Carte Musique Jeune - Hadopi : "Payer plus pour écouter moins"

Une PUR merveille 71
Marc Rees
MIX de Deezer fait partie de ces offres agréées pour profiter de la manne de la carte musique jeune. Une carte qui s'inscrit dans le contexte Hadopi et du label PUR : à coup de subvention, cette initiative est censée remettre la jeunesse sur les bons rails de l'offre légale, en espérant l'éloigner des contenus illicites. Problème, en pratique, les choses ne sont pas si simples...

deezer mix

Pour le cas présent, Mix est proposé pour 5€ pour 2 mois et même 10€ pour 6 mois, sans renouvellement. Une belle affaire : Deezer promet "toute la musique que vous voulez en illimité". La plateforme propriété d'Orange se glorifie ainsi d'un accès à "des millions de titres, sans limites de temps et sans aucune pub audio".

Le dispositif est financé par le Ministère de la Culture "dans la limite de 25€ par an et par personne, sous réserve d’éligibilité à la Carte Musique". Donc il est destiné aux personnes résidentes en France âgées de 12 à 25 ans révolus.

Mickael A., l'un des abonnés à MIX, nous a contactés pour nous faire part de sa mésaventure. "Avec l'apparition de la nouvelle limitation à 5 heures d'écoute (sur l'offre gratuite, NDLR), j'ai décidé de migrer vers une offre payante. J'ai alors découvert l'offre Mix qui propose un prix plutôt attractif de 6 mois pour 10 €. Sur le papier tout est bien : "Toute la musique que vous voulez en illimité" dit la pub. Je m'inscris donc en quelques minutes et quelle ne fut pas ma surprise de découvrir que de nombreux artistes manquent : Muse, Linkin Park, James Blunt, Placebo, Garbage, The Corrs, et ce ne sont que des exemples, mes playlists ont des trous partout alors que j'y avais bien accès avant, en offre gratuite".

L'intéressé transmet un mail de protestation. Réponse du support abonnés Deezer :
"Bonjour,

Certains labels/artistes n’ont pour le moment pas souhaité faire partie de l’opération Carte Musique Jeunes, ce qui nous oblige à limiter l’écoute de leur catalogue.

Nous travaillons activement pour vous permettre d’accéder à nouveau à l’ensemble des titres que vous souhaitez et espérons que ce désagrément sera de courte durée.

Veuillez nous excuser pour la gêne occasionnée indépendante de notre volonté.

Si vous le souhaitez, on peut procéder à un basculement d'offre en prenant votre date de souscription à l'offre comme date de référence. Ces offres (http://www.deezer.com/premium) ne subissent pas ces restrictions de catalogue. Elles seront basculées vers des offres de mêmes valeurs et suivant le schéma ci-après :

- Mix 2 mois > Offre Premium (durée 1 mois)
- Mix 6 mois > Offre Premium (durée 2 mois) ou Offre Premium + (durée 1 mois)
- Mix’n’Move 1 mois > Offre Premium (durée 1 mois)
- Mix’n’Move 3 mois > Offre Premium + (durée 1 mois)"
L'abonné a choisi finalement de basculer sur l'offre sur l'offre Premium pendant 2 mois… Offre où il retrouve une pleine playlist. Il reste malgré tout sur sa faim : "je trouve cela scandaleux car ce n'est absolument pas précisé. Et bien entendu je n'aurais jamais acheté cet abonnement si c'était pour me passer d'autant d'artistes. Payer plus pour écouter moins !"

deezer mix 
L'indisponibilité de certains artistes annoncée dans les clauses du contrat MIX

Dans les clauses du contrat
encadrant ce service appuyé par le Ministère de la Culture, Deezer est plus prudent que dans ses pages commerciales. Il précise que "le catalogue d’enregistrements phonographiques disponible (…) est dépendant des contrats en vigueur avec les ayants droit et est en conséquence susceptible de varier". Deezer le dit noir sur blanc : "en aucun cas BLOGMUSIK ne peut garantir la présence dans le catalogue disponible des Services d’un quelconque titre ou album déterminé ou d’un quelconque artiste-interprète ou groupe d’artistes interprètes déterminé. De même, BLOGMUSIK ne peut garantir qu’un quelconque titre ou album déterminé ou d’un quelconque artiste-interprète ou groupe d’artistes-interprètes déterminé présent dans le catalogue disponible le sera indéfiniment".

deezer mix
La même clause dans le contrat Premium, sans restriction de catalogue

Ces contrats dépendants du bon vouloir des producteurs notamment, la plateforme estime qu'elle "ne sera en aucun cas responsable de la suppression ou de la désactivation d’éléments du contenu du catalogue proposé". Un autre constat : dans les CGU de l'offre Premium on retrouve la même clause que celle encadrant l'offre MIX…

Nous attendons un retour de Deezer, on trouvera un autre témoignage ici.