Ecrans.fr en danger, le groupe 01 sous pression (MàJ)

E.O.T. (bis) 105
Marc Rees
Mise à jour 1er juillet 2011 La motion de défiance à l’égard de Nicolas Demorand a été approuvée à 78% (voir Rue89). Pour l’instant, Ecrans.fr est toujours en stand by. Son sort se jouera dans les heures qui viennent...

Première diffusion 30 juin 2011
Voile noir sur la presse cette semaine. D'un côté, un plan social dans le groupe 01. De l'autre,
Ecrans.fr, satellite de Libération dédié aux univers numériques, risque de fermer dès ce soir. Pas un shutdown bête et méchant, mais tout comme : un site qui ne sera plus alimenté faute d’équipe.

ecrans.fr liberation extinction

Et quelle équipe... Le Figaro indique qu’Ecrans.fr va perdre deux tiers de ses effectifs. Un CDD n’a pu être renouvelé, plombé par un délai de carence de 6 mois. Selon nos informations, un autre CDD prend également fin aujourd’hui avec une carence cette fois de 3 mois.

Dans ce contexte, la direction a refusé d’embaucher un CDI, estimant que la décision, non budgétisée, devait attendre l’arrivée du nouveau directeur financier, mi-août.

CDD qui régale


En attendant, Nicolas Demorand, directeur du journal, a proposé le remplacement de ces deux salariés (Camille Gevaudan et Alexandre Hervaud) par de nouveaux CDD. Mais humainement, on a vu mieux. Et éditorialement, cela revient à bruler et nier l’histoire du site qui s’apprête à fêter ses 5 ans en septembre. Erwan Cario, dernier journaliste en poste, rebasculerait sur Libé, en laissant sans pilote Ecrans.fr.

Un vote de défiance est organisé aujourd’hui dans les locaux de Libé. Ecrans.fr aura été l’énorme goutte d’un vase déjà trop plein. Dans le même temps, une pétition a été lancée en ligne.

03, 02, 01


Du côté de 01, les inquiétudes grandissent aussi avec l’annonce d’un troisième plan social au sein de NextRadioTV depuis le rachat du groupe par Alain Weill. 33 postes vont être supprimés, reclassés.

La direction revendique un plan sans licenciement, mais pour l’intersyndical du groupe 01, « il s’agit ni plus ni moins d’une supercherie. L’effectif final présenté est certes constant mais avec l’intégration de RMC.fr, BFMTV.com et BFMbusiness.fr », autres piliers du groupe.

33 journalistes, c’est près de la moitié des effectifs du pôle grand public (01net, Micro Hebdo, L’OI/SVM et SVM Mac) quantifie le syndicat qui s’interroge sur leur reclassement : « Combien de journalistes peuvent devenir rapidement des commerciaux, des développeurs, des administrateurs de base de données ? Combien de journalistes expérimentés accepteront des postes de débutants moins bien rémunérés ? »

Avant de décrier cette situation : « 01net, site moteur du groupe, voit fondre ses effectifs rédactionnels là où les sites des antennes de BFM Business, BFMTV et RMC s’étoffent timidement. » Une réorganisation qui « brise la colonne vertébrale du Groupe 01 » et conduit à se désengager de l’info High-Tech. Si rien n’est fait pour mettre en place un « projet industriel ambitieux », l’intersyndicale craint déjà pour 2012, un quatrième plan de sauvegarde de l’emploi.