Pour booster la fibre, augmentons les prix de gros de l'ADSL

Et moi je propose de taxer la presse Web pour booster les journaux 264
Nil Sanyas
Augmenter le prix de gros de l’ADSL afin d’avantager la fibre optique. Cette idée un peu saugrenue ne vient pas du gouvernement ni de l’ARCEP, mais de Numericable. Le câblo-opérateur base cette idée sur trois constats faits par tout le secteur :
  • l’ADSL concurrence encore trop la fibre optique, malgré des débits d’upload sans comparaison,
  • le taux d’abonnement à la fibre par rapport aux logements raccordés n’est que de 10 %, que ce soit en FTTH ou en FTTLA,
  • le taux d’abonnement à la fibre est élevé dans les zones où le haut débit est peu performant (voire inexistant)
Sur ce dernier point, David El Fassy, le patron de l'opérateur rural Altitude Infrastructure, assure que le succès du très haut débit en campagne est ultra demandé : « Le très haut débit à la campagne, c'est possible. Quand vous arrivez chez des morts de faim, l'appétence est très forte » a-t-il ainsi affirmé. Résultat, le taux de conversion dépasse les 80 % dans ces zones délaissées. Bien loin de la moyenne de 10 % affichée aujourd’hui.

FTTH France T4 2011
Le rapport abonnés/éligibles FTTH est particulièrement faible à ce jour

Obliger les FAI à tout miser sur la fibre

S’il n’est évidemment pas question de diminuer les débits des réseaux ADSL dans les grandes villes, ni de proposer la fibre à un tarif inférieur au haut débit, les solutions se comptent alors sur les doigts d’une main. Proposer des services innovants exclusifs à la fibre prendra du temps. En attendant, la solution de Numericable pourrait bien être étudiée.

Ce dernier propose précisément d’augmenter d’un euro par an les prix de gros de France Télécom à partir d’octobre prochain, à l’instar de ce qui se fait dans d’autres pays européens. Cela passerait le prix du dégroupage à 10 euros en octobre 2011, à 11 euros en octobre 2012, etc.

Une telle inflation aurait pour conséquence directe d’obliger les FAI à miser leur avenir à court terme sur la fibre optique. Dans le cas contraire, ils devront rogner sur leurs marges ou augmenter les tarifs des abonnements ADSL. Une situation qui semble peu imaginable…

Certains s’étonneront que Numericable, qui dispose de son réseau, fait une proposition qui au final ne le concerne pas. D’autres noteront qu’Orange (France Télécom) gagnerait un petit pactole dans l’affaire.

Quid de la montée des débits dans l'ADSL ?

Reste que comme le note Solveig Godelucke des Échos, augmenter le prix de gros de l’ADSL aura aussi pour conséquence de créer des problèmes dans les zones qui ne seront pas fibrées avant plusieurs années. Toutes les zones de faible densité ne seront pas concernées par la fibre. Et si l’ADSL coûte plus cher aux FAI, la montée en débit ne sera alors plus d’actualité. Une catastrophe, qui ne fera que creuser un peu plus la fracture numérique en France.

L’idée de Numericable reste pour le moment une simple proposition. En aucun cas l’ARCEP n’a confirmé et validé cette proposition. L’Autorité donnera probablement son avis sur le sujet durant l’été.

Une logique inversée

On peut néanmoins se poser des questions sur la logique de Numericable. Si les Français se satisfont de leur forfait ADSL à (environ) 30 euros par mois, les « forcer » à passer à la fibre, parfois plus onéreuse selon les FAI, est-il une bonne solution ?

Le succès de l’ADSL en France est arrivé naturellement, grâce à des prix attractifs, des débits en hausse constante et à de nouveaux services gratuits. Or pour la fibre, cette logique ne semble pas pour le moment se répéter…