La France compte encore 437 000 abonnés au bas débit

Faut pas leur envoyer de grosses pièces jointes 51
Nil Sanyas
L’ARCEP, l’autorité de régulation des télécoms, vient de publier son observatoire des marchés des communications électroniques pour le premier trimestre 2011. Ce dernier porte sur la téléphonie fixe, la téléphonie mobile et Internet, mais nous nous intéresserons uniquement au dernier point.

Nous apprenons tout d’abord que le nombre d’abonnés au bas débit au 31 mars 2011 est de 437 000, soit 46 000 de moins en trois mois et 161 000 de moins en un an. À ce rythme, les abonnés au bas débit ne disparaitront donc pas avant 2014.

Arcep bas debit France

Du côté du haut débit (ADSL, câble), la France compte 21,258 millions d’abonnés, soit 1,36 million supplémentaires en un an (+6,8 %). Sans surprise, l’ADSL représente près de 95 % des abonnements haut débit et la quasi totalité de la croissance de ce secteur, puisqu’on en compte 20,254 millions, soit 1,345 million supplémentaires en un an (+7,1 %).

Enfin, concernant le très haut débit, le FTTH et le FTTLA principalement, les chiffres publiés par l’ARCEP le mois dernier sont confirmés, à quelques milliers près. Résultat, la croissance reste toujours aussi faible, avec seulement 516 000 abonnés au très haut débit.

Arcep haut et tres haut debit

Dans les détails, la technologie FTTLA compte 378 000 abonnés, soit 32 000 de plus en trois mois, et 122 000 de plus en un an (+47,6 %). Le FTTH pour sa part compte 138 000 abonnés, soit 20 000 abonnés supplémentaires en un trimestre, et 57 000 de plus en un an (+70,9 %). Bizarrement, ce premier trimestre 2011, avec ses ridicules 20 000 abonnés de plus, est le meilleur depuis le lancement des offres. Reste à vérifier si les trimestres suivants confirmeront cette tendance ou non.

Arcep haut et tres haut debit

"La France n'est pas en retard"

Malgré ces résultats ridicules, cela n’a pas empêché Jérôme Coutant, membre du collège de l'ARCEP, d’annoncer lors de la 6ème fête du très haut débit à Mortain hier que « la France n'est pas en retard » dans le secteur du très haut débit. Ce qui ne signifie pas que la France est en avance cela dit.

S’il est vrai qu’en matière de déploiement, surtout si l’on couple le FTTH et le FTTLA, la couverture du pays est plutôt bonne (environ 20 % des foyers), il n’y a pour l’instant pas de quoi se vanter en terme de nombre d’abonnés au très haut débit.

Arcep haut et tres haut debit