et ViewSonic lui paient eux aussi une licence d’utilisation.

Au total, Microsoft compte déjà une petite dizaine d’accords de ce type. De quoi profiter à plein du succès mondial d’Android, à défaut de connaître un succès similaire avec Windows Phone 7. Ce dernier profite de plus des problèmes d'Android pour recruter de plus en plus de partenaires, Microsoft leur offrant une alternative crédible.