Confidentialité : naissance, vie et mort d'un compte Google+

+ ou - ? 74
Marc Rees
Google a mis en ligne les règles de confidentialité (ou de diffusion) qui encadreront Google+. Pour utiliser Google+, il faudra d’abord disposer d’un profil composé au minimum d’un nom. « Nous pouvons être amenés à révéler votre profil Google aux personnes qui connaissent votre adresse e-mail ou disposent d'autres informations permettant de vous identifier ».

google g+ google+ invitation CGU confidentialité 

Vous avez créé ce compte et n'en voulez plus ?

Rien de plus simple. Désactiver Google+ peut se faire de façon temporaire ou permanente : en modifiant les paramètres de visibilité, on peut masquer toutes les données. Attention cependant, « les autres utilisateurs ont encore accès aux contenus que vous aviez partagés avec eux ».

Une autre option permet de désactiver son compte. Google indique que dans ce cas « vous supprimez votre profil et tous les contenus (posts, cercles, etc.) de Google+. Vous conservez toutefois l'accès à Gmail et aux autres services Google ». Une « désactivation » qui « supprime ».

Enfin, on peut supprimer (vraiment) son compte Google en masse. Mais là, plus de finesse du tout. Dans ce cas, en effet, « vous perdez ainsi tout accès aux services Google et aux données existantes qui nécessitent un compte Google. Si vous aviez une adresse Gmail, vous ne pouvez pas la réutiliser ». La suppression d’un compte Google entrainera une forme de métastase numérique si vous utilisiez ce compte pour vous loguer sur YouTube, Picasa, & Co.

google g+ google+ invitation CGU confidentialité

Mais entre la naissance et la mort du profil, il y a aussi son utilisation.

Différents niveaux de visibilité

Les informations conservées dans votre profil peuvent être consultables par tous ou par des personnes autorisées. Selon Google, on pourra attribuer différents niveaux de visibilité. Dans tous les cas, les noms de vos cercles d’amis. Il sera aussi possible de vérifier votre profil tel qu'il apparaît à une personne donnée, que celle-ci appartienne ou non à l'un de vos cercles. Manière d’éviter les mauvaises surprises.

Toutes vos activités, les posts commentés et les internautes avec lesquels vous communiquez, sont stockés par Google « afin d'améliorer les services (…) que nous vous proposons ». De plus, sont collectées parfois « des informations vous concernant, par exemple, lorsqu'un internaute vous ajoute à l'un de ses cercles ou associe un tag de votre nom à une photo ».

Dans ces hypothèses, les internautes « peuvent rendre publiques des informations vous concernant. Ils ont notamment la possibilité d'afficher votre photo et votre nom de profil publics sur leur profil Google dans la liste des contacts qu'ils ont ajoutés à leurs cercles ».

Les personnes qui seront ajoutées dans vos différents cercles (d’amis) seront visibles par défaut dans votre profil Google pour vos autres contacts. Une option permet de ne pas afficher ces données. Elle n’est donc pas activée par défaut.

Vous pouvez déterminer les personnes auxquelles vous souhaitez envoyer des éléments. « Tous les destinataires d'un post sont susceptibles de voir des informations concernant les autres personnes qui l'ont reçu. Les participants ajoutés à la conversation d'un groupe peuvent avoir accès à l'historique de cette conversation (y compris les participants ajoutés aux conversations de groupe dans la fonction Messenger pour mobile). Soyez également conscient que, lorsque vous partagez un élément via Google+, n'importe quel destinataire peut le partager avec d'autres personnes ».

Importer une photo active automatiquement un compte PICASA

Vous importez des photos, des vidéos sur Google+ ? Elles seront automatiquement conservées dans un album Web Picasa. « Nous activons le produit Picasa Albums Web pour votre compte Google si vous n'avez jamais utilisé Picasa », indique Google. Dans ces hypothèses, les Règles de confidentialité de Picasa s'appliqueront lorsque vous utiliserez Picasa, en plus des présentes règles de confidentialité de Google+…

Attention : « si vous ne souhaitez pas stocker les métadonnées (comme les détails des photos) associées à vos photos et vidéos, vous devez les supprimer avant d'importer ces contenus ».

Lorsqu'une personne ajoute un tag de votre nom à une photo ou une vidéo partagée, vous pouvez choisir de supprimer ce tag. On ne sait à ce jour si cette option est désactivable.

Vos activités seront également notifiées aux tiers lorsque vous effectuez « certaines actions dans Google+ ». L’éditeur cite « l'ajout de contacts à un cercle, le démarrage d'une bulle ou l'ajout d'un tag de nom à une photo », mais la liste n’est pas exhaustive.

Attention également aux contenus "choquants" : "n'utilisez pas de photos représentant en gros plan les fesses d'une personne ou le décolleté d'une femme".

Géolocalisation par défaut

G+ se gorge aussi de géolocalisation si vous l’utilisez via votre mobile. Google+ « détecte votre position géographique afin de vous fournir le service adéquat (par exemple, afficher les posts "à proximité" de l'endroit où vous vous trouvez), comme stipulé lorsque vous vous inscrivez à la version pour mobile du produit. »

« Lorsque vous publiez un contenu sur Google+ à partir de votre mobile, vous avez la possibilité de désactiver ces fonctions de collecte et d'affichage de votre position géographique pour tous les posts que vous envoyez ou au cas par cas. Lorsque vous publiez des posts à partir d'un appareil non mobile, vous pouvez ajouter votre position post par post » précise l’éditeur.

Évidemment, les posts où votre position mobile a été ajoutée seront exploitables par Google pour informer les tiers qui recherchent des posts Google+ "à proximité". Google prévient que ces posts ne seront visibles que par les internautes avec lesquels vous partagez ce contenu.

Les données statistiques, les partenaires

Comme sur Facebook, Google annonce l’arrivée d’applications tierces qui auront, si tel est votre choix, accès à tout ou partie de votre compte Google dont l’adresse email, votre position géographique, etc. « Vous avez la possibilité d'empêcher le développeur d'accéder à votre compte Google à tout moment à partir de la page des paramètres ».

Google se réserve enfin le droit d’exploiter statistiquement toutes les données que vous postez sur votre compte. Ces résultats pourront être envoyés à des « partenaires, c'est-à-dire des éditeurs, des annonceurs ou des sites connectés ».