Ericsson démontre les capacités du LTE Advanced : 940 Mb/s

Les réseaux mobiles sont le centre de l’attention de nombreux observateurs. Ils sont aujourd’hui inévitables tant le nombre d’appareils mobiles explose, mais la pression s’accroît en même temps que les technologies et les besoins de vitesse. Pourront-ils faire face demain à la consommation effrénée des utilisateurs ? Les équipementiers réfléchissent à des solutions et la technologie LTE Advanced (4G) comporte un lot de possibilités intéressant. Ericsson vient ainsi de faire la démonstration de ce que pourraient être les réseaux mobiles de demain.

lteCette démonstration a eu lieu devant le régulateur suédois des télécoms. Elle utilisait la technologie LTE Advanced, considérée comme la véritable 4G. La norme LTE classique est une phase transitoire, les équipements devant être adaptés. Le principe de la démonstration était de prouver que des débits très importants pouvaient être atteints via la 4G, en l’occurrence 940 Mb/s.

Il s’agit d’une vitesse impressionnante pour réseau de type cellulaire. Mais ce débit n’a pu être atteint que dans des conditions particulières, en recourant notamment au MIMO (multiple-input, multiple-output). Ainsi, huit antennes étaient disposées sur l’émetteur, et huit autres sur le récepteur.

Mais le point intéressant de cette démonstration était surtout la capacité d’agrégation des opérateurs. Comment en effet augmenter le débit dans de telles proportions en prenant en compte l’égalité des chances des opérateurs face au partage du spectre des fréquences ? Le spectre n’est pas infini et son découpage reste problématique. Solution : que les opérateurs réunissent leurs fréquences dans différentes bandes communes afin de les utiliser comme un seul et unique canal de données.

Ainsi, pour atteindre les fameux 940 Mb/s, Ericsson a dû utiliser trois canaux de 20 MHz chacun. C’est trois fois ce qu’utilise la norme LTE pour fonctionner à sa capacité maximale, environ 80 Mb/s. L’agrégation des bandes de fréquences serait donc non seulement une possibilité, mais une étape obligatoire selon Ericsson pour que les opérateurs puissent atteindre des débits importants à trois chiffres qui ne restent pas cantonnés aux 100 Mb/s. La démonstration devant le régulateur suédois était probablement faite dans ce but.

Du côté d’Ericsson, les premières solutions concrètes autour du LTE Advanced seront prêtes en 2013. D’ici là, il faudra d’abord que le LTE classique envahisse les villes. C’est le cas dans un nombre croissant de pays tels que les États-Unis et la Chine. En France, ce n’est pas encore le cas puisque le 15 juin seulement a eu lieu l’ouverture des dépôts de dossiers par les opérateurs pour l’obtention des licences.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !