Prince : "le piratage est devenu complètement fou"

En juillet 2010, Prince l’affirmait : « l'Internet est complètement dépassé. Je ne vois pas pourquoi je devrais donner ma nouvelle musique à iTunes ou qui que ce soit d'autre. Ils ne me payent pas en avance pour ça, et se fâchent quand ils ne peuvent pas l'avoir. L'Internet c'est comme MTV. À un moment MTV était tendance, et est tout d'un coup devenu démodé. »

prince

Un an plus tard, rebelote. Cette fois, le chanteur ne fait plus de procès en désuétude, mais veut couper le cordon avec l’univers numérique. Dans une interview au Figaro, l’auteur de Purple Rain l’annonce : «J'ai décidé de ne plus enregistrer, de ne plus traiter avec l'industrie du disque. Je veux prendre du recul, la technologie numérique devient trop compliquée. »

Sur The Gardian, Prince poursuit en s’en prenant cette fois aux échanges en ligne : « L’industrie a changé. Nous gagnions de l’argent [en ligne] avant que le piratage ne soit complètement fou. Plus personne ne fait d’argent, à l’exception des opérateurs télécoms, d’Apple et Google. »

En 2007, Prince avait menacé de poursuivre The Pirate Bay et les annonceurs du site dans plusieurs pays, dont la France. L’artiste s’en prenait la même année à YouTube, plateforme qui – selon lui - « est parfaitement capable de filtrer le contenu porno et pédophile, mais semble décidée à ne rien faire pour les musiques et les films qui sont ainsi le cœur de son succès commercial ».

Sur The Guardian, le chanteur de Minneapolis continue : « Je suis censé aller à la Maison blanche pour parler de protection du copyright. C’est comme une ruée vers l’or là-bas. Ou du carjacking. Il n’y a pas de limite. J’ai été dans des meetings, et les gens me disent : Prince, tu ne comprends pas, c’est la loi de la jungle là-dedans. Donc je vais me tenir loin [du monde] de l’enregistrement », au profit de celui des concerts.

Au fil de l’interview, Prince dira son aversion pour la musique numérique : « Personnellement je ne supporte plus la musique numérique. Vous obtenez des sons en bits. Cela affecte un autre endroit dans votre cerveau. Quand vous écoutez, vous ne pouvez rien ressentir », avant de conclure : "We're analogue people, not digital"

En 2007, Prince avait offert son album, Planet Earth, en supplément du Mail on Sunday. En juillet 2010, il avait cette fois distribué CD-Audio 20Ten « en bonus » de plusieurs titres de la presse papier (The Daily Mirror, Het Nieuwsblad, Rolling Stone Magazine et Courrier International. À chaque fois, il s’agissait d’un CD-Audio, non d’un vinyle.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !