Richard Stallman n'aime pas les ebooks verrouillés

Dans un texte comme il les aime, Richard Stallman, que l’on ne présente pas, a vivement critiqué les livres électroniques et leurs dangers. Bien entendu, l’Américain pro-logiciel libre ne s’attaque pas à tous les ebooks, mais à ceux aux environnements fermés, et en particulier le Kindle d’Amazon. Et il n’y va pas avec le dos de la cuillère.

stallman
Stallman n'aime pas les ebooks, ni les DRM, ni les rasoirs

« À une époque où les entreprises dominent nos gouvernements et écrivent nos lois, toutes les avancées technologiques offrent aux entreprises la possibilité d'imposer de nouvelles restrictions sur le public » commence-t-il.

Une attaque directe contre Amazon

Pour Stallman, ces technologies nous enchaînent, et dans le secteur du livre électronique, la situation est peut-être même pire. Le créateur de GNU liste ensuite tous les avantages d’acheter son livre papier. Outre le fait de le posséder de manière durable, de l’acheter de façon anonyme et sans aucune restriction, Stallman point six défauts du concept d’Amazon, notamment la possibilité pour l’enseigne de supprimer un document sur le Kindle ou encore l’obligation de s’identifier.

C’est bien simple, selon Stallman, une seule des critiques qu’il a formulé envers le Kindle Amazon est un pas en arrière par rapport aux livres imprimés. « Nous devons rejeter les ebooks jusqu'à ce qu'ils respectent notre liberté » appelle-t-il de ses voeux.

Et la concurrence ?

Nous pouvons néanmoins regretter que Stallman limite le marché aux seuls Kindle. Si le produit d’Amazon connaît certes un grand succès, certains de ses concurrents sont bien moins restrictifs, il ne faudrait pas l’oublier.

Appeler au boycott de tous les livres électroniques n’est donc pas judicieux, même si l’on comprend qu’il vise essentiellement Amazon et toutes les entreprises qui ont copié son modèle.

Revoir le système de droit d'auteur

Stallman profite de l’occasion pour égratigner une fois de plus le système du droit d'auteur actuel, qui n’ont pour seul intérêt selon lui d’aider les entreprises comme Amazon. « Nous pouvons bien mieux soutenir les auteurs, par des moyens qui ne nécessitent pas de restreindre notre liberté » rajoute-t-il, avant d’évoquer un sujet qui lui est cher, la légalisation du partage.

Il revient alors sur deux de ses propositions sur le sujet :
  1. Distribuer des fonds aux auteurs, basé sur la racine cubique de la popularité de chaque auteur (en savoir plus).
  2. Mettre en place des lecteurs afin que les utilisateurs puissent envoyer anonymement des paiements volontaires aux auteurs.
Notons que fin 2009, nous rédigions un article nommé « Un hacker casse le DRM du Kindle d'Amazon ». Nous pointions alors un ancien texte de Richard Stallman, nommé « Le Droit de Lire » (Right to Read). Un texte sans référence aux livres électroniques actuels, mais dont la logique reste néanmoins similaire à notre époque.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !