Hadopi veut connaître les freins et les leviers aux usages licites

L'absence de filtrage ? 84
Marc Rees
Le 10 aout dernier la Hadopi a déposé un nouvel appel d'offres ouvert jusqu'au 5 septembre. Cette fois, la Rue de Texel a commandé une étude pour connaître "les freins et les leviers à la consommation licite de biens culturels numériques". Cette prise de température se fera auprès des internautes français. Montant maximum de ce marché conclu pour 6 mois ? 80 000 euros (HT).

hadopi pur label offre légal réponse graduée suspe

En avril dernier, la Hadopi a été autorisée par décret à suivre plusieurs indicateurs sur les réseaux. Cette surveillance s'inscrit dans l'optique de la rédaction de son rapport annuel, prévu pour la fin 2011. Parmi ces indicateurs, sont mentionnés les "facteurs favorisant le développement de la consommation respectueuse du code de la propriété intellectuelle" mais aussi ceux "faisant obstacle au développement de la consommation respectueuse du code de la propriété intellectuelle", à savoir  "les motifs invoqués par les internautes pour se détourner des offres respectueuses du code de la propriété intellectuelle".

Le présent marché permettra ainsi d'alimenter ce chapitre pour savoir quels sont les rouages bloquant la "consommation licite" d'œuvres numériques. Sur ce terrain, de nombreuses études ont soutenu que le "pirate" était aussi un fort consommateur de "culture légale".. Mais ici, l'intitulé même du marché ("les freins et les leviers à la consommation licite de biens culturels numériques") semble taillé par avance pour désactiver ce couplage douloureux pour l'industrie.